Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Incroyable !

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Il arrive parfois qu'une accumulation incroyable d'événements apparemment anodins et sans liens entre eux change la vie d'une personne. Jean-Loup peut en témoigner.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Douleurs intimes Ecole Emile Cohl Enfance(s) Wallonie

En Belgique, dans les années 1980, Jean-Loup vit en compagnie de son père. Le petit garçon souffre de TOC liés à un cruel manque de confiance en lui et à une certaine solitude due à l'absence de sa mère. Doté d'une grande imagination, doué d'un talent de conteur, il se construit pourtant son propre univers avec beaucoup de fantaisie... Mais comment raconter des histoires aux autres quand on est hypocondriaque ? Comment peut-on tout simplement trouver sa place dans la société alors qu'on est différent des autres ? Une histoire drôle et émouvante servie par les illustrations d'Hippolyte qui ont parfois un petit air de Sempé. (texte éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Juin 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Incroyable !
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

24/06/2020 | Josq
Modifier


Par doumé
Note: 3/5
L'avatar du posteur doumé

Une promenade avec un enfant qui vit avec ses tocs et nous entraine dans une aventure toute simple en apparence. L'auteur démarre cette aventure avec un prologue plein d'humour et un clin d'œil aux techniques narratives de Tshekov et c'est le ton de toute notre histoire. Nous suivons les pérégrinations de notre jeune héros à travers la Belgique. Un peu par hasard et un peu malgré lui, il participe à un concours d'éloquence et choisit le roi de Belgique pour déterminer son sujet. Cette aventure est complétement hors norme comme notre héros Cette balade est toujours agréable, notre héros avec son innocence liée à l'enfance nous fait partager son monde avec son ressenti et surtout sa perception du monde qui l'entoure. Mais cette balade n'est pas aussi innocente qu'elle parait, son oncle le seul personnage adulte identifié de sa famille sera son guide et le notre pour tout comprendre mais je ne dévoilerai rien de plus. Pour moi cette surprise scénaristique est le point d'orgue de cet album et je vous invite à découvrir ce moment Le dessin avec ses contours flous nous entraine dans un monde irréel avec des couleurs bien choisies toujours adaptées aux lieux et aux personnages. Une simple et belle histoire

15/08/2020 (modifier)
Par Josq
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Josq

J'ai ouvert cette bande dessinée sans savoir du tout à quoi m'attendre... Et bien je peux dire que je m'attendais à beaucoup de choses, mais pas à ça ! Le début est sympathique, mais on se demande un peu où les auteurs veulent nous mener. Le prologue, déconcertant à souhait, est très amusant, puisqu'il joue à nous présenter divers éléments qui auront leur importance dans le récit sans qu'on voie quel lien il pourra y avoir entre eux. Zabus y fait d'ores et déjà référence à Tchekhov et à son célèbre pistolet, qui veut que tous les éléments-clés de l'intrigue soient déjà utilisés auparavant dans la bande dessinée et pas introduit dans le récit au moment où ils servent. C'est ce qu'il fait ici avec un brio incroyable : quand on commence à comprendre que toutes les pièces du puzzle étaient déjà là sous nos yeux, c'est absolument excellent. Après ce prologue joyeusement déjanté, avec la présentation du personnage principal, on entre dans quelque chose de plus classique. On a déjà vu plusieurs fois, en BD ou en films, cet enfant proche de l'autisme, ici nommé Jean-Loup, qui s'est complètement refermé sur lui-même suite à un drame familial (ici, l'absence d'une mère, aggravée par un père toujours très distant), et qui a transformé sa vie en une routine rythmée par une maniaquerie poussée à l'excès. Le cadre est posé et la suite, sans être ennuyeuse du tout, ne témoigne toujours pas d'une originalité extrême : s'étant révélé dans un exposé passionnant, Jean-Loup est alors désigné par sa maîtresse pour participer à un concours national d'exposé. Ne sachant quel sujet choisir, il décide d'aller demander conseil à son seul véritable ami qu'il connaisse (car celui-ci répond aux lettres qu'il lui envoie) : le roi des Belges. S'ensuit une sorte de road trip qui devient une odyssée fantastique dans la tête de ce petit garçon livré à lui-même dans un monde qui l'écrase. C'est joli, bien raconté, et déjà, cela aborde discrètement des thèmes assez graves, avec une touche de légèreté très bienvenue. Seulement, même si l'onirisme et la poésie du récit font déjà mouche, on attend quand même que le récit décolle vraiment. Oui, mais voilà. Ça, c'est juste la première moitié de la bande dessinée. Et la suite, je n'en parlerai pas (même si j'en crève d'envie), car surtout, il ne faut rien déflorer de la beauté et de la puissance du récit, qui devient un impressionnant sans-faute dans son deuxième acte brillant. A l'occasion d'un retournement particulièrement bien amené, l'intrigue prend une toute nouvelle dimension, et même un personnage qu'on pensait purement humoristique acquière une belle profondeur, permettant à la bande dessinée de s'achever dans une apothéose émotionnelle très réussie. J'avoue que j'en ai eu les larmes aux yeux... Le dessin d'Hippolyte complète bien le scénario de Zabus. Au début, je ne le trouvais pas très fin, mais peu à peu, soit que je m'y habitue soit que le trait devienne plus ferme, il dégage une sensibilité et une subtilité inattendues. L'éditeur le compare à Sempé, et j'avoue que, même si je n'étais pas d'accord dans les premières pages, il y a effectivement un peu de ça (Sempé restant bien sûr inatteignable). La délicatesse du trait sied parfaitement au récit, que ce soit dans les moments d'humour un peu bouffon (l'hilarante rencontre de Jean-Loup dans les toilettes du palais royal) ou dans les moments d'émotion pure (le final de la bande dessinée). Les couleurs jouent aussi beaucoup dans la narration, leur ton grisâtre égrené de touches de couleurs parfois ponctuelles donne un caractère très fort au récit, et l'aspect aquarelle renforce la dimension onirique du conte, car c'en est un. Enfin voilà, j'espère ne pas en avoir trop dit, mais en avoir dit assez pour donner envie à ceux qui me liront. J'imagine que la surprise a été pour beaucoup dans mon appréciation de cette bande dessinée, mais vraiment, ce coup de coeur a été très inattendu pour moi. On tient peut-être là une des meilleures BD de l'année, un bijou de drôlerie, de poésie et d'émotion qui mérite sans conteste le détour !

24/06/2020 (modifier)