Semences sous influences

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Avec « Semences sous influences », Renaud De Heyn nous invite à découvrir les coulisses d’un secteur au sein duquel les intérêts privés l’emportent trop souvent sur la préservation de l’environnement et la santé publique...


Agriculture et élevage Documentaires Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Environnement et écologie La Boite à Bulles Nouveautés BD, comics et manga

L’alimentation figure en bonne position parmi les problématiques clés de notre société actuelle. De tout temps, le monde agricole a sélectionné ses semences pour améliorer sa production mais, depuis quelques décennies, des variétés sans cesse plus sophistiquées sont créées au service d'un productivisme effréné. Les technologies mécaniques, chimiques, biologiques ou génétiques, alliées à l'industrialisation, à la course perpétuelle au rendement nous ont conduit à un désastre environnemental, alimentaire et sanitaire. Sans même parler des fameux OGM, dont l'usage reste heureusement strictement encadré en Europe, l'agriculture intensive, la surexploitation des terres, l’usage de semences dites « hybrides » ont rendu l'agriculture dépendante de produits nocifs pour l’ensemble du vivant. Face à cette agriculture dominante, de petits agriculteurs développent, à l’échelle nationale et européenne, une alternative autour des semences anciennes. Mais le combat pour faire valoir leur droit à l'utilisation de semences non issues de laboratoires industriels est rude. En effet, la législation – et les critères de validation pour faire entrer les semences au « Catalogue officiel » – favorisent les produits industriels, et les agriculteurs agroécologiques ont été contraints d’opérer en toute illégalité durant des décennies.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Avril 2022
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Semences sous influences © La Boîte à Bulles 2022

04/05/2022 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Semences sous influences est un documentaire en bande dessinée. Si vous cherchez à vous divertir, ou si le sujet ne vous intéresse pas, il est fort probable que cet album vous laisse totalement indifférent. A titre personnel, c’est justement ce sujet qui m’a attiré vers l’album. Ce sujet et le nom de son auteur qui a déjà prouvé sa maîtrise du genre ‘documentaire’ au travers d’autres travaux (publiés notamment dans la revue XXI). Pour ceux qui l’ignorent, les problématiques liées à la préservation, à la commercialisation et à l’utilisation des semences ne sont pas nouvelles et nourrissent de nombreux débats tant au niveau régional qu’au niveau mondial. Renaud De Heyn traite le sujet avec clarté et met en évidence les enjeux et les dangers, pointe du doigt l’agriculture ‘moderne’ qui appauvrit les sols, les lobbies et la puissance de groupes connus (Monsanto, BASF, etc…), s’entretient avec des hommes de terrain, et cherche à varier sa mise en page pour éviter tout sentiment de routine. On passe ainsi de planches illustratives à des passages plus figés dans lesquels nous sont relatés différents entretiens ou à des planches usant de symbolisme, voire de métaphores qui permettent d'illustrer des passages parfois très techniques. Dans l’ensemble, l’exercice est réussi. Je ne me suis pas lassé en cours de route. Je sors de ma lecture instruit, parfois effaré (un plan de Bruxelles où l’on voit où se situent les bâtiments des lobbies des groupes pétrochimiques vis-à-vis des différentes directions générales de l’U.E. m’a particulièrement interpellé), heureux de certaines initiatives et plus décidé que jamais à continuer à acheter mes graines auprès de certains fournisseurs (dont l’auteur parle d’ailleurs dans ce documentaire). On pourrait reprocher à ce documentaire le fait qu’il ne pourra finalement que convaincre des convaincu. En cela, le travail de Renaud De Heyn est moins remarquable que celui d’un Davodeau, qui parvient à attirer un lectorat plus large et plus ‘ignorant’ sur un sujet donné. Mais en même temps, ce documentaire donne à ses lecteurs les armes pour ‘prêcher la bonne parole’ et, de ce fait, apporte sa pierre à l’édifice d’un mouvement de sensibilisation de plus en plus marqué… et presque parfois écouté par les instances internationales. Pas mal. Un très bon travail de vulgarisation et de synthèse sur un sujet parfois très bureaucratique mais il manque ce petit quelque chose, cette approche originale qui aurait permis d’attirer un lecteur pas spécialement intéressé par ce thème à se pencher sur la question, histoire de se poser les bonnes (de questions). Ceci dit, pour ma part, j’ai eu ce que j’espérais. Un album à ranger à côté de toutes les grainothèques.

04/05/2022 (modifier)