Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Ô Verlaine

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Les derniers mois de la vie de Verlaine ne furent pas de tout repos...


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Adaptations de romans en BD Jean Teulé Les coups de coeur des internautes Nouveautés BD, comics et manga Paris Poètes et poésie

Alcoolique phénoménal, amant frénétique, bigame maltraité, le poète génial oscille depuis toujours entre l’ignoble et le sublime. À 51 ans, son existence cataclysmique laisse de nombreuses traces : un nombre invraisemblable de maladies (syphilis, diabète, souffle au coeur, cirrhose du foie, pneumonie…), des admirateurs qui ne sont plus qu’une poignée et des contemporains qui l’accablent de leur mépris… C’est alors, qu’en quelques semaines, la jeunesse du Quartier latin en fait son idole. Elle admire sa poésie, la force de ses anathèmes, le désordre de sa vie, se bat pour l’écouter dans les cabarets et se rue à son chevet. Ainsi, encore une fois, le destin du poète le conduira de l’infamie au grandiose. (texte : Steinkis)

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Avril 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Ô Verlaine

29/04/2021 | Spooky
Modifier


Donc juste quelques petites choses sur le livre. (1) Vous devez savoir qui est Paul Verlaine avant d'entrer (par exemple, le célèbre poète français, Baudelaire contemporain, a eu une liaison avec un autre poète Arthur Rimbaud et est allé en prison pour avoir tenté de l'abattre, est également allé en prison pour avoir apparemment tenté de tuer son mère ...? Vous pouvez dire que la lecture de fond ne sera pas ennuyeuse.). (2) Le livre n'a pas vraiment d'intrigue. Ce ne sont que les derniers jours de la vie de Verlaine. Je ne mentirai pas, c'est une déception totale. Il est constamment ivre, a des insectes qui courent autour de sa maison et de ses vêtements, semble totalement déprimé, vit avec des gens abusifs qui l'utilisent pour de l'argent mais qu'il traite aussi comme de la merde, il gaspille également un tas de dons de ses fans en alcool et vend une marque nouveau costume en échange de vêtements enlevés à un sans-abri mort (non vraiment, c'est dans le livre). (3) Malgré ce qui précède, c'est une bonne lecture. Bien sûr, c'est lent, et ce n'est pas l'affaire de tout le monde, mais le livre a beaucoup à offrir. L'auteur se donne beaucoup de mal pour décrire l'argot parisien, les quartiers populaires, les hôpitaux à l'époque, le large éventail de personnes qui admiraient la poésie de Verlaine, les tenants et les aboutissants de l'édition et comment Verlaine recevait son salaire (et son Commentaires). Et il y a un aperçu vraiment étrange de la façon dont les artistes boho-chic ont pris des décisions de style de vie discutables (par exemple: avoir un anaconda pour animaux de compagnie qui finit par manger votre petite amie entière parce qu'elle a manqué d'opium pour la distraire) (je ne pourrais pas inventer cela si J'ai essayé). (4) Le livre est inattendu. Cela en dit long sur l'idolisation, la dépression, les abus, l'amitié, l'agressivité passive, la classe, l'opinion populaire ... et le tout saupoudré d'une belle poésie de Verlaine en plus. Donc, si cette critique ne vous a pas effrayé pour de bon, je recommande le livre à tous ceux qui aiment les poètes du 19ème siècle, la fiction d'époque précise qui vous donne un sens de la vie quotidienne, le drame axé sur les personnages et (bien sûr) la poésie de Verlaine. Ou, vous savez, vous pouvez simplement aller lire la poésie. Peut-être faire ça. Je vais faire ça.

29/04/2021 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Tiens, une biographie partielle de Verlaine, qui revient sur ses derniers mois... Le poète était alors en train de brûler ses dernières cartouches, tant au niveau artistique que sanitaire... En effet, peu soucieux de son hygiène et adepte de paradis artificiels, il cumulait les soucis de santé, dépensant ses maigres revenus en professionnelles du sexe et en boisson. Adulé, soutenu, au propre comme au figuré, par une poignée d'amis irréductibles, il se montre dans toute sa démesure, toute sa déchéance... C'est donc un portrait sans concessions fait par Jean Teulé, ici adapté par Philippe Thirault, on suit la descente aux Enfers de celui qui fut peut-être l'un des plus grands poètes de son temps... Et cela fait mal au coeur. C'est Olivier Deloye, ancien adaptateur d'Oliver Twist, qui prête son dessin sans complexes (à la manière d'un Clément Oubrerie), lui rendant un grand hommage, accompagné aux couleurs par Marie Galopin. Vraiment bon, même si une fois l'album refermé, je n'ai pas eu l'impression d'avoir lu un grand album.

29/04/2021 (modifier)