Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Cité de verre (City of glass)

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 6 avis)

Adaptation en bande dessinée du roman 'La Cité de Verre' de Paul Auster


Adaptations de romans en BD New York

Daniel Quinn a tout perdu, famille et amis . Retranché derrière son isolement et sa solitude, il tente d'oublier son passé. Aujourd'hui Daniel est auteur de romans policiers sous le pseudonyme de Wilson. Le narrateur de ses romans est le detective privé Max Work. Daniel vit aujoud'hui dans cette triple ambiguité : qui est-il ? Quinn, Wilson ou plutôt Work, qui semble prendre l'ascendant sur les deux autres ? Un jour, il reçoit un appel anonyme . Quelqu'un demande Paul Auster...Il est intrigué. Lorsque l'appel se renouvelle, il prend l'affaire en main.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 1995
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Cité de verre

22/09/2005 | Thierry T
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

C'est une oeuvre qui est manifestement difficile d'accès. J'ai bien aimé le dessin de David Mazzuchelli qui a l'avantage d'être clair et précis dans un style épuré. Par contre, le scénario est très alambiqué et je me suis perdu d'emblée. Alors, je vais dire que ce n'est pas mon genre de lecture trip. ll s'agit en fait de l'adaptation en bande dessinée du roman Cité de verre (1985) de Paul Auster que je ne connaissais pas. Les amateurs apprécieront sans aucun doute cette mise en image d'autant qu'elle semble parfaitement fonctionner. Il parait clair qu'il faut suivre les différents fils narratifs de l'intrigue policière ainsi que les réflexions philosophiques et existentielles de notre héros. Bref, les concepts métaphysiques au coeur de la narration ont fini par m'achever. Oui, les délires mystico-linguistiques ne sont pas ma tasse de thé.

04/08/2016 (modifier)
Par MONTANE
Note: 4/5
L'avatar du posteur MONTANE

On peut faire une BD avec le meilleur dessinateur du monde, si le scénario ne suit pas, l'échec sera au bout. En l'espèce il était difficile de ne pas réaliser une adaptation de qualité tant la matière offerte par Paul Auster était riche et de grande qualité. Le pari est réussi, même si les lecteurs du roman de Paul Auster qui compose le 1er tome de sa trilogie New Yorkaise trouveront que la BD ne restitue que de manière acidulée le roman. Mais comment pourrait-il en être autrement dans une BD, où le dessin doit se substituer aux mots. C'est tout le talent de Mazzuchelli que d'avoir réussi à restituer le parcours d'un homme que l'on prend pour le détective qu'il n'est pas, et qui à l'instar de l'un de ses personnages de roman, mène l'enquête sur un individu incarcéré pour avoir infligé des matraitances rédhibitoires à son enfant. Mister Quinn, que l'on prend pour Paul Auster, qui se voit confier pour mission d'empécher le père de l'enfant de lui faire du mal à sa sortie de prison, s'engagera corps et âme dans la mission de protection qui lui a été confiée jusqu'à se perdre pour abandonner le monde réel. Le dessinateur de Daredevil, change ici totalement de style et abandonne un dessin réaliste pour un dessin plus épuré, plus caricatural qui met en évidence sa palette de styles. Cette BD pourra permettre à ceux qui l'ont appréciée de découvrir l'univers de Paul Auster, et à ceux qui le connaisse d'apprécier l'univers de la BD. Une histoire de miroir en fait, et de passage, comme dans cette adaptation

09/11/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Même si j'en ai beaucoup entendu parler, je n'ai jamais lu de roman de Paul Auster. Je suis plutôt heureux de découvrir une part de son oeuvre par le biais de cette bande dessinée mais je pense ne jamais lire d'autres livres de cet auteur car ce n'est pas un genre que j'apprécie. Il faut avouer que le scénario est original, très difficilement résumable. En fait si, sa thématique superficielle est facile à dicter en quelques mots. Il s'agit d'un romancier à qui le hasard va permettre de se prendre pour son personnage de détective privé et mener une enquête sur un homme un peu illuminé qui a été jugé il y a des années pour avoir enfermé son fils dans le noir pendant 9 ans, et qui vient de sortir de prison, menaçant probablement la vie à peine rebâtie de son fils. Mais ce n'est que la surface d'un récit qui en fait joue fortement sur la quête d'identité d'un personnage qui pourrait bien être l'auteur lui-même et qui s'incarne tour à tour dans presque tous les protagonistes du récit. La frontière entre réalité et imaginaire est floue, celle entre l'esprit de chaque personnage l'est encore plus. Daniel Quinn le romancier, Warren Wilson son nom de plume, Mark Work son personnage de détective, Peter Stillman père, Peter Stillman fils, Paul Auster le détective imaginaire, Paul Auster le romancier du livre et le véritable Paul Auster auteur du livre semblent tous à un moment ou à un autre être une facette du même personnage. Le récit fait d'ailleurs une nette référence à Don Quichotte, l'histoire d'un homme qui écrit sa propre histoire en la vivant autant qu'en la fantasmant. Pas facile de bien tout saisir, et d'ailleurs l'auteur fait le choix de ne pas apporter une explication nette à son… (lire plus)

14/02/2010 (modifier)
Par Totoro
Note: 5/5

Une adaptation fascinante du roman de Paul Auster. Chaque image creuse le texte (rapporté en partie dans la traduction à peine modifiée de Pierre Furlan), l'illustre parfois simplement, le commente ou suggère à d'autres moments ses virtualités innombrables d'interprétation. Il suffit de lire les 4 premières pages pour se rendre compte que Mazzucchelli n'entendait pas se contenter de réaliser un simple support graphique à l'histoire complexe et déroutante de Paul Auster. Il fallait que l'adaptation soit elle-même déroutante, créatrice, magnifiquement réalisée à travers le graphisme sobre, en noir et blanc, de Mazzucchelli.

09/01/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

J'ai globalement apprécié cette BD malgré des passages très opaques. Le personnage principal est très complexe, il vit avec 3 personnalités. Cette situation complexe ne s'améliore pas lorsqu'il accepte une mission de détective en prenant la place de Paul Auster. L'histoire dans laquelle il va s'embarquer va le corrompre au delà du point de déchéance initial. En effet ses problèmes viennent de la perte de sa femme et son fils. Il y a des passages très travaillés. L'auteur joue avec les cases et le support. La BD est intellectuelle sur le fond et la forme. Je reconnais avoir des doutes quant à la compréhension de certains passages. J'aurais bien vu ce récit à l'Asso. Cette BD est intrigante et pourra paraître bobo pour nombre de lecteurs. Elle mérite un coup d'oeil car elle pourrait vraiment plaire à des lecteurs confirmés.

11/08/2009 (modifier)
Par Thierry T
Note: 4/5

Très belle adaptation du roman de Paul Auster, Cité de Verre est simplement mais superbement mis en images par Mazzuchelli. Le scénario est tiré au cordeau. Le dédoublement de la personnalité du héros, dans une cité labyrinthique (New York) et cauchemardesque, donne au final au lecteur une impression envoûtante. A lire sans hésiter.

22/09/2005 (modifier)