Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Oiseau chante comme le lui permet son bec

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Un jeune homme sans nom, mutique et immobile regarde depuis la terrasse d’un café le quartier dans lequel il vit.


Bichromie Ecole Emile Cohl

C’est cela sa vie, regarder les gens vivre, les écouter même parfois; se demander où ils vont et pourquoi ils courent comme ça. Lui s’est retiré de tout : à quoi bon aller et venir si c’est pour toujours revenir au même point ? Il épuise ses journées devant ce café, observant le va et vient d’un tramway qui avale ou recrache à heures fixes un nouveau flot de gens. Mais jour, son quotidien se retrouve bouleversé : Un paquet déposé à une mauvaise adresse, la rencontre d’une jeune femme en fuite, et puis soudain une envie, celle de se lever, de marcher, et de vivre.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Septembre 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Oiseau chante comme le lui permet son bec
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

06/12/2019 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

L’émotion n’est pas passée. Soyons clairs : je n’en ai rien eu à foutre du destin de ce personnage de sans-abri, qui traîne son ennui sur le trottoir devant un café tenu par un patron bienveillant, qui va tous les jeudi rechercher un peu d’affection et de sexe chez une vieille prostituée qui lui offre la passe, qui se fait tabasser de temps à autres contre un peu d'argent, qui se fait alpaguer par une jeune femme en pleine nuit, qui la ramène chez elle pour qu’il la ramone avant de passer à sa sœur… Franchement, j’ai pas compris l'intérêt de la chose, à un point tel que quand une idylle commence à naître entre ce personnage et une inconnue croisée dans la rue, il était déjà trop tard pour que je me sente subitement captivé. Et puis ce dessin dans lequel l’encre de Chine semble tacher les cases, ben même si ça donne un style, je ne suis pas fan. Cet album n’était pas fait pour moi, tout simplement…

06/12/2019 (modifier)