Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Un tango avec la mort

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Seize histoires courtes et seize rencontres avec la Mort, qui font sourire ou grincer des dents... (source : Treize Etrange)


Auteurs Allemands La Mort Treize Etrange

Ces histoires mettent (souvent) en scène la mort en tant que personnage, et ses différentes façons pour attirer un client qui n'a pas forcément envie de venir... Comme par exemple cette petite annonce : "Restaurant Au Bon Cochon, cherche serveur, bon salaire et repas assuré"... Ou encore la mort elle-même, qui vante les mérites de l'au-delà auprès de ses futurs clients.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2000
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Un tango avec la mort
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

05/08/2003 | ThePatrick
Modifier


Par Ems
Note: 3/5

Avis portant sur la réédition de 128 pages. Ce qui m'a frappé de suite, c'est le dessin N&B : un croisement entre David B. et Stanislas. Il est plaisant avec ses formes géométriques et ses oppositions franches et contrastées du noir et du blanc. La version étoffée à disposition n'a plus grand chose en rapport avec la petite version initiale, il y a globalement 3 fois plus de récits. Le titre n'a plus vraiment de sens, on touche dorénavant à un peu tous les genres, mais rarement à l'humour. Les scenarii sont très hétérogènes, parfois muets, d'autres fois hermétiques. Ils peuvent être oniriques ou terre à terre. L'ensemble est assez agréable au final mais trop limité pour justifier l'achat.

06/05/2010 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Curieux album que voici. Comme l’a souligné ThePatrick, les histoires courtes de ce recueil ne traitent pas exclusivement de la mort. Il y en a même une empreinte d’onirisme et de poésie (c’est d’ailleurs ma préférée). Je ne les ai pas toutes comprises (dont "le dessinateur d’arbres" ou "ma chère") et le plus navrant, je pense, est qu’il n’y a rien à comprendre pour celles là. Par contre, j’ai vraiment adoré "en route pour la lune" et plus simplement apprécié "la vie de monsieur T.", "une petite partie" ou encore "le petit clown dont personne ne voulait". Les autres récits présentent peu d’intérêt (dont "le théâtre des horreurs" et "camarades de jeux"). Bref, ces récits sont de qualité inégale ! Mais il n’en va pas de même heureusement pour les dessins d’Ulf K. que j’apprécie beaucoup. Le trait est épuré, l’encrage est propre. Enfin, l’application d’aplats noirs ajoute un plus incontestable au rendu des planches. Je pense que ce tome a été réédité avec un prix revu à la hausse (mais les histoires contées sont aussi plus nombreuses). A vérifier . . .

09/05/2005 (modifier)

Le sujet n'est pas très original. Ne serait-ce que dans "Pierre Tombal" par exemple, il a été (sur)abondamment exploité. De plus, toutes ces histoires n'ont pas un rapport avec la mort (et d'ailleurs, il y en a deux que je n'ai pas comprises O_o). Mais bon, le sujet est traité très gentiment et avec une note de poésie certaine, qui fait pardonner ce manque d'originalité. Le ton d'Ulf K. est très particulier, et très en accord avec son graphisme : mignon, gentil. Le dessin d'ailleurs varie de façon parfois agréable, comme dans "L'horloger", où le style rappelle Marc-Antoine Mathieu (rien que ça !) avec ses très larges aplats noirs, et cet univers très urbain où l'on a l'impression que l'homme est écrasé. Dans "En route pour la Lune" (titre à vérifier), l'utilisation exclusive du dessin pour les textes est -- sinon extrêmement originale, du moins -- très bien employée, et la case où le petit bonhomme cherche son chemin est d'une composition originale et vraiment superbe. Bon, à d'autres moments le niveau est moindre, comme dans la deuxème histoire, où certains enchaînements sont un peu maladroits. Dans l'ensemble pas très original, l'ambiance créée par cet album est tout de même assez charmante, en dépit du côté parfois très cynique des histoires. Le classement en "humour" est un peu abusif, car si on sourit parfois, on ne rit jamais vraiment, et "conte" aurait aussi bien fait l'affaire... En tout cas, pour seulement 4 euros, ce joli petit album fera une jolie petite découverte.

05/08/2003 (modifier)