L'Homme-Chose

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Les aventures de l'Homme-Chose dans les années 70.


Auteurs britanniques Marvel Univers des super-héros Marvel

Ni vraiment une plante, ni vraiment un animal, pas tout à fait conscient mais clairement pas inerte, la créature qu'on appelle l'Homme-Chose est unique et solitaire, mais si vous le rencontrez, vous ne serez plus jamais pareil. Par empathie, l'Homme-Chose apparaît quand il faut combattre le mal, mais son visage inspire la peur. Or, tout ce qui éprouve la peur brûle au contact de l'Homme-Chose ! Texte: L'éditeur

Scénario
Dessin
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Octobre 2023
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru

Couverture de la série L'Homme-Chose © Panini 2023
Les notes
Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

09/02/2024 | Gaston
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Cela m'a prit une bonne semaine et demi pour venir à bout de cet énorme album. Pas seulement parce qu'il est long à lire (plus de 1100 pages !), mais aussi parce que c'est une vraie brique pas du tout pratique pour lire dehors alors j'ai du le laisser à la maison et j'ai lu autre chose lorsque je prenais l'autobus. Ma lecture se résumait donc à la maison et parfois j'avais envie de lire autre chose. C'est pas le genre de série dont j'ai une envie folle de lire de début jusqu'à la fin d'une traite. L'Homme-Chose est apparu en même temps que le Swamp Thing de DC Comics. Les personnages ont des choses en commun, mais ils sont aussi différents. L'Homme-Chose est un être sans cervelle qui ne réagit qu'aux émotions des êtres qui l'entoure et il peut vous tuer s'il vous touche lorsque vous ressentez la peur. Cela donne un personnage intéressant car au final il n'est ni bon ni mauvais et s'il sauve la situation c'est en ne comprenant pas ce qui se passe. Bon le personnage a aussi ses limites: il ne parle pas alors les scénaristes décrivent toujours ce qu'il pense alors si vous êtres allergique aux textes verbeux, la série va vous faire rapidement peur et comme il n'a pas de vraie personnalité, il doit toujours être entouré de personnages charismatiques pour compenser et c'est pas toujours le cas. Cet omnibus contient les deux séries de L'Homme-Chose des années 70 ainsi que ses apparitions dans d'autres séries Marvel de la même époque. La plupart des histoires sont scénarisés par Steve Gerber, un scénariste connu pour remplir ses récits de commentaires sociaux et de concept délirants (le plus connu étant Howard le canard qui fait d'ailleurs sa première apparition dans un récit de l'Homme-Chose). J'ai souvent de la difficulté avec ce scénariste, parfois j'accroche et parfois j'accroche pas et ici mon impression est mitigé. En gros, on retrouve les forces et les faiblesses de Gerber. Il va faire de l'Homme-Chose une série à part de l'univers Marvel, il suffit de comparer le travail de Gerber avec les apparitions de l'Homme-Chose dans des récits de super-héros plus traditionnelles écrient par d'autres scénaristes et il a des bons concepts et plusieurs récits sont très bons, mais il y a aussi des moments où je ne comprenais pas trop où il voulait en venir et que le récit partait dans tous les sens et je rentrais pas du tout dans son délire. Heureusement, cela arrive surtout au début de la série avec toute la saga autour de Jennifer Kale et des autres dimensions dont je ne suis même pas certains d'avoir bien compris tout ce qui se passait. Pour moi la série devient s'améliore lorsqu'elle dégage (mais malheureusement elle va refaire quelques apparitions) et que Gerber introduit Richard Roy le sympathique loser dans le rôle du personnage qui interagit tout le temps même si la qualité est toujours inégal car le mélange 'commentaires sociaux sur les États-Unis des années 70 et les concepts délirants' ne marche pas toujours bien. Le travail de Gerber peut rappeler ce que fera ensuite Alan Moore avec Swamp Thing dans les années 80. En faite, pour moi ce qu'à fait Gerber avec l'Homme-Chose est un précurseur du travail de Moore, mais en moins bien maitrisé et je pense que cela ne pas plaire qu'aux fans de vieux comics, les lecteurs habitué aux comics modernes risquent de trouver cela trop daté. La seconde série de l'Homme-Chose est principalement scénarisé par Chris Claremont et j'ai eu l'impression qu'il essayait de singer Gerber car la plupart de ses récits ressemble plus à du Gerber qu'à son style habituel. Son dernier récit reprend même le concept que Gerber avait utilisé pour finir la première série de l'Homme-Chose. Quant au dessin, il y a plusieurs dessinateurs et c'est un vrai who's who des dessinateurs qui ont travaillé chez Marvel dans les années 70. Les styles sont inégaux, mais globalement c'est fait dans un style que j'adore, mais encore une fois cela risquer de paraitre désuet pour un lecteur moderne pas habitué aux vieux comics. Une curiosité à lire, mais pas un indispensable en ce qui me concerne.

09/02/2024 (modifier)