Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

H27

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Une épidémie inconnue frappe Bruxelles. D’abord ce sont les oiseaux qui disparaissent, ensuite c’est au tour des habitants de succomber par centaines.


Maladies et épidémies

Note de l'éditeur: « Les symptômes sont clairs, on vomit, on chie du sang et on meurt dans les 2 ou 3 jours. » La ville est mise en quarantaine, un couvre feu est instauré et le gouvernement se retire à Anvers... Voilà pour la version courte, pourtant le récit semblait commencer sur un tout autre mode, c’est même un des intérêts de ce scénario qui explore la limite de la fiction, un récit qui se construit en basculements successifs. Le ton est d’abord serein et introspectif, on suit la vie d’une bande de copains, quelque chose de finalement assez léger. Mais rapidement, l’histoire bascule dans le drame humain, sans que les protagonistes du récit n’en prennent tout de suite la mesure d’ailleurs. La mort s’abat sur la ville où plus aucun endroit ne semble vraiment assez sûr. Une véritable descente aux enfers donc qui nous amène de plein pied dans la fiction et dans une action empruntée aux films catastrophes et autres fins du monde !

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série H27

08/01/2022 | Seube
Modifier


Par Seube
Note: 3/5
L'avatar du posteur Seube

Une histoire intéressante qui monte en puissance. En effet, le contraste est intéressant entre la manière dont l'histoire débute et comment elle se termine. Il y a d'abord un narrateur, Yves, qui nous présente sa troupe de copains colocataires et décrit leur quotidien de jeunes fêtards heureux. Et puis la tension monte à mesure qu'un virus, le H27, se développe dans la ville de Bruxelles. Et la situation part peu à peu en vrille et embarque les personnages dans une névrose collective. Une petite magie du scénario rend la forme d'autant plus intéressante: Yves s'éclipse un moment, ainsi s'éclipse la narration. Sauf qu'il ne revient pas, donc elle non plus et le reste de l'histoire se déroulera sur base de dialogue et avec la radio pour seule voix off. Le dessin griffonné est assez inégal à mes yeux, volontairement imparfait, mais le choix du style très nerveux colle bien avec l'angoisse de cette situation et la panique qui en découle. Le côté "amateur" aussi colle bien car on retrouve une bande de copains qui ont la vingtaine et sont dessinateurs de BD à leurs heures perdues et sans prétention. L'histoire ne va pas me marquer indéfiniment non plus, mais j'ai passé un bon moment.

08/01/2022 (modifier)