Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Cercle de Minsk

Note: 2.63/5
(2.63/5 pour 8 avis)

De nos jours, au Para, Amazonie brésilienne, Iannis Klinkert, ancien athlète est-allemand devenu médecin itinérant dans les camps de chercheurs d'or, pense avoir définitivement fait une croix sur son passé. Or, après la mort de ses parents, il reçoit en héritage une place au mystérieux Cercle de Minsk, association ultra-secrète et mystérieuse, qui tient énormément à lui.


Brésil

De nos jours, au Para, Amazonie brésilienne, Iannis Klinkert, ancien athlète est-allemand devenu médecin itinérant dans les camps de chercheurs d'or, pense avoir définitivement fait une croix sur son passé. Or, après la mort de ses parents, il reçoit en héritage une place au mystérieux Cercle de Minsk, association ultra-secrète et mystérieuse, qui tient énormément à lui. Par le scénariste du Décalogue, une nouvelle saga en cinq volumes.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2006
Statut histoire Série terminée 5 tomes parus
Couverture de la série Le Cercle de Minsk
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

29/03/2006 | herve
Modifier


Dans un genre déjà bien exploité la série qui démarrait bien s'enlise dans une histoire qui tombe dans des sentiers battus. Je ne dis pas que c'est sans intéret mais c'est pas très original. Le graphisme est classique je suis un peu deçu. Désolé.

29/09/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cette série, qui avait pourtant tout pour me plaire, m’a finalement déçu tant elle m’est de plus en plus apparue bâclée au fil de ses tomes. Pourtant, bon sang, Giroud nous a déjà offert plus d’un récit alliant une dimension historique et une intrigue policière ! Seulement, voilà, ici la dimension historique est peu originale et l’intrigue est des plus convenues. L’ensemble se laisse toutefois lire et nul doute qu’avec un dessin à la hauteur cette histoire m’aurait suffisamment accroché pour que j’en recommande l’achat. Car Frank Giroud sait écrire une bande dessinée, ses révélations sont distillées avec parcimonie, le suspense a beau être relatif, il demeure néanmoins présent du début à la fin. Et même si la montagne accouche d’une souris, je n’ai pas voulu rater l’accouchement. D’autre part, bon sang, Jean-Marc Stalner n’est pas un manchot du pinceau ! Oui, mais voilà, au terme du troisième tome, j’ai l’impression qu’il n’a plus qu’une seule pensée : vite achever le bazar et passer à autre chose. Alors, déjà qu’avant j’avais du mal à différencier deux de ses héroïnes, si ensuite il néglige ses décors et cesse de « nettoyer » ses planches (entendez par là qu’elles manquent de netteté et de lisibilité du fait d’une surabondance de traits inutiles), c'est le bouquet ! Résultat : on est entre le bof et le pas mal. En tenant compte de la moyenne des productions actuelles (où quantité est tout de même loin de rimer avec qualité), je dirais pas mal, mais compte tenu de leurs talents respectifs, je serai plus sévère. Bof, donc. Si vous appréciez ces auteurs, privilégiez d’autres séries à ce très anodin cercle de Minsk.

10/07/2009 (MAJ le 15/06/2010) (modifier)
Par Kalish
Note: 2/5

Aïe, j’ai parfois l’impression que, sûr de la qualité de ses scenarii, Giroud ne fait pas le difficile sur les dessinateurs auxquels il s’associe. Quand je vois les "Destins" à venir, et ce cercle de Minsk, je regrette l’époque de Lax et de Dethorey. Pourtant Jean-Marc Stalner est réputé mais j’ai trouvé que tout était bâclé, les personnages sont laids, les décors n’ont pas d’intérêt. On aurait pu se rattraper sur le scenar mais ça ne m’a pas intrigué et de toutes façons, le pot-aux-roses est décelable dès le second tome. Peut-être que Giroud nous réserve une surprise pour la fin. Toujours est-il que ça fait trop de tomes d’un truc aussi peu captivant et qui s'oublie très rapidement. Je réserve ça à ceux qui aiment.

28/01/2010 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

J’ai trouvé que le cercle de Minsk était une bonne BD d’aventure. On y trouve tous les ingrédients du genre. Une bonne dose d’action, pas mal de mystères à éclaircir, des tueurs avec leur gros flingues, un jeune et beau héros, … Dans un style réaliste que j’apprécie en général, les dessins sont sympas. Ils collent bien à ce genre de série. Pour fil conducteur, Giroud a imaginé un gigantesque complot planétaire dont on ne sait finalement que peu de chose après les 2 premiers tomes. Cela ne sort pas pour l’instant du lot des séries du même genre, mais c’est de la bonne BD de divertissement.

23/12/2007 (modifier)
Par angus
Note: 3/5

Des secrets de famille mêlés d'ésotérisme. On retrouve là des thèmes très à la mode et chers à Giroud. Qu'est-ce qui différencie cette BD des autres du même genre? Il est encore un peu tôt pour se prononcer tant les questions restant en suspend à la fin du premier tome sont nombreuses. Néanmoins, le héros n'est pas des plus attachant : un allemand sportif qui a fui son pays d'origine pour des raisons encore obscures pour se rendre au Brésil où il exerce des fonctions de médecin. Un père qui n'est pas celui qu'il croyait et qui faisait partie avant sa mort d'un cercle (d'où le nom de la série) garant du devenir de l'humanité (rien que ça...). Voilà donc les ingrédients de ce premier tome. Rien de bien original mais je laisse à Giroud le bénéfice du doute et attend de me faire une réelle opinion avec le tome 2.

28/08/2006 (modifier)
Par Chalybs
Note: 4/5

Voici une BD qui commence très bien ! Perso je vais attendre la suite avec impatience ! Le dessin est bon sans être original, classique, les couleurs parfois décevantes. Mais parait il le coloriste a lui même reconnu une certaine déception concernant cet album. Espérons qu'il s'appliquera encore plus pour les suivants ! Le scénario, finalement c'est lui que je retiens le plus. Il démarre vraiment très bien. Pas de longueur, des personnes atypiques sans être caricaturales, plein de rebondissements, rythme soutenu. Sans en dévoiler plus, notre héro et sa soeur se retrouvent en possession d'un fragment de tissu, pièce d'un puzzle dont nous avons bien du mal à tracer les contours. Il s'agirait d'une reproduction (ou d'un original ?) datant de l'époque romaine et porteur d'une forte signification suivant la torah juive. On sent poindre la cabale, les templiers, tant de choses possibles…D’ailleurs, j’espère sincèrement me tromper et que le scénariste réussira à me surprendre ! En tout cas cette intro et cette approche présage un très très bon scénario. A la fin de ce premier tome, nous avons des questions et encore des questions... A suivre vite !

11/08/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Cette série qui débute a quelques bons côtés mais beaucoup trop de défauts pour me séduire. Parmi les défauts, il y a le dessin qui est trop inégal. Il est très correct par moment, notamment concernant les personnages. Mais il fait preuve parfois de ratés manifestes, plus particulièrement en ce qui concerne les décors dont les perspectives sont quasiment toutes ratées tant vis-à-vis des points de fuite que de l'impression de profondeur. Les couleurs, informatiques, sont également très inégales, parfois tout à fait correctes, d'autres fois vraiment très moches. Quant au scénario, il surfe sur la vague des mystères ésotériques hérités des temps anciens, avec ici une intrigue qui semble une fois de plus remonter à l'époque du Christ et qui bien sûr touche à toute l'humanité. Comme dans Le Triangle Secret, le récit mêle indices précautionneusement distillés et thriller dont bien sûr on ne sait qui sont les méchants cachés dans l'ombre. Très basique dans l'ensemble donc, même si le scénariste prend bien garde à offrir un décor un peu original et un déroulement de l'intrigue qu'il veut différent de tout ce qui se fait dans ce type devenu banal de thriller ésotérique. Rien de bien passionnant donc, rien en tout cas qui compensera ce dessin que je n'aime pas.

25/06/2006 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

Décidément le très prolixe Giroud a encore frappé. J'ai du mal à me prononcer sur ce premier volume. D'une part, le dessin me rebute un peu (je trouve que Stalnert ne respecte pas les proportions et a un mal fou à dessiner les mains). D'autre part, le scénario reste confus : ça va trop vite et le héros, Iannis, n'est pas trop attachant. Espérons que ce "maillon perdu" (titre de ce volume) ne soit pas le maillon faible de la série mais seulement l'introduction d'une future aventure palpitante. Pour l'instant, album dispensable.

29/03/2006 (modifier)