Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Oliver Page & les tueurs de temps

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Un parasite menace l'humanité. Il faudra une machine à voyager dans le temps pour la pourchasser.


Voyages dans le temps

Wynn et Bogdan sont en mission de reconnaissance. Comme d'habitude, l'air est irrespirable, la pluie brûlante et il y a des explosions de toutes parts. Ils sont donc armés et protégés par leur armure high-tech. Alors qu'ils marchent en explorant les alentours, Wynn remarque quelque chose qui a bougé dans les parages. Bogdan se rapproche de la sombre corniche et finit par apercevoir deux yeux luisants qui les observent. C'est une des dernières créatures qu'il reste de cette espèce. Bogdan s'arrête et dégaine tout doucement. Il fait finalement feu, mais la créature a le temps de s'enfuir. Les deux soldats se précipitent à sa poursuite. La créature est blessée : elle laisse derrière elle des taches de sang. La piste est donc facile à suivre. Bogdan se dépêche et finit par arriver devant sa proie. Mais ce qu'il traque gît déchiquetée devant lui. Il n'a pas le temps de réagir, qu'une pluie d'acide tombe sur ses épaules. Il redresse la tête et une monstruosité se jette sur son casque. Wynn finit par arriver et comprend qu'il est trop tard. Bogdan n'est plus lui-même, il a le regard vide et vitreux. Wynn ne sait pas quoi faire : doit-elle lui tirer dessus pour mettre fin à son calvaire ou doit-elle le suivre ?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Janvier 2020
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Oliver Page & les tueurs de temps

05/07/2020 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Le Grand A

Une série Z au scénario tellement ultra capillotracté qu’on a mal pour les futurs lecteurs qui auraient le malheur de tomber sur cet objet maudit. Une histoire qui se situe quelque part entre Alien, La machine à voyager dans le temps et Edge of Tomorrow, pour donner une idée du type de récit. Seulement les engrenages ne s’emboîtent pas, tant et si mal (si j’ose dire) que dès le premier tome la suspension consentie d’incrédulité a sauté. Pour le dire autrement : c’est nul de chez nul. Pourquoi Wynn met-elle autant de temps à se décider à plomber Bogdan, contaminé par le virus. Oliver explore la tombe parce qu’il a peur des pilleurs, sachant que le mécène milliardaire débarque le lendemain, il aurait très bien pu monter la garde juste pour une nuit. En 2544 on n’a toujours pas inventé des armures 100 % par-balles au revolver… J’en passe des pires et des moins bonnes, c’est complètement illogique de bout en bout, et je passe sous silence les problèmes liés aux voyages de temps que tout le monde connaît bien. Ce n’est vraiment pas du bon Desberg et le mal est si profond que cela touche aux dialogues mêmes, comme cette sailli à l’encontre de Donald Trump : ridicule et inutile (l’auteur n’aime pas le président américain et veut le faire savoir… voilà c’est fait. Super…). Quant à la voix off, elle est bien à l’image de cette histoire : un parasite, vide et inefficace, elle ne fait que décrire ce qu’on a sous les yeux. Et c’est pareil pour le dessin, rushé à mort. La raison peut s’expliquer par les délais imposés, le délai entre les deux albums fut très bref, mais bon ça c’est la faute de l’éditeur. Griffo bosse en urgence et ça se voit : visages approximatifs, décors bâclés, pas une grosse réflexion au niveau de la recherche graphique, etc. Bref c’est dommage, il y avait de bonnes intentions là-dedans mais il n’y a absolument rien de réussi au final (peut être les couvertures à la limite). Erase, rewind.

04/10/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Après une curieuse introduction se situant en l'an 2544 dans une Terre complètement détruite, on va faire un tour dans le passé en 1875 en Perse pour des fouilles archéologiques, puis à Londres. On va d'ailleurs beaucoup voyager dans le temps car c'est bien de cela dont il s'agit. Pour autant, le voyage dans le temps n'est qu'un moyen pour arrêter un parasite d'origine extraterrestre qui prend possession des corps d'humains ou d'animaux en s'installant dans le cerveau. C'est facilement reconnaissable à des yeux démoniaques jaunis. Il y a un passage qui n'est pas du tout crédible quand notre héros Oliver Page est projeté en 2019 et qu’il sait très vite se servir d'un ordinateur en digne gentilhomme du XVIIIème siècle. Pour autant, j'avoue qu'on passe un très bon moment de divertissement comme quand on regarde un film de science-fiction. Les auteurs Desberg associé à Griffo ont un certain savoir-faire et le tout fonctionne bien.

05/07/2020 (modifier)