Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Blanche

Note: 1/5
(1/5 pour 1 avis)

Lorsqu'une journaliste est atteinte d'une maladie qui la pousse à prendre des risques et à tomber très vite amoureuse.


La BD au féminin Photographie

Blanche est une photographe casse-cou qui possède une étrange particularité: elle est porteuse d'un gène qui dégage une substance appelée Dopamine D4. Les porteurs de ce gène ont une curiosité exacerbée et une nette tendance à prendre les risques les plus fous. Ils tombent aussi très vite amoureux. Blanche n'échappe pas à la règle et est systématiquement attirée par des individus dangereux qu'elle "repère" au travers de son objectif. L'intrigue de Donuts repose sur la confrontation entre Blanche et Tadzio, beau et inquiétant magicien. Tadzio réalise, au fil de l'histoire, que Blanche est la fille de l'homme qui viola sa mère et dont il est peut-être le fruit. L'héroïne, quant à elle, découvre que l'homme qu'elle a attiré dans son studio est un assassin qui ne poursuit qu'un seul but : venger sa mère et s'approprier l'argent acquis malhonnêtement par le père de Blanche. Premier album de Guillaume Francart.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2002
Statut histoire Une histoire par tome 1 tome paru
Couverture de la série Blanche
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

19/03/2004 | ArzaK
Modifier


Par ArzaK
Note: 1/5

Dans la série "j'ai rarement lu quelque chose d'aussi ***", je présente "Blanche", le premier album d'une série publié en 2002 et dont, à mon humble avis, il ne faut pas attendre de suite. D'une part parce qu'il a sûrement dû mal se vendre et d'autre part parce que je pense que celui qui aurait fait l'erreur de l'acheter risque fort de ne pas se faire avoir deux fois. Car franchement, à la lecture de cet album, je me demande ce qui a pu se passer dans la tête des chefs éditoriaux de Casterman. Etre l'éditeur attitré de Tardi ou d'Hugo Pratt, c'est bien, mais si c'est pour éditer ça à côté ! C'est salir sa réputation. Ont-ils lu le scénario ? S'ils en avaient pris la peine, ils auraient pu constater à quel point il est non seulement confus mais inintéressant. L'héroine n'a aucune épaisseur, l'intrigue est complètement bidon du début à la fin. Le tout baigne dans un vague tissu d'invraisemblances. Publier des albums au scénario nul, ça arrive dans plus ou moins toutes les maisons d'édition (c'est plutôt rare chez Casterman, il est vrai), mais généralement, le dessin vient compenser et assure un minimum de vente à l'album (parce que chez les éditeurs, on sait qu'un dessin assez "joli" fait vendre de toute façon). Mais ici le gros mystère, c'est que le dessin est franchement raté lui aussi. L'illusion s'arrête à la couverture. Le style est incertain, le découpage catastrophique, la mise en page ratée. Les personnages sont sans cesse dans des poses improbables... La mise en scène des mouvements est approximative. Il s'agit du premier album de Francart, loin de moi l'envie de casser du sucre sur le dos d'un jeune dessinateur, mais il me semble clair, à la lecture de cet album, qu'il n'avait pas encore le niveau pour être "publiable" chez un gros éditeur comme Casterman.

19/03/2004 (modifier)