Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'ours est un écrivain comme les autres

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Un récit écrit et dessiné par Alain Kokor, librement adapté de l'œuvre de William Kotzwinkle, "The bear went over the mountain".


Bichromie New York Ours et nounours Romanciers et Monde littéraire

Ayant découvert un manuscrit caché sous un arbre au fin fond de la forêt du Maine (son auteur, Arthur Bramhall, craignait de voir son manuscrit partir en fumée comme son roman précédent), un plantigrade comprend qu’il a sous la patte le sésame susceptible de lui ouvrir les portes du monde humain – et de ses supermarchés aux linéaires débordants de sucreries… Le livre sous le bras, il s’en va à New York où les éditeurs vont se battre pour publier l’œuvre de cet écrivain si singulier – certes bourru et imprévisible, mais tellement charismatique ! Devenu la coqueluche du monde des lettres sous le nom de Dan Flakes, l’ours caracole bientôt en tête de liste des meilleures ventes… tandis qu’Arthur Bramhall, quasiment devenu ermite, s’enfonce de plus en plus dans la forêt.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Octobre 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'ours est un écrivain comme les autres
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

08/09/2020 | Guillaume.M
Modifier


L'avatar du posteur Guillaume.M

« L’ours est un écrivain comme les autres » n’est pas que l’histoire d’un ours qui devient célèbre. C’est bien plus que cela. Il s’agit du destin croisé d’un ours, Dan Flakes, qui s’humanise et d’un homme, Arthur Bramhall, qui retrouve son animalité. Il s’agit également d’une critique du star système, du marketing, de la soif de nouveauté et surtout de la bêtise d’une poignée d’éditeurs/promoteurs/attachés de presse/journalistes qui font les questions et les réponses, forgeant les stars de demain à grand coups de buzz. De nos jours, l’œuvre ne vaut rien sans un auteur qui fait parler de lui, en bien ou en mal. Cherchez l’erreur… Attiré par une couverture intrigante, j’ai immédiatement été charmé par un dessin charbonneux et brut. Alain Kokor est capable de produire des planches d’une grande simplicité, donnant une impression de facilité, comme des planches urbaines et complexes de toute beauté. Le choix de la bichromie orange, pourrait paraître surprenant… il est en fait judicieux et colle parfaitement à l’histoire. Le récit, très imagé, fleure bon le second degré et la critique sociale. Les situations parfois absurdes d’un ours qui mène sa barque dans le show business new yorkais permettent de mettre en lumière les dérives du système et de faire réfléchir le lecteur, même de sourire parfois. Malgré un nombre de planches plutôt conséquent, la lecture est fluide grâce à une narration et un rythme maîtrisé. L’album se lit en une traite. J’ai découvert ce one shot, comme l’ours le manuscrit, par hasard. Et souvent, le hasard fait bien les choses !

08/09/2020 (modifier)