Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Un Eté en enfer

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Découvrez l'histoire du KL-Natzweiler, seul camp de concentration nazi sur le territoire français.


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Grand Est Nazisme et Shoah

Juillet 1942, l'Alsace est sous le joug du Reich. En ces temps de guerre et de rationnements, faire manger une famille est souvent difficile. Les parents du jeune Raymond envisagent alors d'envoyer leur fils en vacances chez sa tante. Mais la ferme Idoux se trouve sur le lieu-dit du Struthof. Une zone rendue strictement inaccessible aux civils par les SS. À leur grand étonnement, leur demande de séjour est acceptée par les autorités allemandes. Raymond s'en réjouit. Il aime bien l'oncle Ernest et la tante Marie et apprécie de passer l'été à la montagne. Mais il va vite déchanter en arrivant sur place. Le Struthof a bien changé : sur les hauteurs se profile l'ombre d'un camp de concentration. Le paisible lieu de villégiature ressemble maintenant à l'antichambre de l'enfer...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Novembre 2011
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Un Eté en enfer
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

01/11/2020 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Récit historique d’intérêt public, cet album permet de découvrir ce camp de concentration construit en Alsace durant la deuxième guerre mondiale. Au travers de l’histoire du petit Raymond, basée sur des faits réels, les auteurs s’appliquent à la description du contexte, de l’ambiance et des objectifs de ce camp. C’est plutôt bien fait pourvu que l’on n’en attende rien d’autre. En effet, le séjour de Raymond n’est en rien spectaculaire. Marquant, oui, c’est certain car on ne réside pas enfant à côté de ce type de camp sans en être marqué à vie, mais rien dans son séjour ne sort de l’ordinaire. Du coup, ce récit est fort plat, avec peu de temps forts. Le dessin de Vincent Wagner est très lisible et va à l’essentiel. C’est un dessin au service de l’histoire mais qui ne cherche pas à la sublimer. Si le sujet vous intéresse, il ne s’agit certainement pas d’un mauvais album. Mais trop anecdotique quant à son déroulement, je crains qu’il ne passionne que des passionnés.

01/11/2020 (modifier)