Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Petits Malheurs de Totote

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Choron et Vuillemin font un album pour enfants !?


Totote est comme Martine, elle vit des aventures édifiantes. Mais c'est ici un chouia moins lisse.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Petits Malheurs de Totote
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

02/09/2019 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Les malheurs de Totote avaient auparavant fait l’objet d’une publication, dans un magazine jeunesse, Grodada. Mais je ne serais pas outre mesure étonné d’apprendre que le professeur Choron les avait imaginés pour sa fille auparavant. C’est en tout cas surprenant de le retrouver à la baguette d’un bouquin estampillé « jeunesse ». Je m’attendais en effet avec ce duo à quelque chose de clairement plus trash (Choron venant d’Hara Kiri, et c’est quand même sous sa houlette que Vuillemin – lui aussi habitué des production trash – avait publié "Hitler = SS"). Toujours est-il qu’à part quelques tournures argotiques et quelques familiarités (mais pas trop finalement), il n’y a rien ici de provocateur. Seul le dessin de Vuillemin n’est pas édulcoré, on reconnait bien son trait gras et crade, mais ici, avec le texte « enfantin » de Choron, on oublie presque cet aspect graphique. A part quelques intermèdes constitués de devinettes et autres jeux basiques (pas très originaux, mais destinés à de biens plus jeunes que moi, hein), l’album est construit sur un plan classique pour ce genre de publication jeunesse. Page de gauche un texte narrant une aventure de Totote (souvent en compagnie de son chien Sacapus et de son tonton Max), page de droite un dessin avec bulle(s) illustrant la page de gauche (c’est cette partie qui est BD). Dans cette série, Choron semble avoir pris pour modèle « Martine » et son chien Patapouf, ici gentiment parodiés. Quant au dessin de Vuillemin, il est évidemment encore plus éloigné de celui très léché et propre sur lui de Marcel Marier. Rien de naïf ici (de la même manière, sans être le moins du monde trash, les textes de Choron sont plus incisifs, et l’ironie, la méchanceté ou la violence n’y sont pas édulcorées). Au final, nous avons là un album jeunesse à la fois classique et sortant de l’ordinaire. Une curiosité dans l’œuvre de Choron. Mais que vous pouvez offrir à vos petits enfants.

02/09/2019 (modifier)