Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Demi-course et casquette motul

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Des anecdotes sur l'enfance de l'auteur.


Autobiographie Expresso

Quand Christophe arrive avec ses parents au lotissement Le Clos de la Flèche, il n'y a rien. Juste des pavillons gris ciment, sans barrière encore, et ornés de jardinets en terre battue. Les premiers à obtenir une barrière, ce sont les Pottier. Ca les élève socialement par rapport aux autres familles. Mais ils ne sont pas liants. Et leurs gamins sont de vrais connauds ! Chez Christophe, on est plutôt rock et surtout, très, très Claude François. A sa mort, on a même porté le deuil. Chez les voisins, c'est plutôt Reggiani et Léo Ferré. Eux sont amateurs de naturisme. Au guidon de son vélo rouge, Christophe s'approprie ses territoires, rejoint la butte qui le rapproche de Dieu dans les moments d'intenses émotions, allongé les bras en croix. Entre deux verres de Tang à l'orange, il joue au Pouilleux, avec ses copains et une jolie fillette, un vrai garçon manqué. Et quand il va en vacances chez ses grands-parents, il retrouve Noiraud, son lapin, à l'étrange longévité. On est en 1976, c'était l'année de la grande sécheresse. Texte : Dupuis

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2006
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Demi-course et casquette motul
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

01/02/2006 | ArzaK
Modifier


Par klechko
Note: 3/5

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avant de lire le premier tome de ce diptyque dans lequel Christophe Gaultier nous raconte quelques anecdotes de son enfance. Bien que la lecture soit fluide et plaisante et malgré quelques (trop) rares sourires, je suis assez déçu du côté humoristique de cette œuvre. L’auteur s’est fait plaisir, ce n’est déjà pas si mal mais je ne suivrais pas ses aventures au-delà de ce premier tome.

03/04/2007 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

Et un de plus pour nous raconter son enfance sur un mode nostalgique ! L’ambiance est au rendez-vous : les années 70, le vélo Anquetil, la casquette Motul… Dommage que dans le genre, on trouve plus nettement plus réussi. Malgré toute la sympathie qu’on peut avoir pour cette bd, on est loin de l’excellence du Petit Christian de Blutch. Ici, seules les pages sur la mort de Cloclo m’ont paru excellentes… A lire à l’occasion, mais ce n’est pas un indispensable du genre.

01/02/2006 (modifier)