Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Fichue famille

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Quand, en 1945, la guerre avec les Japonais prend fin, ce sont 300.000 Européens et métis assimilés qui sont encore sur le territoire de la toute nouvelle république d'Indonésie. Majoritairement Hollandais, ils vont revenir au pays sans accompagnement.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Adaptations de romans en BD Aire Libre Asie du sud-est Auteurs néérlandais Ligne Claire Nouveautés BD, comics et manga Pays-Bas

Monsieur Java est l'un de ceux-là. Il revient avec sa femme et ses trois filles nées d'un autre homme que lui lors d'un précédent mariage. Sur le territoire hollandais, ils donneront naissance à un garçon, le Gosse. Cet enfant devra vivre avec ce père à moitié fou, rescapé de la guerre et des camps de prisonniers japonais, qui ne s'est jamais remis de cette période.

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Juin 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Fichue famille
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

09/06/2020 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Une ligne claire élégante, un thème original dans un contexte peu connu, une histoire de famille authentique adaptée d'une autobiographie, tous les éléments étaient là pour me séduire en tant que lecteur. Malheureusement, la mise en scène confuse, la narration décousue, la lourdeur du sujet et un personnage principal peu attachant ont eu raison de ma bonne opinion initiale. Dans le livre adapté par Van Dongen, Van Dis raconte son enfance dans une famille néerlandaise revenue d'Indonésie dont elle avait été exilée suite à l'indépendance du pays. Son père a rencontré sa mère dans un camp de prisonniers japonais durant la Seconde Guerre Mondiale. Elle avait déjà trois filles d'un précédent mariage, mais leur père, indonésien, avait été tué dans la résistance. Monsieur Java, qui a su les séduire, elle et ses filles, par sa bonne humeur et sa passion pour la danse, est ainsi devenu leur nouveau mari et père. Et ce n'est qu'une fois retournés malgré eux aux Pays-Bas qu'est né presque par accident le dernier de la famille, le petit Van Dris. Ce dernier se retrouve alors isolé entre une mère qui n'a jamais tellement voulu de lui, des soeurs qui ne l'aiment pas et le voient comme un étranger, et un père complètement obsédé par son sentiment de ne pas être à sa place dans ce pays et de vouloir retourner en Indonésie. L'exemple le plus flagrant est qu'il n'utilise jamais son prénom mais l'appelle plutôt Gamin, Gars ou encore Chiffon quand ils ont besoin de lui pour faire le ménage. Forcément impacté psychologiquement, il se réfugie alors dans ses pensées et présente un comportement plus ou moins lunatique. J'espérais avec cette BD découvrir nombre de choses que je ne connaissais pas sur les Pays-Bas et l'Indonésie à cette époque, sur la décolonisation Indonésienne et sur le retour forcé des colons européens. Au lieu de ça, Fichue Famille offre un roman graphique aux allures de film d'art et d'essai, enchaînant les scènes de manière décousue et mêlant imaginaire du gamin et réalité sans jamais nous permettre de nous attacher à ce dernier. Le récit est en outre plombé par le manque d'empathie de la famille envers le fils, par les rêveries pleines de désespoir de ce dernier, et par l'aveuglement obsessionnel du père. L'intrigue ne prend jamais vraiment son envol, on s'y contente de suivre des faits, des moments sans réel lien entre eux ni réelle évolution si ce n'est de tourner en rond autour des mêmes idées peu attirantes. Alors certes on y observe par intermittence les conditions de vie des familles revenues d'Indonésie mais rien n'y est expliqué clairement et il faut deviner la majorité sur le peu d'information qui nous est fournie. C'est bien dommage car le dessin de Van Dongen est très classe. C'est une belle ligne claire à l'ancienne, avec un grand soin apporté aux décors et une colorisation sobre et élégante. C'est typiquement le genre de dessin qui m'aide à me plonger très vite dans un récit. Du coup, c'est bien triste que je sois finalement resté hermétique à ce dernier.

09/06/2020 (modifier)