Puzzler

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Usual Suspects chez les pandores. La bande de Baptiste Peyrac, cambrioleur flamboyant qui se moque de la police depuis des mois, vient d'être arrêtée en flagrant délit. Durant la garde à vue, le capitaine Guichard cherche à identifier le cerveau de l'affaire.


Voleurs et cambrioleurs

Personne n'avait jamais vu le visage de Baptiste Peyrac, cambrioleur de génie qui dépose une pièce de puzzle sur les lieux de chacun de ses méfaits. Pourtant, il s'est laissé prendre au piège du capitaine Guichard, vieux flic à l'impressionnant palmarès et de Lemasson, responsable de la sécurité d'une expo de pierres précieuses. À vrai dire, leur plan s'est avéré tellement efficace qu'ils ont arrêté trois Baptiste Peyrac... Deux d'entre eux soutiennent mordicus qu'ils sont le légendaire cambrioleur... Quant au troisième, il ne parle pas... Il cogne. [Texte de présentation de l'éditeur]

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Juin 2019
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Puzzler
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

17/07/2019 | Eric2Vzoul
Modifier


Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Moi qui suis assez exigeant quand il s'agit de polar et d'enquêtes j'avoue avoir été agréablement surpris par ce "Puzzler" écrit par Fabrice Link et illustré par David Soyeur. Pour un premier album, David Soyeur fait vraiment le taff, et malgré quelques cases un peu moins assurées l'ensemble tient tout à fait la route avec ce style semi réaliste pas avare de détails dans les décors et les arrières-plans. La narration est plaisante, avec d'emblée cette prise à parti du lecteur qu'on implique en nous prenant à témoin. La suite déroule une intrigue bien ficelée avec des rebondissements et des retournements de situation bien gérés qui assurent le rythme et la dynamique du récit ; Fabrice Link ne nous laisse pas souffler une seconde ! Alors oui, on sent bien les influences et inspirations de l'auteur, mais malgré cela, on se laisse mener par le bout du nez et on se prend facilement au jeu. La fin qui reste ouverte laisse même la possibilité d'ouvrir sur une éventuelle suite, ce qui serait assez intéressant.

02/09/2019 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Diantre, diantre que voilà du bel ouvrage. Comme le note le posteur précédent, il flotte sur cet album un parfum de "Usual Suspects" assez réjouissant et oui aussi à la française mais sans que cela ne soit péjoratif, pas d'adaptation poussive avec les poncifs du flic du 36. Bien au contraire tout cela virevolte et une fois la lecture entamée on ne lâche plus l'affaire. Personnellement je me suis laissé embarquer par cette histoire aux multiples rebondissements, le Pink Rudolf est malin vraiment très malin. Si le scénario a tout pour contenter l'amateur de policier le dessin n'est pas en reste avec David Soyeur qui possède un trait parfaitement maîtrisé. Au final un livre qui ne génère aucun inconvénient à mes yeux et que je recommande chaudement.

30/08/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Eric2Vzoul

Avant de partir en retraite, le capitaine Guichard aimerait mettre sous les verrous l'insaisissable Baptiste Peyrac, sorte d'Arsène Lupin moderne qui se joue de la police en réalisant de spectaculaires cambriolages à l'encontre des riches pour distribuer la majeure partie de son butin à des organisations caritatives. À l'occasion d'une exposition de pierres précieuses, Guichard tend une souricière et arrête trois cambrioleurs, mais qui est Peyrac ? La trame de l'histoire de Fabrice Linck n'est pas sans rappeler le génial Usual Suspects de Bryan Singer, que l'on aurait transposé en France. Un vieux flic bougon cherche à identifier un génie de la cambriole parmi des suspects qui prétendent tous être le cerveau de l'affaire. Le récit mêle assez habilement les flashbacks et les rebondissements, réservant quelques surprises. Dans ce jeu du chat et de la souris, nul ne semble jouer le rôle qui lui est assigné. Les retournements de situation sont certes un peu convenus par moments, mais le scénario maintient un rythme soutenu et j'ai pris plaisir à démêler les fils de ce polar dynamique. David Soyeur, dont c'est le premier album, met le récit en images dans un style semi-réaliste, bien maîtrisé. Les mouvements et les expressions des personnages sont parfois exagérés, et certains visages manquent encore un peu de personnalité, mais il montre une belle maîtrise de son art dès ce premier jet. Cadrages, décors et ambiances et sont variés. Le Pink Rudolf est plutôt une bonne surprise en ce début d'été. Il ne renouvelle sans doute pas le genre, mais cet album constitue une lecture plaisante. Le récit s'achève sur une fin ouverte, et peut se suffire à lui-même. Probablement que les personnages gagneraient en densité dans un récit au long court. J'ai rencontré les deux auteurs, fort sympathiques, en dédicace (Soyeur réalise de très beaux dessins à la plume) et Fabrice Linck m'a expliqué que l'existence d'une éventuelle suite est suspendue aux ventes de ce premier album, mais qu'il verrait bien une série en 4 tomes en cas de succès. Personnellement, j'en lirais la suite avec plaisir.

17/07/2019 (modifier)