Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Il était une fois dans le futur (Les Bourreaux)

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Le futur ? E pericoloso Sporgersi ! Carlos Giménez s'inspirant de nouvelles de Jack London et de Stanislaw Lem, nous ouvre les portes sur un univers dans le fond pas très lointain du nôtre.


Adaptations de romans en BD Auteurs espagnols Jack London Romans de science-fiction adaptés en BD

Le futur ? E pericoloso Sporgersi ! Carlos Giménez s'inspirant de nouvelles de Jack London et de Stanislaw Lem, nous ouvre les portes sur un univers dans le fond pas très lointain du nôtre. Car si la technologie a évolué et les horizons se sont élargis, l'être humain est lui, resté bien égal à lui-même ce que vont découvrir à leurs dépens quelques malheureux extraterrestres. Paru initialement sous le titre "Les Bourreaux" en 1980.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Février 1980
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Il était une fois dans le futur (Les Bourreaux)
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

21/08/2006 | Ro
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai lu l'album paru aux éditions du Fromage. J'aime bien le dessin de Gimenez et quel plaisir ce fut de pouvoir admirer son trait en noir et blanc dans un album qui a un format un peu plus grand qu'un album normal. C'est un recueil d'histoires courtes qui adaptent des nouvelles et des chapitres de roman et met le tout à la sauce science-fiction. Le résultat est pas mal quoiqu'une des 4 histoires m'a paru plus faible que les autres, et pas de chance c'est celle qui est la plus longue, donc une bonne partie de cet album est moyen à mes yeux. Ce sont des histoires qui mettent en avant la psychologie des personnages et qui ont des fins surprenantes. On retrouve le cynisme et l'humour noir que semble affectionner l'auteur. De ce coté-là, la fin de la première histoire est vraiment excellente, et connaissant le passé de l'auteur, j'ai l'impression qu'il a du adorer pouvoir dessiner une fin comme ça après la fin de la dictature de Franco. La seconde est bonne aussi quoique la fin est prévisible. Finalement, le principal problème est que la plupart du temps il manque quelque chose pour marquer ma mémoire en dehors de quelques scènes. En gros, un album pas indispensable, mais qui est sympathique à lire.

22/02/2020 (modifier)

C'est un peu court certes ... Mais bonne bd tout de même. Et bon coup de crayon surtout ! Toujours très efficace pour ce qui est de ravager un visage ou faire expier un corps. Gimenez nous montre une fois de plus le côté obscur de l'homme, et c'est d'autant plus créatif qu'il a choisi un univers SF, ou la cruauté et l'absurde n'ont pas de mal à coexister. Je suis assez impressionné je dois dire par sa facilité à s'approprier les schémas SF, en gardant sont style caricatural. On voyage, c'est frais, on passe un bon moment. Mais il en faudrait plus ...

12/02/2010 (modifier)
Par pol
Note: 2/5
L'avatar du posteur pol

Difficile de se faire un avis sur cette BD. Je rejoindrais assez celui de Ro au niveau des caractéristiques de cet album : un dessin de qualité, une narration parfois originale et pas toujours évidente à suivre, des récits assez durs, et une pointe assez remarquable d'humour noir. Comme il le dit aussi, ces 4 nouvelles sont sans surprise. Et c'est un petit peu ça qui me gêne. Si j'exclus la 2ème histoire (celle avec les autochtones esclaves) qui ne m'a pas plu, je dirais que dans l'ensemble ça se lit bien. Mais, finalement les nouvelles sont trop courtes pour marquer la mémoire du lecteur. On ne rencontre pas le détail génial, le personnage charismatique, ou la scène qui vous marque. Du coup dans une semaine j'aurai hélas oublié cette BD. Je dirais donc pas mal, mais sans plus. Au niveau de la notation, un 2,5/5 serait sans doute plus approprié.

30/05/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Il était une fois dans le futur recueille quatre nouvelles adaptées en BD : trois de Jack London, récits parlant de navires et de missionnaires transposés dans l'espace pour les rendre plus actuels dans leur narration, et un chapitre d'un roman de Stanislaw Lem (auteur de Solaris) qui devait déjà avoir pour décor une planète extra-terrestre. Le dessin de Gimenez y est excellent, dans sa veine semi-réaliste habituelle qui colle aussi bien à l'autobiographie qu'à la science-fiction comme ici. Certaines planches sont de toute beauté même si leur narration graphique est un petit peu lourde. Les récits sont sans grande surprise mais plutôt bons et plaisants à lire. Ils sont assez durs pour la plupart, à la limite de l'humour noir ou du cynisme. Sympathique.

21/08/2006 (modifier)