Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Bête humaine (Hugdebert)

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Adaptation érotique du roman de Zola.


Adaptations de romans en BD Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

L'histoire évoque le monde du chemin de fer et se déroule tout au long de la ligne Paris-Saint-Lazare–Le Havre. À l'époque de l'écriture du roman, la maison d'Émile Zola se trouve à Médan qui donne sur la voie de chemin de fer. Entre les deux gares, décrites avec une grande précision, les héros ne cessent d'osciller, dans un trajet pendulaire, jouets des passions qui les dominent. De grands drames arriveront à mi-chemin du parcours, au croisement des destins, dans un tunnel, et au carrefour (lieu-dit imaginaire à consonance négative) de la Croix-de-Maufras. Texte : wikipedia.org Mais bon, c'est Hugdebert qui adapte l'histoire, donc ça copule à tout va, même si les trains passent !

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1993
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Bête humaine (Hugdebert)
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

27/06/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Même si les scènes de sexe occupent une bonne partie de l’album, on n’a pas l’impression d’un simple empilage. En effet, Hugdebert suit la trame du roman d’Emile Zola (en le condensant quand même pas mal !), et les commentaires et dialogues, assez littéraires parfois, donnent du « coffre » à cet album. Pour le reste, le dessin d’Hugdebert est plutôt bon, précis, particulièrement pour les scènes de sexe. Certains visages m’ont fait penser au dessin de Servais. D’autres passages sont moins précis, mais globalement le trait d’Hugdebert est intéressant. La colorisation, elle, n’est par contre pas toujours très heureuse. A noter que si le train n’est ici qu’un personnage récurrent, une sorte de décor, et si aucune scène de sexe ne s’y déroule, il faut croire qu’Hugdebert nourrit un véritable fétichisme ferroviaire, puisqu’il a développé plusieurs autres séries ayant pour cadre des trains. Hugdebert a adapté d’autres classiques de la littérature du XIXème siècle, qui semble avoir ses faveurs (je ne les ai pour le moment pas lus).

27/06/2020 (modifier)