Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

L'Ange Dada - Heurs et malheurs d'Emmy Hennings, créatrice du cabaret Voltaire (El Angel dada)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

La vie tragique et fertile d'Emmy Hennings, créatrice du Cabaret Voltaire et muse de nombreux artistes européens du début du 20ème siècle


Biographies Milieux artistiques Nouveautés BD, comics et manga

A la mort de son père, en 1901, Emmy Hennings , jeune allemande de 16 ans, décide de partir à l'aventure pour devenir comédienne. Autant dire que cela ne va pas être du gâteau ! Les rencontres malveillantes vont lui forger un caractère à la fois désabusé et courageux qui lui donnera l'assurance et la séduction ravageuse.

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Ange Dada - Heurs et malheurs d'Emmy Hennings, créatrice du cabaret Voltaire

01/05/2021 | Canarde
Modifier


Par Canarde
Note: 3/5
L'avatar du posteur Canarde

Instructif mais quelque peu monotone. Une des muses les plus influentes du mouvement dada, Emmy Hennings a eu un parcours cruel et fertile. Marionnettiste, prostituée, morphinomane, comédienne, chanteuse, poétesse, elle connaîtra tous les artistes avant-gardiste de son époque, rencontrera même Lénine en Suisse, mais son parcours est une sorte de tourbillon de violence et de création qui donne un peu le tournis. On est ballotté avec elle, d'homme en homme, d'addiction en addiction et de scène de spectacle en cellule de prison, sans que l'on puisse se faire une idée claire de quoi que ce soit. Je veux bien que telle ait été sa vie, mais que devait être ce livre ? Cela ne crée pas vraiment une histoire construite. Cet album sur l'Europe cosmopolite du début du XXème siècle, nous fait comprendre le contexte de la naissance du mouvement Dada, et éclaire certainement le caractère provocateur mais aussi délirant de ce mouvement qui construit sur la destruction de l'art tel qu'il était jusqu'alors. En revanche il ne nous permet pas vraiment de nous attacher à quiconque. Le seul lien que l'on peut avoir c'est une admiration pour l'image de cette femme changeante, ses grands yeux observateurs et sa toute petite bouche découpée dans un menton triangulaire. On imagine José Lazaro à sa table de travail, entouré de ces images mille fois recommencées, Emmy observant, Emmy souriant, Emmy angoissée, Emmy en colère, Emmy absente... Et de tout ce travail nait un personnage effrayant, multi-forme, et puissant qui a du habiter son créateur.

01/05/2021 (modifier)