Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Reflets Perdus

Note: 1.75/5
(1.75/5 pour 4 avis)

Un western atypique, premier album d'un couple fameux: Morvan et Savoia


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Cirque & Saltimbanques Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Jean-David Morvan Péchés de jeunesse

1870 en Espagne: Aragon et Dante sont deux frères siamois partageant un bras et une jambe. Grands d'Espagne de par leur filiation mais reniés par leurs parents qui ne voient en eux que des monstres, ils s'en vont vers les Etats-Unis fraichement sortis d'une guerre de sécession sanglante, après avoir soutiré une somme d'argent conséquente à leur père et froidement poignardé leur mère. Autant Aragon est introverti voire lache, autant Dante est charismatique, avide de pouvoir, de violence et d'argent. Mais tous deux se sentent solidaires de deux "freaks" qu'ils voient un jour se faire malmener dans un cirque: un blanc unijambiste que porte un grand noir de deux mètres, à moitié muet et sans bras. Ayant dilapidé tout l'argent soutiré à leur père, les siamois finissent par intégrer eux-même le cirque et à en prendre les commandes.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1993
Statut histoire Série abandonnée 1 tome paru
Couverture de la série Reflets Perdus

22/05/2003 | Don Lope
Modifier


Par Ems
Note: 1/5

Vraiment déçu !!! Ce premier et unique tome est en fait une histoire complète. Il m'a rappelé l'excellent film "Freaks" sans lui arriver à la cheville. Les auteurs ont fait leur trou depuis dans le monde de la BD. Cette première oeuvre est simplement une erreur de jeunesse, vite corrigée en passant à autre chose. Le dessin est correct mais je n'ai pas du tout aimé les couleurs utilisées. Le scénario m'a paru dénué de sens, il y avait pourtant matière avec des personnages aussi atypiques. Il aurait fallu jouer plus sur la psychologie des personnages au lieu de se cantonner à de l'action sans intérêt ni but. A éviter tout simplement.

07/03/2008 (modifier)
Par Nico
Note: 3/5

Cette BD a pour moi quelque chose de particulier et m'a plu. Elle souffre effectivement d'un manque de "professionnalisme" du dessin de Savoia (surtout en comparaison de Nomad par exemple), mais elle a quelque chose d'authentique et d'assez atypique. Le scénario est loin d'être simpliste et les personnages ont des présences fortes, ils sont chacun intéressants à suivre. De nombreuses trajectoires se croisent dans cette cour des miracles. C'est l'occasion aussi de replonger dans une époque troublée qui se réveille après une guerre qui a divisé les US en 2. Les côtés un peu balbutiants de cette BD sont réels et peuvent gêner le lecteur. Pour moi ça n'a pas été le cas, les personnages sont attachants, l'humanité qui en ressort me rappel (naturellement) celle que j'ai ressenti en voyant Elephant man la 1ère fois. C'est un peu comme certains 1er album d'artistes en musiques, qui semblent parfois mal produits, un peu débutant... et pourtant c'est la qu'il y a toute les tripes. Question de point de vue.

01/11/2007 (MAJ le 02/11/2007) (modifier)
Par Kael
Note: 1/5

Je voulais l'acheter depuis un bout de temps, mais Sylvain Savoia lui-même m'avait dissuadé de le faire (non sans un petit sourire amusé). Excusez mon inculture cinématographique, mais je n'ai pas vu les références dont parle Don Lope (l'est fort quand même ce Don Lope des fois) Donc pas d'indigestion à ce niveau là. Par contre, j'ai été complètement sur le cul en voyant le dessin de Savoia ! Je le connaissais avec les très bons Nomad et Al Togo qui me plaisent beaucoup graphiquement (entre autres), et j'ai découvert que Savoia aussi a été très... hum... comment dire... très décevant au début de sa "carrière". Le trait n'a pas de finesse, les encrages sont lourds, les ombres absolument pas maitrisées, le tout est disgracieux au possible. Il a dû bosser comme un malade entre cet album et les débuts de Nomad (bien lui en a pris) Enfin, l'histoire en elle même manque cruellement de punch, de vivacité. Morvan, auteur talentueux, a lui aussi commencé avec du médiocre. Bon, j'avoue que je ne m'attendais pas à une grande BD, deux auteurs débutants (même bourrés de talents) font rarement une grande BD dès le début... mais là franchement, c'est quand même très fort ;) (JD, Sylvain... Pas taper si vous lisez ces quelques lignes !)

03/09/2004 (modifier)
Par Don Lope
Note: 2/5

Le moins que l'on puisse dire, c'est que je ne m'attendais pas à ce genre d'histoire lorsque j'ai acheté cet album! Pour leurs premiers pas, Morvan et Savoia ont réalisé un western en total décalage avec les canons du genre. Les références sont multiples (trop même): le premier qui vient à l'esprit est l'excellent Freaks de Tod Browning. Comme dans le film, on suit la trace d'un cirque remplis de "monstres" sauf que ceux-ci ne sont pas tous des enfants de coeur. Le deuxième film qui vient à l'esprit est Mad Max 3 où un géant porte un nain, tous deux se complétant parfaitement. Enfin le troisième film qui inspire cette BD est le fabuleux Dead Ringers (faux semblants) de David Cronenberg. Ici les jumeaux sont siamois mais pareillement antinomiques: Dante écrase Aragon de sa volonté comme Elliot écrase Beverly chez Cronenberg. Et comme dans le film, la situation évoluera peu à peu. Il n'est pas vraiment surprenant de trouver tant de références dans un premier album mais là on frise un peu l'indigestion. Ceci dit, toutes ces influences sont digérées et régurgitées pour créer une histoire tout de même assez originale, noire et dérangeante à défaut d'être toujours passionnante. Tout est en effet un peu trop prévisible et l'ensemble manque de fluidité et souffre d'une narration vraiment lourde. Le trait de Savoia n'est bien entendu pas aussi affirmé que sur les derniers tomes de Nomad mais il laisse entrevoir un certain potentiel qui se confirmera avec brio par la suite. Le dessin est un peu chargé et confus mais reste très convenable pour un premier livre.

22/05/2003 (modifier)