Wobblies

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Un siècle d'agitation sociale et culturelle aux Etats-Unis


Comix Documentaires Luttes des classes & conflits sociaux

7 juin 1905, Chicago. Deux cents délégués fondent les Industrial Workers of the World (IWW). Leur objectif : détruire le capitalisme et l’État pour en finir avec la domination. Leur arme : une organisation syndicale internationaliste réunissant tous les exploités, hommes et femmes, américains ou immigrés, sous la bannière « One Big Union ». Leur stratégie : la lutte des classes et l’action directe. Ces hommes et ces femmes, connus sous le nom de Wobblies, sont à l’origine du mouvement le plus radical de l’histoire des États-Unis. Pionniers de la contreculture américaine, dont les infl uences perdurent jusqu’à aujourd’hui, ils vont faire trembler le pouvoir et subir une répression à la hauteur de la menace qu’ils représentaient. Leur histoire, racontée ici par quelques grands noms de la BD underground américaine, constitue un exemple inédit de lutte pour l’égalité et la liberté. « Les Wobblies ont apporté une contribution unique et remarquable à la culture américaine et aux luttes, toujours actuelles, pour la liberté et la justice. Leur rôle déterminant et leur action courageuse sont brillamment relatés dans cette passionnante histoire graphique. » Noam Chomsky

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Mars 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Wobblies
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

14/04/2019 | Yann135
Modifier


Par Yann135
Note: 4/5

Un pavé ! plus de 300 pages ! Mais quel délice de plonger dans l’histoire des Industrial Workers of the Word ! À son apogée, la IWW – la eye double you double you - comptait environ 100 000 membres actifs. Ce syndicat a fêté son centenaire en janvier 2005. Cet ouvrage offre différents points de vue sur l’histoire des wobblies à travers les dessins d’Harvey Pekar, Peter Kuper, Mike Konopacki, Trina Robbins, Seth Tobocman, Jay Kinney, Sabrina Jones, Jeffrey Lewis, ou encore Sharon Rudahl. Des styles bien différents que vous découvrez au fil des pages mais un fil rouge … noir et blanc. Cela peut être repoussant au début – surtout pour ceux qui préfèrent des BD colorisées – mais pour s’imprégner de cette fresque sociale, évidemment c’était le choix qu il fallait prendre. Bon d’accord pas possible de lire et de se cultiver avec cette BD à la plage entre deux ploufs, un château de sable à construire avec les gamins et en se délectant d’une glace chocolat vanille. Non non. Pour apprécier … un canapé moelleux et un bon whisky. Vous êtes prêts ? Vous pouvez désormais glisser lentement dans l’atmosphère du début des années 1900, des premières mobilisations de masse, et des souhaits d’un changement radical d’une population démunie. Cette longue histoire dessinée se veut un témoignage engagé et n’est autre qu’une révolte artistique contre les banquiers qui accumulèrent des fortunes jusque là inimaginables tandis que le nombre de travailleurs pauvres et sans espoir de voir leur situation s’améliorer allait croissant. J’ai adoré !

14/04/2019 (MAJ le 14/04/2019) (modifier)