Golgoth le Dernier Empereur (Empire)

Note: 3.6/5
(3.6/5 pour 5 avis)

Les armées de l'empereur Golgoth ont écrasé toutes les autres puissances militaires de la terre. L'humanité vit dans la crainte, les dernières poches de résistance chutent l'une après l'autre.


Des méchants super ! Dictatures et répression Image Comics Séries hélas abandonnées Super-héros

Golgoth a gagné la guerre. Dans un monde déchiré par les combats qu'il livrait contre les super-héros, la possession de la téléportation a été un atout déterminant dans sa victoire. Plaçant aux différents ministères de sa dictature ses proches les plus fidèles, Golgoth fait régner sur le monde une dictature implacable qui écrase une à une les dernières poches de résistance. Le monde libre n'est plus qu'un lointain souvenir. Elevant sa fille et ordonnant à la terre entière, Golgoth vit dans un monde de haine et de duplicité que seule sa poigne de fer fait taire. Combien de temps encore la dictature de Golgoth s'imposera-t-elle à l'humanité?

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Traducteur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2005
Statut histoire Série abandonnée 1 tome paru
Couverture de la série Golgoth le Dernier Empereur (Empire)
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

17/03/2005 | steamboy13
Modifier


Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Le coté sympa (et original) de ce comics est que le héros est le méchant. Le super méchant même. Quelque part entre le dictateur et le gourou, l'empereur Golgoth règne sur la terre qu'il a mise à ses pieds. Il va même jusqu'à terroriser ses propres ministres qu'il drogue régulièrement pour s'assurer une loyauté totale. Ce contexte lance une histoire plutôt sympa et qui, au rythme des différents chapitres, va connaitre pas mal de rebondissements. Entre la fille du despote qui a ses petits secrets, les ministres un peu trop curieux et les traitres en herbe il y a matière a pimenté le récit. Mais a coté de ça, tout n'est pas palpitant. La puissance de Golgoth est telle que personne ne lui résiste. A partir de là, les quelques passages qui montrent des combats contre les populations perdent quand même pas mal d'intérêt puisque l'issue ne fait aucun doute. Coté dessin, c'est du comics assez classique qui ne sort pas du lot. Les cadrages sont efficaces mais les personnages ont des têtes trop passe partout. Heureusement qu'ils ont leurs costumes pour les différencier. Au final, du bon et du moins bon.

25/10/2015 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Le plaisir procuré par la lecture de ce tome 1 est à la mesure de la frustration qu'emmène l'inachèvement de sa traduction. Car lire un comics dans lequel un super-méchant a éradiqué tous les super-héros et annexé tous les Etats de la Terre (ou sur le point de le faire) est une sorte d'expérience ultime, que Mark Waid mène brillamment. Car ceux que Golgoth mène au pouvoir sont à leur tour tentés d'en savoir plus, de grignoter des miettes de ce pouvoir, au risque bien sûr de se transformer en poulet grillé si leur maître venait à connaître leurs vélléités. Alors en effet le tome 1 pourrait presque se suffire à lui-même, puisqu'il est très complet. Mais hélas il laisse le lecteur frustré, avec ces cliffhangers multiples : les différents états e rébellion des ministres de Golgoth, la situation ambigüe de sa fille... Côté dessin, Barry Kitson, qui a déjà beaucoup collaboré avec Waid, se révèle un illustrateur de très bon niveau, même s'il y aurait à redire sur les visages de ses personnages, qui changent régulièrement. Espérons lire un jour la suite...

11/12/2011 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Après la lecture du premier tome. Je ne comprend pas qu'il n'y ait pas de suite publiée encore à ce jour. Cette série est une petite merveille, elle est prenante et plaisante. Il est difficile d'accepter de ne pas pouvoir enchainer avec la suite. J'espère qu'un éditeur aura le courage et surtout l'intelligence de remédier à cette lacune. "Empire" offre une approche novatrice dans le monde des super-héros. Le monde est dominé par Golgoth un super héros en armure, régnant d'une main de fer sur ses ministres tous aussi fourbes et cruels les uns que les autres. C'est simple, on ne peut faire confiance à aucun d'entre eux. Les rapports entre ces protagonistes sont merveilleusement romancés et intégrés à une histoire finalement très humaine. L'univers de "Empire" est une extrapolation de certaines dictatures existantes. En progressant dans l'histoire, on apprend d'abord à connaitre Golgoth aux pouvoirs énormes mais l'on se rend vite compte qu'il est entouré par des seconds couteaux près à percer ses secrets ou à le tromper pour des intérêts personnels. En l'état, le premier tome est déjà savoureux, il met l'eau à la bouche mais l'effet pervers de manque l'accompagne : comment peut-on en rester là ? Il y a matière à développer cette série, jusqu'à présent c'est maitrisé et réussi. Grâce à son dessin réaliste de qualité, "Empire" a tout pour réussir une vrai carrière commerciale entachée par la disparition de son premier éditeur. Il n'est pas trop tard pour corriger le tir.

17/02/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Empire est basé sur un postulat de départ intéressant et assez original : imaginez un monde où les Super Vilains ont tué tous les Super Héros et écrasé les armées de toutes les nations pour fonder un empire autoritaire mondial dirigé d'une main sanglante par le tout puissant Golgoth. Idée vraiment captivante mais qui aurait pu tourner au médiocre si elle avait été traitée sans finesse et se basant uniquement sur des combats entre super-gaillards aux muscles hypertrophiés. Heureusement, ce n'est pas le cas du tout ici ! Le concept est vraiment bien traité, avec intelligence, finesse et surtout une bonne part de mystère. L'Empire est dirigé par une élite, ministres d'empire, super-vilains tous plus sadiques et vicieux les uns que les autres. A leur tête, Golgoth. Golgoth est sans doute le meilleur personnage de ce comics. Surpuissant, très mystérieux, froid et dangereux, il a une forte notion de la politique autoritaire et des erreurs à ne pas commettre par ses proches comme par ses ennemis. En même temps, il a une faiblesse puisqu'il a une fille adolescente qu'il chérit, protège et à qui il cherche à masquer au maximum le monde violent qu'il a lui-même créé. Mais derrière ce masque de surpuissance semble se cacher un traumatisme psychologique le rendant fragile mais aussi encore plus imprévisible. Et derrière son amour pour sa fille semble également se cacher une ambition très mystérieuse. Bref, un personnage principal qui cache bien des choses et m'a beaucoup plu. Autour de lui, toute une série d'autres personnages, super vilains qui font partie de sa cour mais aussi ambassadeurs de nations étrangères, tous assez variés et plutôt bien construits dans leur psychologie et leurs relations. Le récit se structure en chapitres plus ou moins courts, mettant en place le décor de cet empire et de son apogée. Ces récits sont bien construits et assez prenants. Ils dévoilent en outre peu à peu une intrigue relativement complexe où les trahisons semblent nombreuses à venir. Le dessin, quant à lui, est assez moyen. Dans un style action comics assez standard, il souffre difficilement qu'on le regarde en détail et montre quelques insuffisances techniques du dessinateur. Cependant, en cours de lecture, il passe très bien et réussit à masquer ses faiblesses relatives. Seul véritable défaut de ce comics, le fait que seul le tome 1 soit paru chez Semic et Golgoth sait quand viendra la suite et chez quel éditeur. Heureusement ce premier tome est suffisamment dense et pourrait presque se suffire à lui-même. Mais je suis néanmoins avide de pouvoir lire la suite.

10/10/2006 (modifier)

Mark Waid est un nom connu parmi les scénaristes de comic actuel, scénariste entre autres oeuvres, du fameux Kingdom come (à lire si vous n'êtes pas totalement réfractaire aux illustrations d'Alex Ross). Parlons maintenant de son "Empire". Waid et Kiston nous proposent donc une histoire sans héros "gentil", leur idée est de développer des personnages de vilains qui tiennent le monde et non qui cherchent à le conquérir, comme c'est souvent le cas. Traditionnellement dans le comic de super-héros, le méchant est une icône, il sert juste à donner un visage à la menace qu'il représente, dans le genre Galactus est un bon exemple, son nom seul suffit à terroriser tous les habitants d'une galaxie. Son but est simple: se sustenter sans se soucier des conséquences. Dans le cas de Golgoth c'est plus complexe, une fois que le monde est à ses pieds il doit le préserver, préserver sa vision d'un monde idéal... Golgoth a ses démons, malgré le fait qu'il soit le maître du monde il ne connaît pas la paix. Il ne doit jamais faiblir et toujours tout contrôler. Un personnage riche et haut en couleurs qui ne doit jamais se reposer, voila ce qu'il est, constamment sur la brèche il ne trouve réconfort qu'auprès de sa fille chérie. Empire a un scénario élaboré, le background est très travaillé c'est immersif et les personnages sont nombreux et intéressants, à la lecture on se demande souvent quel est le prochain pourri qui va se faire éliminer ou évincer par ou à cause d'un autre pourri. Le concept proposé par Waid et Kiston est sympa, surtout qu'à aucun moment ils ne se prennent au sérieux, ici le but n'est pas de réfléchir mais de se divertir. Le monde qu'ils ont créé est totalement alternatif, ils peuvent se lâcher et créer des situations qui ne fonctionneraient pas forcément ailleurs. Les dessins sont d'un bon niveau, les couleurs pètent mais ne tombent pas dans le flashy. Du bon boulot quoi. En fin de volume quelques crayonnés nous sont présentés. Une BD qui, sans être révolutionnaire, offre un scénario de science fiction correct. L'histoire se déroule bien, la tension est parfois palpable et les rebondissements sont nombreux. Un premier tome qui installe l'univers, les personnages et dévoile une bonne partie de l'intrigue, la série démarre plutôt bien.

17/03/2005 (modifier)