Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Planète des riches

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Les plus fortunés de la Terre se sont exilés dans une station orbitale, où ils peuvent s'adonner à leurs délires d'opulence... mais aussi se confronter aux limites de leur isolement. Un recueil de 8 historiettes qui stigmatisent le statut de super-riche.


Magazine Fluide Glacial

Les plus grandes fortunes mondiales en ont eu assez d'être tenus pour responsables de tous les maux de la Terre et la proie des moqueries les plus faciles. aussi ont-ils uni leurs fortunes pour construire une gigantesque station spatiale en orbite autour de notre planète, dans laquelle ils peuvent s'adonner à tous les fastes et débordements de luxe que leur permettent leurs comptes bancaires. Le minimum requis pour faire partie de ce club « Diamant », que les terriens ont baptisé « la planète des riches », est un compte en banque de 1 milliard de dollars. Ce jour-là, Monsieur et Madame Delatune intègrent la planète des riches. La navette qui les convoie depuis la Terre s'arrime au sas et se dépressurise. Ils sont accueillis par Jack O'Zeille et Mickaël Frik, deux des riches fondateurs de ce havre de paix pour super fortunés. Le couple Delatune s'attend alors à ce que des porteurs s'occupent de leurs bagages... Hélas, il n'y a pas de porteur au sein du club Diamant, car seul les membres dépassant le 1 milliard de dollar ont le droit d'y vivre ! C'est d'ailleurs le principal problème de la station : l'absence de domestiques, de petites mains, de servants... Madame Delatune fait alors une proposition : qu'un classement des fortunes soit établi et que chacun soit obligé de s'occuper de la fortune juste au-dessus de lui dans ce classement. Oui, mais alors qui s'occupera du dernier? Une autre solution est alors envisagée : accepter un non-riche à bord pour servir de porteur. Mais un non-riche qui soit sourd et muet, afin d'éviter ses critiques, ses stigmatisations, son espionnage. Cette solution pose néanmoins une autre sorte de problème...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Février 2018
Statut histoire Série en cours 2 tomes parus
Dernière parution : Moins de 2 ans
Couverture de la série La Planète des riches
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

08/02/2020 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Le « Club diamant », surnommé la « Planète des riches », c’est une énorme station orbitale sur laquelle se sont réfugiés – ou plutôt mis à l’écart – les habitants les plus riches de la Terre, les 0,1 % privilégiés, gonflés aux dividendes, gavés de stock-options et autres revenus déments et défiscalisés. Ainsi rassemblés sur leur île paradisiaque et spatiale, à l’abri de la promiscuité et de la jalousie des pauvres (ceux qui possèdent moins de 1 milliard d’Euros !), ils peuvent enfin vivre et jouir sans vergogne de leur richesse. L’absence de pauvre pose juste un problème à ces supers riches : qui doit faire leur larbin ? On l’a bien compris, nous ne sommes pas là dans un documentaire sociologique des Pinçon/Charlot, mais dans une bonne grosse charge bouffonne, dans laquelle chaque personnage surjoue ses préjugés de classe, ses prétentions de riche, ses caprices de nanti : lorsqu’un « pauvre » (identifié par ses vêtements Décathlon) est repéré, c’est immédiatement la panique (ce passage est d'ailleurs assez marrant). Je n’ai lu que le premier album. Découpé en chapitres – qui constituent presque des histoires courtes indépendantes, celui-ci se laisse lire. D’abord parce que le dessin est efficace, et colle très bien à l’ambiance parodique de la série. Ensuite parce que certaines situations ou dialogues sont amusants. Mais c’est inégal et ça peine un peu à se renouveler – en cela je ne sais pas si l’album suivant (que je n’ai pas lu donc) a réussi à ne pas faire tourner en rond l’ensemble. Je pense que la présence de larbins – même confinés dans un recoin – aurait pu donner un bon réservoir de gags et de renouvellement… On a là en tout cas une lecture sympathique, mais pas inoubliable. A emprunter à l’occasion.

23/05/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Note : 2.5/5 Je suis toujours partagé avec les séries de Mo-CDM. En effet, j'apprécie son dessin et j'aime bien en général les idées assez originales qui lui servent de concept humoristique. En plus, il aime bien parsemer ses BDs d'humour de cadres inspirés par la science-fiction donc ça a encore plus de chances de pouvoir me parler. Mais généralement, et c'est le cas ici encore, la réalisation, la mise en scène et finalement l'humour en lui-même fonctionnent le temps d'une histoire courte, avec le plaisir de la découverte, puis ensuite ça finit par devenir répétitif et à tomber un peu à plat. Dans le cas de la Planète des riches, c'est donc une station orbitale peuplée uniquement d'ultra-riches, des vieillards complètement caricaturaux qui ne s'imaginent pas porter une valise eux-mêmes et se nourrir de quoi que ce soit de moins bling-bling que du champgne et du caviar. D'ailleurs, dès la première histoire de l'album, l'auteur fait le constat de l'impossibilité d'un tel lieu strictement interdit aux non-riches car s'il n'y a que des milliardaires dans la station orbitale, qui donc va être aux ordres et servir les riches pour remplir leurs désirs ? Par la suite, la majorité des histoires tournera autour du fait que les habitants de la station débordent tellement de richesse qu'ils ne savent plus quoi en faire et cherchent même désespérément le moyen de s'en débarrasser, quitte à la détruire volontairement sachant que de toute manière ça leur prendra plus d'années qu'il ne leur en reste à vivre. Tout du moment qu'ils ne paient pas d'impôts ! Amusant une fois donc, mais lassant à la longue. Et jamais vraiment très drôle de toute manière. Juste divertissant et soutenu par le bon dessin de Mo-CDM. Ou alors, à lire seulement en picorant peu à peu, une histoire par-ci un autre plus tard, de la même manière que cela a été publié dans Fluide Glacial...

21/05/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Après la planète des singes, voici la planète des riches qu'on nous présente. En réalité, il ne s'agit pas d'une véritable planète mais d'une station spatiale en orbite autour de notre planète bleue. En effet, les riches, fatigués d'être tenus pour responsables de tous les maux de la société, ont uni leurs forces pour créer leur propre pays en orbite autour du globe. Le club diamant est ainsi surnommé la planète aux riches. Tout est vraiment luxueux à bord de ce refuge abritant les plus grandes fortunes mondiales. Il n'y a pas un seul pauvre sur cette station réservée à ceux dont la fortune dépasse le milliard. Les gags sont organisés autour de leur indécence. Le chapitre qui m'a fait le plus rire est celui de la soi-disante introduction d'un pauvre dans la station. En effet, il a été repéré car il portait un T-shirt venant de chez Décathlon de la gamme Quechua. Une véritable chasse à l'homme commence alors pour aboutir à un massacre. La chute sera d'ailleurs assez pathétique mais très réussie. J'ai bien aimé certaines expressions comme « Oh, my Dior ! ». Au final, une bd plutôt marrante sur les très riches, tout en décortiquant leurs travers. On comprendra également qu'avoir tant d'argent ne fait pas le bonheur.

08/02/2020 (modifier)