Main-Gauche

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 5 avis)

La conquête de l'ouest vue du coté des indiens


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Indiens d'amérique du nord

Le début met en scène un combat entre Crow et Blackfoot, l'enjeu étant la suprématie et le pillage. Main Gauche, valeureux brave blackfoot bat le chef crow Chevelure Jaune en combat singulier. Cela lui permet de prendre sa femme, Onwi-Menocha, réputée sorcière et d'imposer une dette de sang au vaincu. Mais dans cet univers traditionnel, surviennent les blancs. On ne les comprend pas, eux et leurs inventions diaboliques, on les combat. Main Gauche et quelques uns de ces braves vont faire le voyage vers l'est pour essayer de comprendre les nouveaux arrivants. Mais l'invitation n'était qu'un leurre et le voyage se termine dans un bain de sang. Dés lors, c'est la guerre. Rien ne peut plus reboucher le fossé creusé par la haine. Aux embuscades suivent les représailles, et vice et versa. Mais le combat est trop inégal, et la seule issue est la fuite, sans fin...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 1992
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Main-Gauche
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

05/02/2004 | Pacman
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà une série courte, peu connue qui, sans être très originale ni un chef d’œuvre, mérite quand même qu’on s’y intéresse. Le dessin de Zimmermann d’abord, pour lequel j’ai un avis mitigé, partagé. En effet, un certain nombre de planches sont véritablement très belles, les décors naturels (montagnes ou sous-bois sont très bien rendus). Je suis un peu plus réservé sur certains points. En particulier si dessin et colorisation peuvent être très réussis, c’est parfois trop chargé, une sorte de gothique flamboyant – et je ne parle pas forcément des passages fantastiques (visions des Indiens). De plus, alors que l’auteur cherche à être très précis, certains visages en vue éloignée n’ont plus de traits (ce que je n’aime généralement pas). Pour ce qui est de l’histoire, on retrouve les mêmes déséquilibres. A savoir un bon travail de recherche, qui donne une intrigue collant parfaitement aux faits historiques. Que ce soient les embrouilles autour de la construction du Chemin de fer, les magouilles autour des traités, mais aussi et surtout – puisque c’est autour d’eux que tourne cette histoire – les tribus indiennes, leurs mœurs (noms, habitudes, comportement sont bien rendus et fidèles à la réalité). C’est clairement de leur côté que le cœur et l’empathie de Zimmermann basculent. Mais si le décor et bien planté – et captivant pour moi qui me suis passionné de longue date sur ses sujets – je reste moins convaincu par l’intrigue elle-même, qui manque, elle, d’un je ne sais quoi, d’une touche personnelle, ce petit plus qui m’aurait fait davantage apprécier cette série. Ce manque d’aspérité est un peu dommageable. Reste que défauts et qualités s’équilibrent, et que les amateurs de western peuvent éventuellement trouver leur compte avec cette courte série.

09/09/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Ce western reste intéressant par la vision qu'offre son auteur sur les guerres indiennes et surtout pour la façon dont les peuples indiens voient les Blancs, une race d'hommes sans scrupules, menteurs, traîtres à leur parole, méprisants, racistes, brutaux, et ne cherchant qu'à s'emparer de leurs terres impunément. Le trait est parfois vif et poussé mais il reflète quand même la réalité, l'Ouest a été entaché de sang inutilement parce que le Blanc n'a pas compris et surtout n'a pas voulu accepter de partager cet immense territoire américain avec l'homme Rouge. L'ensemble de la bande est donc tourné sur le monde indien, avec un évident côté mystique et un dialogue approprié, il y a de la poésie en rapport avec les esprits et la nature, le conflit avec les soldats est un peu dans l'esprit de Blueberry, d'ailleurs le récit repique des situations vues dans l'album "Général Tête Jaune", j'ai même relevé des dialogues qui sont sans doute un clin d'oeil ("Que pas un de ces chiens n'en réchappe" dans le tome 1). Au niveau graphique, c'est assez curieux, le dessin est chargé, avec des cases très remplies qui parfois obligent l'oeil à s'attarder , mais il est dynamique, malgré un manque de détails sur des visages vus de loin, alors que d'autres visages sont peu jolis par moments, les décors et paysages sont par contre superbement rendus avec de très belles images en cadrages larges ; les images de rochers sont très réussies, avec un bon rendu des matières, un peu comme chez Giraud. L'ensemble est donc assez irrégulier graphiquement, et ça génère des actions parfois confuses, c'est dommage. Dans le tome 2, on trouve des cadrages intéressants et une double page d'aspect fantastique. Tout ceci donne un western honorable et correct historiquement, même s'il manque une véritable étincelle pour le rendre plus captivant.

26/01/2016 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

Je n'ai franchement pas apprécié cette histoire qui se révèle être classique à mourir, l'indien chassé par les "méchants blancs" pour reprendre les paroles de Ro, c'est soporifique, à moins d'être fana du genre. Seuls les dessins ont été à peu près à mon goût, malgré leurs couleurs parfois un peu vives mais que je trouve bien adaptées à cette histoire d'indiens. Je n'ai pas grand chose à dire puisque je n'en garde que peu, voire presque pas de souvenirs. Le personnage principal ne m'a pas été attachant, quant aux autres je ne les ai pas trouvés intéressants. Encore une histoire d'hommes pour les hommes.

01/11/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Une vision intéressante du conflit entre indiens d'Amérique et blancs au sortir de la Guerre de Sécession. Comme le dit Pacman ci-dessous, c'est vrai que cette BD peut rappeler "Danse avec les loups", mais elle prend le contre-pied. Ici, ce sont les indiens qui découvrent la civilisation blanche, sa modernité et son côté sombre. Pas de manichéisme puisqu'on est placé ici dans le camp des peaux-rouges et que ceux-ci ne forment vraiment pas un front uni contre les "méchants blancs". Je déplore tout de même beaucoup de comportements caricaturaux de blancs détestables et haineux. Le récit est bien construit quoiqu'un peu confus dans sa narration. De même, le dessin est plutôt bon dans le trait mais il manque un peu de clarté. Et les couleurs directes sont un peu spéciales. Elles ne sont pas moches mais elles paraissent... trop colorées, pas assez naturelles. Elles affichent trop souvent des jaunes, bleus, rouges et autres oranges qui donnent un aspect assez artificiel et embrouillé aux planches. Malgré cela, certaines pages sont très jolies. C'est juste un peu... inégal. Une lecture sympathique et intéressante qui plaira aux amateurs de conflits de civilisation et du récit historique de la conquête de l'ouest.

03/02/2008 (MAJ le 03/02/2008) (modifier)
Par Pacman
Note: 5/5

Certes, les dessins ne sont pas inoubliables, mais l'intérêt de la série est ailleurs. On nous dépeint ici un portrait sans complaisance des protagonistes de la conquête de l'ouest. On évite ici le piège des méchants cowboys contre les gentils indiens, à la "Danse avec les loups". La réussite de cette série réside dans l'opposition de deux civilisations que rien ne peut concilier, sans pour autant porter de jugement sur l'une ou l'autre. De plus, le volet religieux des indiens mérite à lui seul le détour. Superbe !

05/02/2004 (modifier)