Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

GoSt111

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Angoulême 2021 : Fauve Polar SNCF Une plongée vertigineuse dans le monde des informateurs de la police.


Angoulême 2021 : les gagnants ! Angoulême : récapitulatif des séries primées Profession flic

Père modèle mais sans emploi, Goran Stankovic accepte un job véreux, se fait arrêter et n’a d’autre choix que de collaborer en devenant « indic’ ». Coincé entre truands et police, dans un monde de manipulations, Goran va devoir jouer un double jeu périlleux pour s’en sortir. Coécrit par Mark Eacersall, scénariste venu de l’audiovisuel, et Henri Scala, pseudonyme derrière lequel se cache un commissaire passé par des services d’investigation prestigieux, GoSt111 est autant un polar haletant qu’une plongée vertigineuse dans le monde méconnu des informateurs de la police. Un récit noir ciselé et hyperréaliste, transcendé par le trait expressif de Marion Mousse. (site éditeur)

Scénaristes
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 11 Mars 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série GoSt111 © Glénat 2020

21/10/2020 | Noirdésir
Modifier


Par Benjie
Note: 4/5
L'avatar du posteur Benjie

L’histoire d’un taiseux qui perd son boulot de chauffeur et que l’on va suivre dans sa longue descente aux enfers entre les trafiquants et les flics. Après s’être fait pincer sans bien comprendre ce qui lui arrive, Goran Stankovic devient une balance. Redevable au flic qui lui évite la prison, il comprend rapidement comment tirer un profit substantiel des trafics d’armes et de drogue. Mais notre héros est constamment en position délicate entre la grande délinquance et un flic aux méthodes « particulières ». L’argent rentre mais la peur ne le quitte plus. Une façon intéressante de traiter la banlieue, sa vie et ses trafics. Ici, il s’agit vraiment d’un regard croisé entre flics et voyous, on passe d’un point de vue à l’autre sans arrêt. Sur fond de décor urbain et de barres d’immeubles, un scénario très crédible et rythmé, sans excès et franchement convaincant. Le dessin est cohérent avec l’ambiance donnée par le scénario, un peu brut, sans fioritures, sans détails inutiles. L’ensemble est assez sombre comme l’est le héros au physique lourd et aux mouvements lents. Peu bavard, il donne à l’histoire une pesanteur plus que palpable. Une lecture un peu par hasard et, au final, une très bonne surprise.

25/12/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5
L'avatar du posteur Yann135

Goran vient de se faire virer ! Il est chauffeur-livreur et on vient de lui retirer son permis. Il doit trouver rapidement un autre boulot. Il doit subvenir aux besoins de sa petite famille. Il accepte donc le premier job proposé, à savoir convoyer de la drogue. Evidemment il se fait pincer ! Le con ! Pour échapper à la prison, il n‘a pas beaucoup d’options qui s’offrent à lui. Il va devenir contraint et forcé un « tonton », un indic pour la police. Entre les truands et la police, notre ami Goran va devoir jouer à un jeu risqué. C’est pas mal cet album. Le scénario tient la route. Le rythme est soutenu. On ne s’ennuie pas une seule seconde. C’est avec délice que nous plongeons allégrement dans les coulisses de la police. Le duo Goran Stankovic et Alex Lemaître fonctionne parfaitement. C’est glauque. C’est du bien noir assurément. Les dialogues sont délicieux. Et même si le graphisme n’est pas trop ma tasse de thé, au fil de la lecture je m’y suis fait. A découvrir de toute urgence. Je vous l’assure, l’adrénaline est bien présente à travers les 200 pages de cet album hyperréaliste.

26/09/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Ce one-shot est un polar pur et dur. Dans lequel on entre brutalement, et au cours duquel la psychologie des personnages ne sera pas non plus développée. La lecture est assez rapide : en effet, il y a peu de texte (et de nombreuses planches muettes), et l’intrigue ne s’embarrasse pas trop de ramifications superflues. Mais cette intrigue justement se révèle plutôt intéressante. Car ce polar a pour personnage principal un indic – ce qui est plutôt rare. Un gros type fragile, mou, que la vie n’a pas gâté. Et qui devient indic par hasard, un peu comme il avait peu avant plongé dans la grande délinquance à l’insu de son plein gré. L’ensemble est assez réaliste et documenté (l’un des scénaristes est un ancien policier). La chute n’en est que plus savoureuse, qui voit notre héros, tel l’ange exterminateur, prendre sa revanche sur tous ceux qui souhaitaient le manipuler. Même s’il ne sort pas de sa condition de dominé, il se révèle au final bien plus fort et plus malin que ce que le lecteur – et ses victimes – ne l’avaient imaginé. Le dessin de Marion Mousse, moderne et dynamique, n’est pas toujours ma tasse de thé (je ne suis pas fan des traits de visage parfois effacés), mais il accompagne efficacement ce polar, dont la lecture se révèle divertissante et plaisante.

21/10/2020 (modifier)