Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

La Lumière au fond du placard

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Placard : n. m. Recoin de mur fermé par une porte formant une armoire fixe. Metaph. Mise à l'écart, au secret.


BD-Blogs Gays et lesbiennes

La lumière au fond du placard suit avec humour et poésie les pérégrinations d'une petite môme bleue au cours de son voyage initiatique, qui la conduira à découvrir un placard, tantôt refuge, tantôt prison, puis à l'explorer jusqu'à en percer le mystère. Car si au début, l'obscurité paraît complète, elle distingue bientôt un rai de lumière ... Et la porte s'ouvre parfaitement de l'intérieur. Il n'y a plus qu'à se préparer à la pousser, pour vivre enfin avec bonheur son homosexualité.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Lumière au fond du placard © Dans l'Engrenage 2012

04/08/2022 | gruizzli
Modifier


Par gruizzli
Note: 3/5
L'avatar du posteur gruizzli

Je suis très content d'avoir trouvé cet album en occasion, j'avais envie de le lire depuis 2012, date à laquelle il est sorti et où je suivais encore le blog que l'auteure tenait et qui semble avoir disparu aujourd'hui. 2012 c'était la fameuse année du débat sur le mariage pour tous, qui a ressemblé à une guerre civile à certains égards, et dont les débats farouches alimentent encore nombre de discussions dix ans après. Mais ça a aussi été une période où j'ai découvert l'homophobie en France et pris en pleine face la violence et la haine qu'ils subissent au quotidien. Une de ces découvertes fut les blogs-Bd, ou plusieurs auteurs ouvertement gays (Julie Maroh, Jeromeuh, Pochep, Silver et Gami) parlaient de tout ceci. Une éducation par les concernés, ce qui était assez génial pour comprendre de l'intérieur. Gami m'intéressait beaucoup parce qu'il s'agissait d'une des rares femmes lesbiennes s'en revendiquant et parlant de ce qu'elle vivait au quotidien, choses que je n'envisageais même pas à l'époque. Son trait tout rond m'avait bien plu et j'avais envie de lire la compilation, bien que connaissant déjà de bases une grande partie de ce que l'ouvrage contenait. Et comme de nombreux autres blogs Bd adaptés en livre (allez voir le thème concernés) c'est une compilation des histoires, émaillées de quelques nouveautés et une petite histoire en filigrane, ici la sortie du placard de Gami et sa première expérience amoureuse avec une femme. Les planches s'enchainent avec quelques petits gags faisant mouche parfois mais globalement c'est moins de l'humour que du sérieux, ce qui m'a conduit à mettre la section Roman graphique plutôt. Gami fait plutôt une constatation de sa propre homosexualité par petites touches, parfois très mignonne d'ailleurs. Bien sur, l'homophobie sera mentionné dans le livre, notamment sa propre homophobie qui l'incite à se cacher d'elle-même et ne pas l'assumer. Cela dit, je trouve que le dessin pêche un peu. Il est mignon et en rondeur, mais manque de changement, de maitrise aussi dans quelques cas. Les têtes se ressemblent un peu trop, les cadrages aussi. C'est assez rare d'avoir des planches originales ou dont la composition varie. Un syndrome assez courant dans les blogs BD, où on fait efficace plutôt que précis, mais souvent atténué par le fait qu'on lise régulièrement. Tout en un coup, ça laisse paraitre les faiblesses du dessin. Mais je suis un poil critique, la BD est avant-tout une découverte de sa propre homosexualité et de la façon dont on la vie aujourd'hui (et encore, elle a des parents qui lui parlent encore après le coming-out). Cette BD a dix ans, et en la lisant je me demandais si c'était moi qui avais changé ou le monde, mais que c'est aujourd'hui un petit peu plus intégré. Cela dit, je reste un hétéro et ma vie n'a pas les milles et un soucis que vivent quotidiennement les gays, comme simplement se demander si j'ai le droit de prendre ma copine par la main dans la rue. Mais j'espère sincèrement que la société a évoluée en bien, à cet égard. Je finirais juste en disant que depuis la disparition de son blog, je ne trouve aucune trace de la dessinatrice sur Internet. Peut-être une volonté de sa part, tout ce que j'espère c'est qu'elle n'a pas subi la haine violente et aveugle de personnes qui n'aiment pas que l'on aime. Ce genre de choses me fait bien plus peur que n'importe quel BD, et quelque part rappelle que ce genre de témoignages est important pour changer un monde : faire comprendre le ressenti des autres et leurs permettre de nous le montrer. On y gagne tous, au final !

04/08/2022 (modifier)