Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Hélène Boucher, l'étoile filante

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

« Il est dans le ciel des sillages glorieux que rien, jamais, ne saurait effacer. Il est aussi des étoiles dont l'altitude est si haute au-dessus de la terre, que leur lumière, bien qu'elle soit morte depuis des milliers d'années, continue de briller et de venir jusqu'à nous. Hélène Boucher est l'une de ces étoiles. »


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Aviation Biographies Paquet Pionnières

Hélène Boucher était une jeune femme passionnée par l'aviation sportive, mais elle fut une héroïne éphémère dont l'ascension fulgurante a marqué son époque. En quelques années, elle a tout essayé, tout pratiqué et au plus haut niveau ; raid aérien, acrobatie, records d'altitude, de vitesse...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Juin 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Hélène Boucher, l'étoile filante
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

19/12/2020 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Voici une courte biographie d’une pionnière de l’aviation. D’ordinaire, ce format de 48 pages est un gros handicap pour transcrire la vie d’un personnage réel, mais ce défaut est en partie compensé par la brièveté de la carrière d’aviatrice d’Hélène Boucher, disparue trois ans seulement après avoir commencé à voler. Trois ans lui suffiront pour marquer les esprits et rester dans les mémoires, Hélène Boucher faisant partie de ces rares femmes jugées par les hommes comme leurs égales, respectées pour leurs compétences et sans condescendance. Car devenir aviatrice dans les années 30 demandait une fameuse force de caractère, se faire confier un avion par un constructeur demandait de fameuses compétences, et battre un record du monde exigeait courage et ténacité… Et là, les hommes n’ont plus qu’à s’incliner avec respect. En 48 pages, Didier Quelle-Guyot et Olivier Dauger parviennent bien à retranscrire ce caractère fort et cette détermination. La narration est fluide, le récit est manifestement construit sur une solide documentation et le trait de type réaliste en ligne claire d’Olivier Dauger convient parfaitement tant à l’époque qu’à l’univers technique de l’aviation. Il n’empêche que 48 pages, c’est trop court pour faire naître une réelle empathie et cerner toutes les facettes d’un personnage, quel qu’il soit, mais pour une rapide évocation d’une aviatrice d’exception, cet album fait le taf. A réserver aux amateurs du genre mais ceux-ci ne regretteront en rien leur lecture.

19/12/2020 (modifier)