Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Le Conte du genévrier

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Il était une fois dans des montagnes reculées, non loin d’un immense genévrier, une jeune femme éplorée.


Auteurs espagnols La BD au féminin Les Contes des frères Grimm Les petits éditeurs pendant la pandémie

Après Les lutins et le cordonnier et Le bal des douze princesses, voici le troisième conte de Grimm adapté en BD et intégrant le collection « les merveilleux contes de Grimm ». Cette fois-ci, c’est Núria Tamarit qui s’y colle en ayant choisi un conte peu connu : Le conte du genévrier. Il était une fois dans des montagnes reculées, non loin d’un immense genévrier, une jeune femme éplorée. Priant, suppliant, implorant, elle n’arrivait pas avoir d’enfant… jusqu’à ce fameux matin d’hiver où elle s’entailla le doigt. Désespérée, elle fit alors un vœu ; le vœu d’avoir un enfant blanc comme la neige et vermeil comme son sang. Un garçonnet au comportement bizarre naquit neuf mois plus tard… À partir de 7-8 ans mais doté de nombreux niveaux de lecture, ce conte aborde les thèmes de l’infanticide, de l’amour et du mensonge. Avec cet album de création, l’auteure s’appuie sur ce conte méconnu pour développer une nouvelle fois l’un de ses questionnement principal : intégrer la cruauté du monde et s’en affranchir pour s’accomplir au mieux.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Août 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Conte du genévrier © Les Aventuriers de l'étrange 2020

15/09/2022 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Comme tous les albums de cette collection que j’ai lus, il s’agit d’un conte des frères Grimm relativement inconnu (totalement de moi en tout cas !), très bien mis en images, avec une belle maquette de collection de la part de cet éditeur intéressant, qui porte souvent bien son nom. Ici, je retrouve Nuria Tamarit, auteure découverte avec « Géante », et dont le dessin, atypique, convient bien à ce genre de récit. Le trait est simple, sans fioriture, mais original et efficace. En tout cas les jeunes lecteurs visés par cet album apprécieront certainement ce style un peu naïf et gras. Si la première moitié du récit est grave, assez noire, jusqu’à la « mort » de Wilhelm, la suite est plus classique, avec quelques côtés édifiants, mais qui passent, jusqu’au happy end final. Ce n’est sans doute pas le conte le plus original des frères Grimm, mais il est ici bien mis en images. Note réelle 2,5/5.

15/09/2022 (modifier)