Galathéa

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Galathéa ne connaît pas sa mère, morte au moment de sa naissance. Princesse rebelle, elle refuse de se soumettre aux lois qui l'empêchent d'accéder au trône. Une mystérieuse conteuse va l'aider dans sa lutte.


Emmanuel Proust Éditions Jean-Blaise Djian La BD au féminin

Les circonsatances de la naissance de Galathéa sont tragiques et assez mystérieuses Galathéa va faire une rencontre ... ... qui donnera un sens à sa rebellion

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2005
Statut histoire Série abandonnée (Le titre de collection est explicite, je crois) 2 tomes parus
Couverture de la série Galathéa © Emmanuel Proust Éditions 2005

Par Pigato
Note: 3/5

J'avais beaucoup aimé Galathéa à cause de son graphisme, même si effectivement l'histoire est assez connue. J'avais trouvé le traitement graphique magnifique et tellement différent de ce j’avais eu l’habitude de voir. Dans l'espoir de connaitre la fin, j'ai pris l'initiative de contacter la maison d’édition pour savoir la date de sortie du dernier tome ou du moins, une idée d'une date. La réponse fut malheureusement "peut-être jamais",la dessinatrice ayant changé de maison et de projet. Je n'ai même pas pu connaitre la fin. C'est à cause de cela que je déconseille de l'acheter. L.Pigato

13/06/2012 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est encore une histoire vue et revue qui s'abreuve d'un cocktail déjà mille fois exploité par ailleurs. L'originalité qu'il faut rechercher résidera sans doute sur un graphisme aux couleurs asiatiques et poétiques qui confèrent une atmosphère assez particulière. On suivra finalement ce récit par pure convenance. Le troisième tome se fait pourtant attendre depuis plusieurs années et il n'est pas certain qu'on connaîtra la fin. Tout ces éléments m'incitent à la plus grande prudence. Je délivre néanmoins un 3 étoiles (–) mais l'achat ne sera pas absolument indispensable.

01/07/2010 (modifier)
Par GiZeus
Note: 3/5

En ouvrant les deux premiers tomes, je m'attendais à tomber sur un discours sur la notion de pouvoir et de ses limites. Ceci m'a été dit par la personne qui m'a conseillé cette série. Après lecture, je dois dire que je suis un peu déçu, tant sur le plan intellectuel que sur celui du divertissement. L'intrigue n'innove pas spécialement. Nous sommes confrontés, dans une cité où les femmes sont relayées aux seconds rôles, au dérangement que suscite la fille du roi. Lui qui espérait un garçon pour lui succéder, ben c'est loupé. Sa fille, Galathéa, rompt fortement avec les traditions préétablies, et dérange fortement l'opinion. Mais les prêtres (ou assimilés) sont aussi les garants de la tradition, et l'attitude 'rebelle' de Galathea les irrite eux aussi. Il y aura donc quelques palabres sur la notion de pouvoir, de la manipulation tant au niveau de l'histoire que des actes, mais rien de bien innovant et de très profond. Au fond, nous aurons seulement droit à une intrigue politique dans un cadre un peu dépaysant, car nous serons ici perchés sur les cimes de quelque montagne imaginaire. Malheureusement, le scénario n'est pas très folichon, et dès le départ on sait ce qu'il adviendra de Galathea. Ca se laisse facilement lire, mais ce n'est pas pour autant accrocheur. Il faut également noter le joli travail de Stéphanie Hans qui brille plus par son graphisme que par son talent de scénariste. Le dessin, mais surtout les couleurs sont très poétiques, et retranscrivent à merveille l'idée de la suprématie du Vent (en fait c'est un culte dédié au Dieu du Vent). Bien que j'ai parfois eu du mal à différencier quelques protagonistes, les visages sont la majeure partie du temps très réussis et expressifs, notamment en regard du soin apporté aux yeux. Au final, deux tomes assez décevants qui auraient mérité un peu plus de profondeur à tout point de vue. Seul le dessin s'en tire avec les honneurs. Note finale: 2.5

21/03/2010 (modifier)
Par Chelmi
Note: 3/5
L'avatar du posteur Chelmi

"Galathéa" quand l’étrange rencontre le fantastique… Hans et Djian nous dévoilent une cité, Urakan, où le vent et les aigles sont adulés, où religion et tradition prédominent, où les femmes sont rabaissées. C’est dans cet univers que l’on découvre Galathéa, la fille du roi, qui essaie de s’affirmer en allant à l’encontre des traditions en domptant l’aigle blanc, Acis, qui fera d’elle la première maîtresse de volières. On peut résumer l’histoire à une quête initiatique. Cette série est sous quelques aspects très féministe, et en extrapolant un peu, je dirai même qu’il s’agit d’une critique de certaines dérives de la religion musulmane. J’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans l’histoire durant les 20 premières pages du premier, et à tenir le fil pour finir, mais après une seconde lecture quelques mois plus tard avant d’entamer le deuxième tome de cette trilogie, l’histoire est beaucoup mieux passée. Et ma découverte du Tome 2 a été beaucoup moins chaotique et plus intéressante. Ce petit revirement de situation est sûrement dû : aux efforts faits pour m’immerger dans cet univers de fantasy assez particulier ; et à la tournure que prend le récit, il est beaucoup moins descriptif maintenant que le décor est planté, moins passif ; les personnages se dévoilent. La quête initiatique de Galathéa ainsi que son destin deviennent plus clairs. Même si j’ai revu mon avis à la hausse, je ne suis pas non plus devenu un inconditionnel mais je lirai le tome 3. J’admets bien volontiers que les dessins et ses couleurs de Hans sont magnifiques. Le style me fait un peu penser à des peintures asiatiques. Mais je trouve qu’il n’est pas toujours des mieux adaptés pour la BD, surtout dans le premier tome où les planches sont comme floutées. Dans le second tome, ça passe beaucoup mieux car les contours sont plus nets et les personnages beaucoup moins figés et bien mieux maîtrisés. Galathéa est vraiment très belle avec ses cheveux au vent.

20/09/2006 (modifier)

Attirée par la sublime couverture, je me suis procurée cet album, impatiente de savoir si l'histoire serait à la hauteur. En fait, après lecture, je reste sur une impression mitigée. Le scénario nous ressert l'habituel cocktail d'intrigues de palais pour la conquête du pouvoir, de religieux despotiques et de jeune femme rebelle décidée à tout chambouler. De plus, il y a des maladresses dans le scénario : pourquoi, par exemple, y a t'il un lien entre l'accession au trône et le dressage de l'aigle blanc Acis ? Certains dialogues manquent singulièrement de naturel, certaines scènes s'enchaînent de façon un peu artificielle, on n'est pas vraiment pris par l'histoire. Maladresses que l'on retrouve dans le dessin, ainsi le visage de Galathéa, qui n'est pas constant, d'une page à l'autre, et puis, il y a cette mise en couleurs photoshop, pfff ! Certes, il y a une certaine atmosphère, une douceur toute féminine dans les traits et le choix des ambiances chromatiques, certaines vignettes sont même très belles, cet album est à cet égard un bel objet, très agréable à feuilleter, mais je reste sceptique. J'espère réviser à la hausse ma note, avec le prochain tome.

14/08/2005 (modifier)