Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Tequila Desperados

Note: 2.29/5
(2.29/5 pour 7 avis)

Dans leur petit village des tierras Calientes, Martirio et ses 2 frères se sont toujours detestés. Mais lorsque leur jeune soeur Amélia, coupable d'infidélité envers sont fiancé, accuse un responsable gouvernemental de l'avoir violée, les 3 frères s'unissent pour châtier le coupable...


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Mexique et mexicains

Ce sont les coeurs des Péons Mexicains qui commandent à Martirio de venger l'injustice quotidienne dont ils sont victimes ! C'est le bras vengeur qui guide Augusto ! Miguel, le plus jeune, désire seulement venger l'honneur de la famille... Cet evenement marquera le depart de l'alliance des 3 frères, et de leur future carriere de desperados, rassemblés autour des seules valeurs qui les lient encore : la Tequila, la famille, et le gout de tuer.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 1998
Statut histoire Série abandonnée 1 tome paru
Couverture de la série Tequila Desperados

11/11/2001 | Kael
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Des histoires de famille peu passionnantes qui lavent leur linge sale dans une ambiance très mex à laquelle la colorisation participe grandement. C'est un peu sanglant, il y a une atmosphère, des personnages à "gueules", un beau dessin un peu heurté, bref des éléments qui auraient pu faire de ce récit une Bd honorable. Au lieu de ça, on a du remplissage verbeux et un peu dallassien, un peu de confusion, un titre d'album qui rappelle une bière bien connue, et encore du Soleil abandonné pour cause de dispute sordide entre auteurs et éditeur qui privent les lecteurs d'un plaisir potentiel ; car peut-être que s'il y avait eu une suite, ce western aurait pu avoir de la gueule. On ne le saura jamais.

03/02/2014 (modifier)
Par iannick
Note: 2/5
L'avatar du posteur iannick

La note que j’ai attribuée ne reflète pas du tout les qualités de l’unique album de cette série sorti jusqu’à ce jour. Ma sévérité est due essentiellement par ma frustration qu’aucun autre tome ne sortira, cela est du –parait-il- à une querelle entre le scénariste et l’éditeur. Décidément, c’est devenu une habitude chez cet éditeur… « Tierras Calientes » est bonne BD dans le style western spaghetti. L’histoire se passe au Mexique et autour d’Amélia, une magnifique jeune femme courtisée par de nombreux hommes. Amours tragiques, enfance malheureuse, violence, Tequilas à gogos, sales gueules, soleil torride sont essentiellement les ingrédients qui composent l’album…comme dans un bon film de Sergio Leone à la différence près que l’humour est quasiment absent dans la BD. Les personnages de Camélia dans la peau d’une femme au fort tempérament qui refuse de se aller mener par les hommes et celui de Joachim, l’homme sincère et brave perdu au beau milieu d’un monde sans pitié, me sont révélés attachants. Le scénario est assez complexe à cause de la présence de nombreux flash-back. Les changements de lieux me sont apparus assez brutaux et par conséquent m’ont obligé parfois à revenir en arrière pour voir si je n’avais pas raté la lecture d’une page. Malgré tout, « Tierras Calientes » m’est apparu plaisant à lire notamment grâce au dessin de Cassini. J’ai beaucoup aimé la mise en couleurs de cet album, elle m’est apparue parfaitement adaptée à l’ambiance western avec ses tons ocres et orangés annonciateurs de danger imminent. « Tierras Calientes » a été réalisé après que Cassini ait fini la série « Bouffe Doublon », cette dernière avait servi à l’auteur d’essayer une nouvelle technique de coloriage (visible entre les tomes 2 et 3) dont il reprend les bases pour dessiner « Tequila Desperados ». Le résultat m’est apparu plus convaincant que dans « Bouffe Doublon » car l’encrage y est plus visible. Malgré un scénario riche en dialogues et en cases, Cassini a réussi à aérer correctement et suffisamment la mise en page. Ainsi, la présence de quelques planches muettes permet d’accentuer certaines scènes dramatiques. Le premier tome de « Tequila Desperato » m’est apparu plaisant à lire notamment grâce au graphisme de Cassini et inaugurait une série western qui m’avait l’air prometteuse… hélas, mille fois hélas, il a fallu une mésentente entre le scénariste et l’éditeur pour que la série cesse aussitôt alors que l’histoire était loin d’être finie… Rageant !

03/12/2006 (modifier)
Par Monu
Note: 2/5

Déception en refermant cet album. J'aurais préféré un western très classique, ça aurait été meilleur que ça. Les auteurs ont peut-être essayé de faire quelque chose d'original, déjà en situant l'action au Mexique, et en faisant des flash du futur et du passé, ça aurait pu être une bonne idée mais ça n'apporte rien sinon de révéler les faits et de gâcher le minimum de suspens. Le résultat est pas grandiose. Ce que je me dis en fait, c'est que l'album aurait pu tenir en 20 planches, tant certains passages m'ont paru inutiles. Et puis il y a un tel nombre de personnages, qu'on se demande qui est le héros, ou au moins le personnage principal qui aurait mené l'histoire. On se noie avec tout ces seconds rôles, à peine esquissés et qui n'ont pas eu le temps de développer une personnalité. Sinon ces couleurs chaudes sont superbes, et le dessin qui les sert n’est pas en reste non plus. Ca aura au moins le mérite de faire ressortir un des deux auteurs.

24/06/2005 (modifier)
Par Piehr
Note: 2/5

Dommage, vraiment dommage ! En feuilletant cette bd, j'etais sur que ça me plairait. Non mais vous avez vu ce dessin ? Cassini fait vraiment très fort, ici, et on dévore les planches avec avidité. Oui mais voila : faut surtout pas lire les phylactères... Je m'explique... Certes, je n'ai jamais été un grand fan de Western, mais je suis assez ouvert, comme garçon :). Mais Tequila Desperados (nan mais quel nom grotesque, c'est vraiment dommage :)), c'est avant tout le Santa Barbara de la bande dessinée, façon Far West. Dommage, pas vrai ? Bref, histoire de familles sur fond de dureté mexicaine, avec un mot sur deux en espagnol pour faire plus "vrai"... pas très palpitant, tout ça... Mais alors, les illustrations de Cassini... oooohhh que c'est beau ! La rien à dire, c'est tout simplement superbe. Très détaillées, leur mise en couleur est excellente et contribue grandement à l'ambiance. Les différents personnages campent des positions très naturelles, le style est assez dynamique... que du bon :) Nan mais, quel gachis :(

16/10/2002 (modifier)
Par Don Lope
Note: 2/5

Je suis déçu parce que j'avais envie d'aimer cette BD. J'ai bien accroché à Trio Grande ou 500 fusils par exemple. Mais là, j'ai trouvé l'histoire inintéressante. C'est pas franchement mauvais, c'est plutôt bien dessiné mais je me suis ennuyé, alors que j'aime bien les histoires un peu western dans la pampa. Et une BD qui ennuie ne peut pas être réussie.

10/10/2002 (modifier)
Par régis
Note: 3/5

C'est surtout le dessin qui m'a plu dans cette BD. Il est très beau et surtout très bien fini. L'histoire est assez classique, et ce "western" s'oriente sur le côté dur et impitoyable. La narration est un peu compliquée au début mais l'histoire se tient bien. Un moment agréable à passer.

15/01/2002 (modifier)
Par Kael
Note: 3/5

Une bonne série sur fond de bing badaboum mexicain. Une ambiance glauque, où transpire la violence et la haine des frères que tout oppose. Le dessin de Cassini est vraiment beau, les couleurs parfaites. Ma note moyenne est motivée par la non venue du second tome. Viendra t-il un jour ? Cassini semble occupé à autre chose pour l'instant. Peut-être est ce Soleil qui ne veut pas de 2e volume...

11/11/2001 (modifier)