Haute Mer

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Une expédition en pleine mer qui mêle difficultés de la vie marine, contexte historique et monstres marins.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Marine moderne Océan Atlantique

Octobre 1913 : il y a deux jours que nous avons quitté Dieppe. Cap Ouest, au 280. A bord : Secco, le commandant... son second : Farmann... Tiya, islandais : sans véritable identité et maitre timonier. Destination : Atlantique Nord. Objet de la mission : chasse aux cétacés. Nom du batiment : l'Epinoche. Tonnage du batiment : 88 tonneaux. 6 hommes d'équipage. Mais cela est sans doute sans importance. La mer est si vaste et le nom des bâtiments l'indiffère... .

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1993
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Haute Mer
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

17/02/2005 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Une agréable lecture qui rend bien compte des épreuves et des difficultés de la pêche en haute mer à une certaine époque, surtout lorsqu'il s'agit de chasse à la baleine, et dans un environnement polaire hostile. Dimitri excelle dans ses dessins réalistes très évocateurs lorsqu'il montre un bateau secoué comme une coquille de noix par des flots agités ; ces images sont très belles, et elles font écho avec les visages burinés des marins où se lisent l'anxiété, l'inquiétude et la peur par endroits. Les cadrages adéquats donnent une bonne dynamique à cette aventure extrême dont le début semble un peu incertain ; en effet, le lecteur ne sait pas trop où l'auteur veut l'emmener, et puis au fil des pages, au fur et à mesure de la progression du récit, la narration se fait un peu plus précise, en côtoyant le merveilleux. Une sorte de Moby Dick version moderne, avec quelques variantes, et avec une étrange impression d'avoir lu un récit pas totalement cerné, comme s'il lui manquait quelque chose, d'où le fait qu'il ne soit pas mémorable mais intéressant.

11/04/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'apprécie beaucoup cet auteur qui semble un spécialiste des histoires maritimes. En l'occurrence, nous suivons le parcours d'un baleinier à l'aube de la première guerre mondiale qui s'aventure dans les eaux de l'arctique pour se frayer un chemin. Au-delà de la simple chasse aux cétacés va se cacher un objectif moins avouable. Au début, c'est une reconstitution assez minutieuse de l'atmosphère marin à bord de bâtiment prêt à affronter la mer et ses nombreux dangers. L'auteur excelle dans le trait du dessin. On a vraiment l'impression d'être immergé en haute mer. C'est saisissant de réalisme. C'est simplement dommage que cette histoire va prendre une tournure pour le moins inattendue dans sa dernière partie. L'introduction d'une dose de fantastique ne s'est pas réalisée à bon escient. On ne l'a pas vu venir... Et toujours l'éternelle image du commandant de bord préférant sombrer avec son navire ou prêt à sacrifier son équipage pour réaliser une lubie scientifique à mille lieux des mers.

23/06/2008 (modifier)
Par Thorn
Note: 2/5

Cette BD ne m’a pas laissé un souvenir grandiose. Comme l’explique très bien Ro dans l’avis ci-dessus, faut vraiment s’accrocher pour rentrer dedans. On ne comprend pas qu’est-ce qui est arrivé à qui, ce que veulent les personnages, et on suit leurs récits avec un peu d’indifférence. Le dessin n’aide pas à sortir de cette confusion ni de ce détachement. Cela s’améliore un peu, lorsque l’on comprend que l’objectif est la chasse d’un monstre mystérieux et qu’on rentre vraiment dans l’aventure, avec les rapports humains facilement tendus sur un bateau de pêche et les difficultés inhérentes à la navigation au milieu des icebergs. Mais le niveau ne décolle jamais vraiment, et une fois refermée, cette BD est vite oubliée.

21/02/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Une BD mêlant légende marine et réalité de la vie sur mer juste avant la première guerre mondiale. Côté dessin, c'est du style de Dimitri quand il est sérieux. Il n'est pas excellent, mais ça se lit très bien, surtout en ce qui concerne les paysages de mers et de bateaux. Concernant l'histoire, ça ressemble un peu à mes yeux à du Jules Verne. Ca commence très sérieusement avec un bateau civil qui quitte un port Européen en direction de l'Atlantique Nord. Les conditions sont difficiles, avec du gros temps et des bateaux militaires présageant de la Guerre Mondiale à venir. Mais le commandant a une idée derrière la tête : il poursuit les racontards incertains d'un ami alcoolique lui ayant parlé d'une créature mythique qu'un chasseur de baleine comme lui ne peut pas laisser échapper. Cette quête mènera l'Epinoche et son équipage jusque dans les eaux glacées du Grand Nord où ils feront la rencontre avec le Fantastique et le Mystérieux. Une histoire rondement menée même si le début du récit n'est pas des plus prenants puisque le mystère est tel que le lecteur ne sait même pas ce que cherche le commandant Secco et quel est le but de ce scénario. Ca se lit bien, le côté fantastique et mystérieux est préservant par une fin à la fois tragique et ouverte. Bref, c'est un récit pas mal, voire assez marquant par l'ambiance claustrophobique de ce voyage en mers inhospitalières.

17/02/2005 (modifier)