A l'ombre de la croix

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 5 avis)

Récit médiéval sur la déchéance de l’Ordre des Templiers


987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens Les Croisades Paquet

An de grâce 1291, la forteresse de Saint-Jean d’Acre est assiégée par les Sarrasins. Les Templiers sentent venir leur fin en Palestine. Ce fait marque aussi le début de la fin de l’Ordre, dissout en 1314. C'est dans ce contexte désespéré que Luc, Guillaume et Elisea vont retrouver d'anciens ennemis ... À la croisée de ces luttes d'influence se cache le légendaire "Trésor Noir", dont le seul nom fait se dresser la toute-puissante inquisition! Texte : Editions Paquet

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Novembre 2003
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série A l'ombre de la croix
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

30/03/2005 | Pierig
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Je ne reviendrai pas sur ce qui a été dit concernant le dessin mais force est de constater que la couleur directe c'est du boulot et qu'ici elle est maîtrisée, c'est plus le graphisme qui pêche par endroit. Autrement, et bien encore une histoire de templiers me direz-vous, certes mais je trouve que tout cela n'est pas mal amené. Le problème est que l'auteur ratisse très large et s'est peut être laissé trop dominer par son, (ses) sujets. Dommage au final car il y avait du potentiel. Une BD agréable mais qui ne révolutionne pas le genre, à posséder tout de même si l'on est fan de cet univers.

19/08/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

La première chose que j’ai faite, arrivé à la fin du premier tome, c’est d’en reprendre la lecture. Car ce premier tome est aussi confus que riche. Lieux différents, personnages multiples, intrigues distinctes, le tout desservi par un dessin imprécis, approximatif, qui ne facilite pas la reconnaissance de ces divers personnages. Toutefois, le contexte historique m’intéressait et c’est sans doute la raison pour laquelle je me suis autant accroché. A la lecture du second tome, je me demande si ce n’était pas une perte de temps. Le contexte historique est finalement peu exploité et mal précisé, et les intrigues s’avèrent en définitive sans grand intérêt (souvent du fait d’un manque de développement). Rien n’est fignolé, et c’est regrettable car le récit recèle plusieurs bonnes idées, bons points de départ. Sans doute Trondoli a-t’il vu trop grand. Son récit aurait gagné en efficacité s’il s’était limité à UNE intrigue principale. Le dessin de l'artiste, comme je le disais, manque cruellement de précision. Et la sanction est sans pitié pour ce genre de récit historique à personnages multiples : c’est un échec. Trondoli n’est cependant pas dénué de talent mais je ne crois pas que son style soit adapté à ce genre. La colorisation est agréable et m’a poussé à continuer ma lecture. Trop confus et pas assez prenant pour que j’en conseille l’achat, ni même la lecture.

04/05/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Le sujet aurait pu être intéressant, mais moi, je me suis emmerdé à la lecture. L'histoire n'est pas du tout passionnante et aussi très confuse. Il y a plusieurs moments où j'ai dû relire deux ou trois fois pour comprendre un peu ce qui se passait. De plus, les personnages sont stéréotypés et pas du tout intéressants. Pour finir, je trouve le dessin moche, mais c'est plutôt parce que ce n'est pas mon style et non parce que le dessinateur n'a pas de talent.

02/02/2008 (MAJ le 16/04/2008) (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

J'avais trouvé la lecture du premier volume assez fastidieuse : un scénario confus (mêlant histoires familiales et quête d’un mystérieux « noir »), des personnages difficilement reconnaissables d'une case à l'autre. Mais ce second opus est beaucoup mieux maîtrisé que le précédent, comme si en "éliminant" des personnages secondaires inutiles (Isabelle, Nicolas, véritable arlésienne de cette aventure, et d'autres encore...) l'intérêt de l'histoire rebondissait. Sur fond de prise de Saint Jean d'Acre pendant les croisades, Ilaria Trondoli développe une chasse au Trésor menée par un mystérieux Luc de Ridefort, ancien templier. Le principal atout de cette bd est sans nul doute le magnifique dessin, en couleurs directes. En outre, ce second volume bénéficie de plus de lumière que le tome précédent. Le moins bon réside sans doute dans le scénario qui nous fait penser au "Troisième Testament". La dessinatrice, étrangement, transforme physiquement son héros (Luc de Ridefort) dans ce volume, ce qui le rapproche de Conrad de Marbourg. Une bonne histoire en deux volumes, à acheter si vous n'êtes pas encore rassasié de Templiers -, qui surfe sur la vague de l'héroïc-catholique. Auteur à suivre de près !!

14/06/2005 (modifier)
Par Pierig
Note: 5/5
L'avatar du posteur Pierig

Superbe diptyque que voici ! En proposant un récit gravitant autour des Templiers, cette jeune auteur souffrira sans doute la comparaison avec Dorison et son "Troisième Testament". Personnellement, je n’entrerai pas dans ce genre de considération, tant le fond de ces deux séries diffèrent. En effet, point ici de récit historique virant au fantastique ! Après lecture des deux tomes, on éprouve un certain contentement, celui d’avoir en main une bd qui n’est pas qu’une réussite graphique. Pourtant je dois bien l’avouer, j’ai été un peu désarçonné avec le tome 1 qui commence par la toute fin du récit. Mais tout s’éclaircit avec le deuxième opus ; les rouages se font jour, tout comme les desseins de chacun. En outre, les références historiques sont fortement présentes, ce qui ajoute de la crédibilité au récit d’Illaria. Ce diptyque, à la trame bien rodée, possède d’autres qualités ... qui sautent aux yeux ! Inutile d’en rajouter car les planches parlent d’elles-mêmes. Lecture chaudement conseillée pour tout un chacun qui s’intéresse de près ou de loin aux Croisés et à leur déclin.

30/03/2005 (modifier)