Père Fictif (Fictional Father)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

La première bande dessinée finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général !


Auteurs canadiens

Caleb est un peintre raté quinquagénaire au passé trouble. C'est aussi le fils de l'un des plus célèbres bédéistes au monde, Jimmi Wyatt. Renommé partout sur la planète pour sa bande dessinée Sonny Side Up sur l'amour entre un père et son fils, Jimmi est devenu millionnaire en dessinant des histoires familiales sirupeuses tout en négligeant son propre enfant. Caleb, qui a cessé de boire, est hanté par son passé gâché et tente de se responsabiliser face à son présent avant qu'il ne soit trop tard. James, son amoureux toujours patient, est au bout du rouleau. Lorsque Caleb a l'occasion de sortir de l'ombre de son père et de façonner à son tour le visage public de l'entreprise familiale, il prend une mauvaise décision après l'autre et assiste, impuissant, à l'effondrement de sa vie. Est-il trop tard pour réparer les pots cassés ? Sommes-nous condamnés à reproduire sans cesse les erreurs de nos parents ? Joe Ollmann mélange le grotesque jovial avec une générosité d'esprit surprenante. Une œuvre absorbante et passionnante. Texte: L'éditeur

Scénario
Dessin
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Novembre 2022
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Père Fictif © La Pastèque 2022
Les notes
Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

23/02/2024 | Gaston
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un roman graphique qui m'a laissé une impression mitigée. Notre héros est un loser névrosé à cause de son père qui est le célèbre auteur d'un comics strip mettant en vedette un père et son fils. Tout le monde le prend pour un gentil père alors qu'en fait c'est un être mesquin et distant qui en a rien à foutre de sa femme et de son fils. La première partie montre la vie de notre héros avec des flashbacks sur son passé et la seconde montre ce qui arrive après la mort subite de ce père peu aimant. L'idée de départ est pas mauvaise et il y a de bons moments, mais il y aussi des longueurs et parfois le scénario tourne un peu en rond. Le problème est qu'au final le personnage principal n'est pas très attachant et qu'à force de se plaindre tout le temps, il devint un peu antipathique. Je comprends qu'il a mal vécu d'être le fils d'une célébrité qui montrait une fausse image de type sympathique, mais parfois on dirait que le héros fait tout pour se mettre délibérément dans la merde. J'ai surtout apprécié ce qui évoquait le monde du comics strip nord-américain avec des références qui risquent de passer au dessus de la tête de nombreux lecteurs européens. Le dessin est typique de l'underground nord-américain et je le trouve correct.

23/02/2024 (modifier)