Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Ça va pas durer longtemps mais ça va faire très mal

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Grosse farce, pas dénuée de fond...


Photo et dessin

Trois types masqués investissent les réseaux sociaux, menaçant de tout faire sauter (mais vraiment tout) si tous les dirigeants mondiaux ne démissionnent pas pour leur laisser le pouvoir total. Interviennent alors Marianne, la médiatrice de la République, et Luc, le nettoyeur de la même République.

Scénariste
Photographe
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Ça va pas durer longtemps mais ça va faire très mal
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

27/07/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J'aime beaucoup Grégory Jarry, que ce soit dans toutes les séries qu'il a commises avec son complice Otto T., mais aussi pour son travail d'éditeur au sein de Fblb (voir à ce propos sur le site l'interview que les deux loustics nous avaient accordée il y peu). J'aime aussi son engagement politique, qui transparaît souvent dans ses publications. C'est le cas ici avec cette sorte de roman photo (genre qu'il apprécie particulièrement), pour lequel il a bénéficié de la complicité de copains, de membres de sa famille ou de collègues (Morvandiau par exemple) pour le casting. L'histoire est totalement loufoque, improbable, il ne faut pas y chercher trop de crédibilité. En effet, la menace terroriste brandie par un trio de pieds nickelés sombre rapidement dans la grosse farce, comme l'intervention d'un pseudo Président de la République, ou surtout de la "Médiatrice" ou du "nettoyeur" de cette même République. L'intérêt vient surtout des à-côtés, de l'ironie et de la critique sous-jacente qui pointe. Critique de l'emballement et de la vacuité médiatique tout d'abord, avec les chaines d'informations qui empilent le néant, et les journalistes vedettes qui commentent le vide. Critique d'une certaine forme de démocratie (voir la présentation que font de leur rôle la Médiatrice et le Nettoyeur). Le côté aventures du pauvre (avec un côté un peu kitsch parfois), le loufoque et l'absurde joyeux, ajoutés à ces critiques latentes auraient pu donner quelque chose de plus percutant ou drôle. Mais hélas, il a des longueurs, qui diluent l'action, font perdre du rythme, c'est dommage. Au final, nous avons là quelque chose d'inclassable. Du roman photo, mais qui reprend les codes de la bande dessinée (personnages parlant dans des bulles, bruits et onomatopées ajoutés aux photos, etc.), qui balaye plusieurs genres (humour, polar, politique), mais qui m'a quelque peu laissé sur ma faim. Note réelle 2,5/5.

27/07/2020 (modifier)