Kelly Green

Note: 3.17/5
(3.17/5 pour 6 avis)

Ce personnage a été créé par deux célèbres auteurs américains (Léonard Starr pour le scénario et Stan Drake pour le dessin) mais ses aventures ont été directement publiées en France par Pilote puis par Charlie Mensuel. Cette jolie rousse est la veuve d'un flic, sacrifié par ses supérieurs. Elle pactise avec la pègre pour venger son mari, puis sert d'agent de liaison avec celle-ci.


Charlie Mensuel

Kelly Green possède beaucoup de relations, sa profession: "contact". On la paye pour cotoyer chaque jour les barons de la pègre. Un simple dérapage, un meutre, des interêts sont en jeu... Kelly est appelée à la rescousse. Parfois même par le boss des caïds lui même, qui préfère traiter avec elle plutôt qu'avec quelqu'un qui pourrait le doubler. Par la même ocasion, Kelly mène sa petite enquête. Souvent au péril de sa vie, Kelly démele des histoires plutôt tordues, et finalement remet tout le monde à sa place.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1982
Statut histoire Une histoire par tome 5 tomes parus
Couverture de la série Kelly Green
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

05/07/2003 | pingou
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà une série qui nous livre des intrigues policières pures et dures, sans trop de ficelles psychologiques concernant les personnages – héroïne comprise. Les histoires sont plutôt bien ficelées, c’est vrai. Mais justement, à propos de ficelles, on y reconnait celles utilisées par les scénaristes de séries télévisées américaines comme on en a tant vues depuis (certaines couvertures fleurent bon la série TV des 70’s aussi ! - même si elles ne sont pas si mal que ça). On reste je trouve dans un « classique » sans âme, qui semble réalisé après études de marché et ateliers d’écriture hollywoodien. Bon, cela se lit bien quand même. Et Kelly Green est agréable à regarder… Je trouve par contre le point de départ hautement improbable. Une veuve de flic devient une intermédiaire professionnelle (« contact ») entre malfrats plus ou moins présentables, aidée par des truands repentis que son ex avait poussés vers le chemin de la rédemption… Improbable aussi – je trouve, le coup de foudre du mafieux de Las Vegas pour Kelly… Au final, c’est une série pas désagréable, mais qui ne me restera pas forcément en mémoire. Pour l’achat, je ne le déconseillerai pas fortement, même s’il faut dire que la rencontre des cinq albums parus – même en occasion, est assez compliquée !...

17/01/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Nous sommes en face d'un beau portrait de femme intelligente avec cette Kelly Green, belle rousse devenue veuve à la suite de la mort de son mari policier, tué en service ; elle décide de se lancer dans une lutte contre le crime avec ses propres moyens, tout en croyant fermement que son époux a été délibérément envoyé à la mort. Les scénarios n'ont pourtant rien de révolutionnaire, on croise des flics ripoux, des mafieux détestables, de la violence classique, et le dessin est remarquable sans être non plus exceptionnel ; pour l'époque, en 1981, c'était pas mal. Mais ce qui est important et quasi unique avec cette bande de qualité, c'est qu'elle fut lancée par 2 pointures du strip U.S., Stan Drake et Leonard Starr pour un éditeur français, en l'occurrence Dargaud, une véritable première. En effet, c'est Michel Greg qui en est à l'origine, alors qu'il dirigeait l'antenne américaine des éditions Dargaud à New York. Chacun des 2 auteurs sont connus pour une série célèbre : Juliette Jones (Juliette de mon coeur) pour Drake, "Mary Perkins" (On Stage) pour Starr. Le résultat est excellent sans être exceptionnel, les scénarios de Starr sont solides mais n'apportent pas de grandes innovations, tandis que le dessin de Drake est toujours sensuel mais traditionnel. Bref, c'est une bonne série policière réalisée par 2 géants des soaps qui furent pendant des années prisonniers du système américain des "syndicates" qui détiennent les droits d'une bande dans la presse ; en Europe, ceci n'existe pas, les auteurs sont propriétaires de leur oeuvre et ne sont pas soumis à un journal. Libérés de ce carcan, Drake et Starr peuvent ainsi faire voler en éclats quelques tabous (certaines méthodes douteuses de la police U.S., la corruption mafieuse, quelques scènes déshabillées, quoique soft...), sans compter qu'ils travaillent non plus sous forme de strip, mais sous forme de planche, Drake pouvant ainsi se lacher dans ses dessins plus aérés. J'avais découvert les premiers épisodes de cette collaboration franco-américaine dans Pilote, puis ça s'est poursuivi dans Charlie Mensuel jusqu'en 1988, et ça m'avait plu, mais en sera-t-il de même pour les lecteurs d' aujourd'hui ? A tenter.

09/12/2013 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Kelly Green (quel joli nom !) ?… c’est d’abord le dessin de Stan Drake que j’ai apprécié pour sa série Juliette Jones : un trait réaliste net et précis, typique d’une « école » des années 70/80. J’apprécie beaucoup. L’histoire générale ?… c’est vrai que le postulat de départ est assez linéaire et, j’écrirais même plus (ce que je fais) : convenu. La veuve d’un flic pactise avec la pègre pour venger son mari, déjà lu ça sous d’autres latitudes. Seulement voilà, « notre » rousse ne s’en laisse pas compter et deviendra une sorte « d’agent » où elle mènera ses enquêtes dans ce monde interlope qu’elle fréquente. Kelly Green ?… il faut prendre cela pour ce que c’est : un bon comics dans le genre thriller/policier où la psychologie est un peu mise de côté pour, surtout, laisser place à l’action. Et là, vous ne serez pas déçu. Qui plus est, le graphisme donne un charme certain –un peu désuet peut-être- à ce qu’est la série : de bonnes « histoires de gangsters » agréables de lecture, où l’on ne se casse pas la tête (façon de travailler « à l’américaine ») et qui font passer un bon moment. Deux très bons auteurs pour une série solide dont je n’oublierai pas de mentionner les superbes couvertures.

23/02/2009 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 4/5

Bonne BD "à l'ancienne", bien dessinée, même si les bulles gâchent un peu les belles cases. Bonnes petites histoires bien faites. Bref une bonne association de 2 bons auteurs :D ! Que du bon !!! L'héroïne est agréable à regarder et n'est pas potiche. Elle n'est pas non plus une superwoman dotée de supers pouvoirs, une femme normale... Ca change ! Le dernier volume verse beaucoup dans les « privates jokes » du monde de la BD, il en devient presque documentaire de l'époque d'avant les années 80.

07/01/2005 (modifier)
Par pingou
Note: 2/5

Ce sont de bonnes petites histoires policières, Starr et Drake parviennent à mettre cette atmosphère mafieuse, genre le boss qui cloue sur place un mec 3 fois plus balaise d'un simple regard... etc. Mais ça se lit trop vite, et finalement on se dit que des histoires de ce style on en a déjà lu des centaines. Mais bon disons que ces BD datent de 1983 (c'est presque de la BD de collection!), donc je respecte les auteurs. Aujourd'hui on dirait: ça manque d'originalité, mais à l'époque ça devait être pas mal du tout..

05/07/2003 (modifier)
Par BWayne
Note: 4/5

L'avis prédédent, s'il a le mérite de mettre en avant une BD injustement méconnue, me fait réagir. Kelly Green était et reste encore aujourd'hui une série tout à fait originale qui sort des sentiers battus. Commandée par Greg à Starr et Drake alors qu'il vivait aux Etats-Unis, ce polar est à cent lieus de ce que font généralement les américains. Comme correspondant aujourd'hui, il y aurait peut-être ce petit bijou qu'est "Whiteout" de Rucka et Lieber. Les intrigues de Kelly Green qui ne se contentent pas d'un manichéisme de complaisance sont très bien ficelées et servies par un dessin de qualité où l'on sent la patte solide d'un dessinateur au passé déjà prestigieux. Certaines des couvertures, par exemple, sont de véritables petites merveilles. Ajoutez à cela quelques titres hors normes tels que "1,2,3,mourez !", "Cent millions, mort comprise!" ou encore "Do, re, mi...sang !" et vous obtenez un cocktail savoureux ! Un must, à mon sens ! Pour être tout à fait juste, cet avis enthousiaste concerne précisément les 4 premier albums. Le dernier intitulé "La flibuste de la BD" est nettement moins bon et vaut surtout pour les clins d'oeil à Greg et à Georges Dargaud.

05/07/2003 (modifier)