Lovecraft (Soleil)

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Dans l'intimité de l'un des plus grands écrivains de l'imaginaire fantastique...


Auteurs Argentins DC Comics Latitudes Lovecraft Vertigo

Chicago, 1895. Winfield Lovecraft fait l'amour à sa future épouse. Mais lorsqu'il la regarde, il ne voit qu'un monstre tentaculaire, aveugle. 1899. Winfield est interné. Son fils, Howard, se réfugie alors dans un imaginaire délirant, aidé par le Necronomicon, un livre écrit par l'Arabe fou, Abdul Al-Hazred. Il sera aidé dans ses rêves par son grand-père, qui le poussera à visiter de plus en plus souvent la ville d'Arkham, où sont réunies toutes les créatures engendrées par Howard, devenu écrivain. A la fin de sa vie, Lovecraft devra lutter contre ses penchants morbides, et ses visions à la fois grotesques et indicibles. Son épouse Sonia tentera de l'aider, de le comprendre.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2004
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Lovecraft (Soleil)
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

04/02/2005 | Spooky
Modifier


Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

A vrai dire je suis un peu déçu. Je crois avoir lu tout ce qu'à écrit Lovecraft du moins tous ses récits qui ont été traduits en France à ce jour. Dire que j'étais un fan est donc un euphémisme et je me suis véritablement régalé à ses histoires de grands anciens. J'ai toujours trouvé qu'il y avait chez Lovecraft, outre un aspect gothique, un côté démesuré et baroque qui me permettait de voyager. A la même époque je découvrais les œuvres de Philippe Druillet qui pour moi était l'illustrateur parfait pour les romans de l'auteur. Comme le dit Lovecraft lui même comment décrire l'indicible, montrer ce qui ne peut être vu. Plusieurs auteurs de BD se sont à mon sens cassés les dents pour illustrer ses histoires, et sans doute faudra t' il encore attendre avant de trouver celui ou celle qui suara capter l'esprit de l'auteur. N'avons nous pas attendu longtemps avant de voir une adaptation d'Elric digne de ce nom ? Enrique Breccia est sans nul doute un grand dessinateur, mais personnellement je trouve qu'ici ses créatures sont tout simplement ridicules, du moins est ce une vision que je ne partage pas, de plus son trait sur les visages me semble bâclé et pas très joli. Pour faire court disons que cette BD hésite tout du long entre la biographie de Lovecraft et la rédaction de ses œuvres. Il est vrai que les choses s'entremêlent beaucoup mais à mon sens cela rend le récit plus confus qu'autre chose. L'hommage est surement sincère mais reste très en deçà de ce que l'on aurait pu attendre.

14/10/2015 (modifier)
Par jul
Note: 2/5

Une bd qui m'a fortement déplu (plus dans le fond que dans la forme). Etant très attaché comme beaucoup à l'oeuvre de ce grand malade qu'est Lovecraft j'ai été très très déçu par cette sorte d'adaptation, maladroite et bizarre (malgré de très beaux dessins). En effet ce mélange étrange entre la représentation (de l'auteur) de la vie d'Howard h.p Lovecraft enfant et de certains éléments de son oeuvre est assez mal géré à mon goût. C'est une simplification extrême qui ne retranscrit en rien (mais alors rien du tout) la flambloyance noire et malade typique de l'écrivain. C'est fait comme si les auteurs n'avaient pas vraiment compris l'essence même de la folie de l'univers de ce dernier. Comme si cet univers se réduisait à un mec torturé qui rencontre régulièrement des monstres dans des endroits inquiétants. Et Lovecraft c'est plus que cela. Alors oui les dessins sont très beaux voire somptueux et même assez torturés dans leur genre (ils méritent un 4). Mais vraiment trop colorés par rapport à l'univers de l'écrivain.

30/04/2013 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Adepte de la littérature fantastique, j'ai forcément passé quelques poignées d'heures à me débattre avec la cosmogonie de l'auteur : Cthulhu, Nyarlathotep, Azathoth, Yog-Sothoth ou Shub-Niggurath, autant de noms avec lesquels j'aimais me battre sur la prononciation... Si l'objet attire l’œil par sa qualité, j'avoue pourtant être ressorti assez mitigé de ma lecture. Bon, c'est pas mal, quelques passages sont assez marquants, mais dans l'ensemble, rien de vraiment transcendant... La faute à cette histoire de Keith Giffen ? Au dessin si particulier de Breccia ? Je ne saurai vraiment répondre. Plutôt un tout un peu déséquilibré, un brin comme l'esprit de ce cher Howard Philippe... Du coup j'ai avancé dans ma lecture sans réel entrain avec au fil des pages, une appréciation contrastée sur la représentation du bestiaire de Lovecraft. Bref, ce n'est pas vraiment avec cette BD que l'univers visuel de Lovecraft s'exprime le mieux, mais elle reste au final pour les inconditionnels de l'auteur, un récit correct et intéressant, surtout pour la vision psychologique et la folie de Lovecraft.

15/12/2011 (modifier)
Par deajazz
Note: 4/5

Amateur de l’étrange, voilà la bande dessinée que vous recherchiez. Car finalement Lovecraft pourrait être considéré comme l’équivalent en bande dessinée des histoires extraordinaires d'Edgar Allan Poe... Toute l'histoire est dans et hors du réel. C'est surprenant et d'une rare originalité. Coté dessin, vraiment, chapeau bas. Bien qu'il faille encore aimer !!! Mais pour ma part j'ai trouvé le graphisme d'une très grande richesse et originalité. Une explosion de couleurs qui me fait un peu penser à du Mattoti... Bref, beaucoup de fantastique et de liberté...

03/03/2006 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Impressionnant. Lovecraft restera comme l'un des auteurs les plus influents de la littérature fantastique. Ses écrits sont peuplés de créatures mi-divines, mi-démoniaques. "Dans son antre au-delà des mers, Cthulhu rêvait et attendait", voici une variation de l'un de ses mythes. Curieusement, le reclus de Providence est mort dans le dénuement le plus total, en 1937. Pour moi Lovecraft est une référence, même si ses écrits se répètent. J'attendais donc beaucoup de cette "biographie". Et force est de constater que cette adaptation d'un scénario pour le cinéma (qui ne verra peut-être jamais le jour sous forme de film) est puissante, même si j'ai un peu de mal avec le dessin de Breccia, un peu trop cradingue à mon goût. Les créatures, en particulier, me semblent un peu bâclées, biffées... Mais peut-être, après tout, convient-il bien au créateur de Shub-Niggurath et de Yog-Sothoth ? En tous les cas, le récit est prenant, très porté sur l'attitude hallucinatoire de HPL, et c'est assez intéressant. Mais peut-être faut-il être fan pour en saisir toute la portée...

04/02/2005 (modifier)