Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Chroniques de San Francisco

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Adaptation du cycle romanesque d'Armistead Maupin.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Adaptations de romans en BD La BD au féminin Les petits éditeurs pendant la pandémie Nouveautés BD, comics et manga [USA] - Côte Ouest

San Francisco, fin des années 1970. Mary Ann Singleton débarque dans la baie après avoir quitté son Ohio natal. Elle trouve refuge dans une pension familiale au 28 Barbary Lane. La propriétaire, Madame Madrigal est, disons, pittoresque mais materne ses locataires avec une inépuisable gentillesse. Et ils en ont tous bien besoin, car « s’il ne pleut jamais en Californie, les larmes en revanche peuvent y couler à flots ». Mary Ann va devoir s’adapter à cette nouvelle vie, Mona vient de perdre son emploi, Michael cherche l’homme de sa vie...

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Novembre 2020
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Chroniques de San Francisco
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

15/11/2020 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Bon, je ne connais les Chroniques de San Francisco que de nom, je savais qu'il s'agissait d'une série de romans parlant des parcours croisés de plusieurs personnes dans cette ville au coeur des années 70 ou 80. Mû par une simple curiosité, j'ai voulu voir ce que cela donnait en BD. Eh bien je me suis assez franchement ennuyé. On suit en effet l'histoire de plusieurs personnages, même si Mary Ann semble avoir la préférence de l'adaptatrice, Isabelle Bauthian. A tel point qu'à un moment je me suis dit "mais, il n'y a qu'un seul personnage principal ?" ; un peu plus tard on comprend que Michael Tolliver va prendre une place plus importante dans le récit. Mais que c'est lent, plat... C'est dommage, parce que j'imagine que l'oeuvre originale est plus rythmée, que les personnages y sont plus attachants... C'est Sandrine Revel qui est aux pinceaux, insufflant un air un peu suranné aux personnages, ce qui me semble plutôt bien vu, mais cela ne suffit pas, hélas, à rendre le récit vraiment intéressant.

15/11/2020 (modifier)