Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

J'aime les sushis (Mikkusu Bejitaburu)

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Dingue de sushis depuis qu'elle en a découvert les saveurs subtiles, Hanayu n'a plus qu'une seule idée en tête : devenir une spécialiste de la découpe de poisson ! Même ses parents, pâtissiers de renom, ne pourront l'arrêter...


Bouffe et boisson La BD au féminin : le manga Shojo Shueisha

Première étape de son projet : séduire Hayato, son camarade de classe, fils d'un maître sushi. Mais Hanayu ignore que ce dernier rêve d'ouvrir... une pâtisserie ?!

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Septembre 2010
Statut histoire Série terminée 8 tomes parus
Couverture de la série J'aime les sushis
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

28/09/2020 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

J'aime les sushis est un pur shojo. Ne vous attendez pas à y découvrir les secrets de la cuisine des sushis, l'auteure avoue rapidement qu'elle n'y connait pas grand chose et, après deux premiers tomes qui abordaient un peu la partie culturelle et culinaire du sujet, elle va vite éluder les questions techniques pour se concentrer sur le côté romantique de son histoire et sur les atermoiements intellectuels et sentimentaux des deux héros. C'est l'histoire d'une adolescente qui rêve de devenir maître sushi même si ça doit faire de la peine à sa famille qui tient une pâtisserie et aimerait la voir reprendre le flambeau. Et c'est en parallèle celle d'un adolescent qui rêve de devenir pâtissier même si cela doit faire de la peine à sa famille qui tient un restaurant de sushis. La première décide de sortir avec le second, non pas par amour mais pour lui permettre d'approcher son père, maître sushi. Et l'autre accepte sans problème car lui aussi pense en secret que ça lui permettra d'approcher du père pâtissier. Ne vous inquiétez pas, le manga ne va pas se baser sur ce seul contexte et les possibles quiproquos que cela implique : les manigances de l'un et l'autre seront assez vite révélées et le couple ne restera pas bâti sur un double mensonge. Au contraire, ils vont rester proches pour se soutenir mutuellement dans leurs passions respectives, même si la réalité se révèlera plus complexe. Quand je dis que c'est un pur shojo, c'est assez péjoratif à mes yeux. Car il en présente les défauts graphiques et de narration. Le dessin n'est pas moche d'aspect, mais les personnages se ressemblent trop, aux coiffures près, et ils ont tous l'air d'adolescents quelque soit leur âge. J'ai eu notamment beaucoup de mal à différencier le héros et celui qui deviendra son rival le temps de quelques chapitres. L'auteure évite l'écueil caricatural de décors vides remplacés par des étoiles et autres plumes mais ses décors restent succincts, quoique bien détaillés quand il y en a, et on a essentiellement droit à une succession de visages en gros plans. Au niveau de la narration, elle est échevelée, avec beaucoup de dialogues décousus et de pensées qui s'accumulent en désordre. Elle présente plusieurs fois ce qui m'a paru être des gags ou des clins d'oeil strictement liés à la culture japonaise ou à des références locales qui ne m'ont pas parlé du tout. Et je ne parle pas de cette habitude qui ternit trop de shojo à mon goût, celle de l'auteure de tenir absolument à caser régulièrement des notes bavardes en bas ou sur les côtés de certaines pages pour parler d'elle-même et de sa création. Le scénario donne nettement l'impression que l'auteure est partie d'un idée initiale mais n'avait aucune idée d'où elle voulait la mener. L'intrigue batifole à droite à gauche, semblant se chercher en tâtonnant dans différentes directions, avant de franchement s'enliser vers le milieu de la série, au point de devenir franchement ennuyeuse, le point culminant de cet ennui étant sur la fin du 6e tome qui commence sérieusement à tourner en rond et à se diluer. Au 7e tome, l'auteure sort du chapeau une péripétie nouvelle qui va changer la donne mais celle-ci parait sortie du chapeau et presque incongrue tant elle est inattendue et artificielle mais elle a au moins le mérite d'apporter un peu de nouveauté et de débloquer la situation. Et elle mène à une conclusion au 8e tome qui est attendue et sans grande surprise. Concrètement, je me suis ennuyé à la lecture de ce manga qui ne m'a pas intéressé. J'ai failli lâcher l'affaire dès la fin du 4e tome et j'ai dû me forcer pour aller jusqu'à la fin.

28/09/2020 (modifier)