Philby

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Cette adaptation de la vie de Kim Philby relate la naissance d’un espion, qui incarne à lui tout seul la légende de l’agent double.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale 1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale 1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Histoires d'espions Les petits éditeurs pendant la pandémie

Moscou, 1988. Exilé en Russie loin de son Angleterre natale, Kim Philby retrouve un vieil ami : il lui raconte comment est né sa vocation pour l’espionnage. Enfant timide issu d’une famille bourgeoise, diplômé de Cambridge, rien ne le prédestinait en effet à trahir son pays pour la cause soviétique. Tout commence en 1930. Alors que Hitler est en pleine ascension, Philby s’engage dans la lutte contre le fascisme. Devenu communiste, il est recruté par les services de renseignements russes et sera désormais prêt à tout pour défendre ses convictions… « Pour trahir, il faut d’abord appartenir. » Kim Philby

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Avril 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Philby © Les Arènes 2020
Les notes
Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

20/01/2023 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai trouvé que cet album manquait quelque peu d’épaisseur. Réflexion qui m’est spontanément venu à l’esprit en ayant l’album en mains, puisqu’il est relativement fin (certes près de 80 pages, mais petit format et peu de texte/cases). Et cela s’est confirmé à la lecture, puisque, sur un sujet qui m’intéressait (je connaissais vaguement des bribes de cette histoire, sans plus), je suis resté sur ma faim, le sujet n’étant pas aussi fouillé que je l’attendais. De fait, le sous-titre, « naissance d’un agent double », laissait quand même entrevoir le cœur de l’album, mais j’espérais aussi y trouver des détails sur le travail d’espion de Philby, jusqu’à ce que l’affaire éclate au grand jour au début des années 1960, forçant Philby à rejoindre l’URSS. Dans cet album, c’est en URSS dans les années 1980 que Philby est interrogé par un envoyé de Londres, racontant donc ce qui l’a conduit à devenir cet agent double au rôle méconnu mais très important dans la guerre froide. Pierre Boisserie respecte plutôt la réalité, et/ou les mémoires de Philby, même si pour s’il lui donne une fin s’écartant de ce que nous connaissons. Ce n’est pas désagréable à lire, mais le rythme est un peu monotone, ça manque de surprise, et donc ne traite que des « années de formation » (d’où ma frustration donc). D’ailleurs, au passage, je trouve que le père de Philby est un personnage relativement antipathique, mais très haut en couleur, et méritant à lui tout seul d’inspirer des scénaristes (peut-être cela a-t-il déjà été le cas ?). Quant au dessin de Christophe Gaultier, c’est une ligne claire aux contours très épais. Pas forcément mon truc, mais ça fait le job, c’est très lisible. Un album à emprunter à l’occasion, pour comprendre comment des membres de la haute société britannique ont rejoint le camp communiste durant la guerre froide (et aussi pour voir la naïveté de certains services de contre-espionnage britanniques, franchement crédules !). Note réelle 2,5/5.

20/01/2023 (modifier)