Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Empereur du dernier jour

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 3 avis)

En l'an de grâce 1189 Richard Plantagenet et sa troupe rencontrent le jeune et naïf Bertrand au village de Ray au coeur de la Bourgogne. '' Tu deviendras le gentil page d'un prince vautour qui pour l'amour de toi partira en Palestine... Tu seras responsable de la chute d'un lion... ''.


987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens Les Croisades Richard Coeur de Lion Rois et Reines d'Europe Vécu

En l'an de grâce 1189 Richard Plantagenet et sa troupe rencontrent le jeune et naïf Bertrand au village de Ray au coeur de la Bourgogne. '' Tu deviendras le gentil page d'un prince vautour qui pour l'amour de toi partira en Palestine... Tu seras responsable de la chute d'un lion... ''. Ainsi débute la prophétie faite par le futur Richard Coeur de Lion à celui qui deviendra son serviteur et ami, Bertrand de Ray. Ce premier volume nous invite à suivre Bertrand et Richard en terre de France puis en Angleterre où il succède à son père Henri II. Patrick Cothias et Christian Boubé proposent une saga historique de la veine des 7 vies de l'Epervier ou du Vent des Dieux. Si l'époque est différente, le souffle de l'aventure est le même et les protagonistes ont la même force que dans les autres grandes séries historiques signées par Patrick Cothias.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1994
Statut histoire Série abandonnée 5 tomes parus
Couverture de la série L'Empereur du dernier jour
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

12/09/2004 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette série serait presque passionnante, il y a une base historique intéressante et bien maîtrisée (la fin de règne pitoyable d'Henri II Plantagenêt, l'attente du sacre de Richard, le prémice d'une rivalité future et bien réelle entre Richard et son frère Jean, la vieillesse autoritaire d'Aliénor, la croisade et l'opposition entre les Croisés et Saladin), mais il y a un je ne sais quoi d'étrange qui m'a un peu déçu, je ne sais comment l'expliquer. Tout cela est observé candidement par le jeune Bertrand de Ray, page ramassé dans son village par Richard pour en faire son serviteur et accessoirement son amant, car si on est passionné par cette période historique, on sait que le grand, le fameux roi Richard Coeur de Lion était un homosexuel notoire...eh oui, ça brise un mythe quelque part. En bon scénariste qu'il est, Cothias joue donc ouvertement sur cette homosexualité, et une fois de plus, se révèle doué pour mêler Histoire et petite histoire, comme il l'a souvent fait dans d'autres séries histoiriques, et notamment Les 7 vies de l'épervier dont on remarque quelques similitudes narratives. Graphiquement, le dessin de Boubé m'a semblé bien appliqué dans le 1er tome, et beaucoup moins dans le second, c'est très curieux (certains visages sont parfois comme une ébauche). Sinon, la série reste attractive et bien documentée sur le XIIème siècle, notamment les relations entre Richard et Philippe Auguste, au départ très amicales, puis franchement opposées, en cela conformes à la réalité historique.

05/07/2013 (modifier)

Et pourtant j’aurais essayé… Les tomes 1 à 3 nous présentent le quotidien de Richard Cœur de Lion dans une vision quasi historique si ce n’est l’ajout d’un personnage fictif au cœur de l’Histoire permettant de se promener dans les hautes sphères de l’époque. D’un pur point de vue historique la chose est intéressante, nul doute qu’avec de tels supports j’aurais plus apprécié l’apprentissage lors de mes jeunes années. Mais le personnage mystère m’a ennuyé à la lecture pour son improbabilité patente au milieu d’évènements ayant bien existé. En fait je n’ai jamais réussi à croire en ce personnage pseudo mystérieux bien fade en réalité. Graphiquement, Boubé fait du sous Juillard, c’est-à-dire qu’il n’arrive pas à sa lisibilité graphique du trait et sa sensibilité, mais propose un environnement proche. La colorisation me déplait autant que les juillard de cette époque tant tout cela me semble manquer de nuances. Parlons des fonds de cases travaillées une fois sur deux, d’une impression de superficiel dans certains cadrages et d’un manque de rythme certain. Bref au mieux le dessin se rapproche de Juillard, au pire c’est beaucoup trop plat. La série que je ne lirais pas plus loin ne propose rien de transcendant pour le lecteur actuel qui sera même certainement horrifié de la monotonie historique. Pour ma part je retiendrais l’attaque chypriote désarmante de facilité sitôt vendue aux croisés d’un récit pas mauvais mais très largement oubliable.

01/03/2013 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

L'empereur du dernier jour est une série historique un peu particulière : d'un côté, elle est tellement proche de l'historique réel qu'on croirait lire un véritable livre d'Histoire illustré, mais d'un autre côté, au lieu de porter sur un évènement, une époque ou autres, elle suit plus précisément un homme fictif, Bertrand de Ray, qui vivra successivement auprès de Richard Coeur de Lion, Saladin puis ira sans doute ensuite jusqu'en Chine. A cela s'ajoute une petite part de magie dans la même veine que pour les 7 vies de l'Epervier (on retrouve Leonard Langue-Agile et sa clique magique), tant et si bien qu'on ne sait pas trop sur quel pied prendre cette histoire. Le dessin est sans fioriture. Les couleurs en sont assez ternes et pas franchement belles, et le trait n'est pas mauvais même si les décors sont largement plus réussis à mes yeux que les personnages qui ont souvent des physiques un peu bizarres. Rien d'autre à dire sur le dessin : c'est pas très très beau mais ça se laisse lire et ça colle assez bien au style historique. Revenons donc à l'histoire. Les 3/4 de cette série sont narrées de façon purement historique, écrits au présent comme dans les livres d'Histoire (exemple : "le 23 juin, le roi de France tombe malade et les combats font une pause durant une semaine. Le 2 octobre, il est rétabli et reçoit le duc de Bourgogne, etc..."). Ce côté là, même si un peu rébarbatif, est intéressant. On plonge dans le temps de la 3e Croisade, aux côtés de Richard Coeur de Lion, Jean Sans Terre, Philippe Auguste, Saladin, etc... Pour moi qui connait vaguement cette période, j'ai été ravi d'en apprendre plus avec beaucoup de précisions notamment sur les intrigues politiques et affectives. Pour le reste, nous suivons Bertrand de Ray, personnage atypique, silencieux, spectateur avant tout, dont Richard Coeur de Lion puis Saladin s'amourachent plus ou moins. Une prophétie s'attache à ce personnage peu attachant à mon goût, comme quoi il sera la cause du départ de Richard Coeur de Lion aux croisades, qu'il fera chuter un lion, puis qu'il continuera son destin en devenant un saint, qu'il ira en Chine, qu'il deviendra eunuque, etc etc... Un très grand programme... Au bout de cinq tomes parus, on en est qu'au début de cette prophétie et on voit mal où l'auteur veut en venir : s'il veut aller jusqu'au bout (ce dont je doute), cela devrait prendre des dizaines de tomes tant la prophétie a l'air d'emmener loin ce Bertrand de Ray. L'ennui, c'est que ce personnage m'étant largement antipathique (le bon couillon toujours souriant qui sort la bonne phrase au bon moment et qui "fascine par sa simplicité"), je n'ai guère envie de le suivre jusqu'au bout de sa destinée. A cela s'ajoute les interventions de Leonard Langue-Agile et autres prophètes et mages issus des 7 vies de l'epervier, interventions divines ou diaboliques dont je ne vois pas franchement l'interêt ni le but si ce n'est de tenter de faire un tout des albums "historico-fantastiques" de Cothias. J'ai entamé cette série avec interêt pour son côté rigoureusement historique, mais ce côté devient vite lassant et son autre aspect, le destin de Bertrand de Ray, ne m'intéresse guère. Moyen pour moi, donc.

12/09/2004 (modifier)