La Lanterne de Nyx

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Dans cette série en 6 tomes, Kan Takahama continue à explorer la découverte du monde occidental par les Japonais, thème déjà évoqué dans Le Dernier envol du papillon et Tokyo, amour et libertés, mais ici rendu encore plus accessible via le regard de la jeune Miyo.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle La BD au féminin : le manga Leedsha Seinen

1878, la France fait rayonner sa puissance industrielle et culturelle en organisant des expositions universelles, tandis que le Japon s'ouvre au monde après 200 années d'isolationnisme. À Nagasaki, Miyo, orpheline qui a pour seul talent le don de clairvoyance au travers des objets qu'elle touche, parvient à trouver un emploi chez Ban, commercialisant des objets importés d'Europe. Au contact de l'Occident, elle découvrira un monde nouveau qui la conduira jusqu'à Paris…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Mars 2019
Statut histoire Série en cours (prévue en 6 tomes) 3 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série La Lanterne de Nyx
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

10/04/2019 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Ce manga est intéressant à plus d’un titre. Outre le parcours de vie de son héroïne (un classique du genre), il possède également une belle dimension historique et, surtout, permet aux lecteurs de voir comment la culture occidentale a pu influencer le Japon (et inversement) dès lors que celui-ci fut contraint et forcé d’ouvrir ses frontières. Enfin d’autres personnages et leurs mystères permettent d’étoffer cet univers en multipliant les centres d’intérêt. Ceci dit, et même si j’ai bien apprécié ma lecture jusqu'à présent, l’ensemble reste confiné à l’anecdote. Mais à l’anecdote amusante et instructive. Mais anecdotique quand même… Les premiers vêtements occidentaux, les premiers phonographes, les premières tablettes de chocolat au lait. Il est plaisant de voir les réactions et la fascination qu’exercent ces objets sur la jeune et naïve Miyo mais aussi face à la population japonaise de cette fin de XIXème siècle dans son ensemble. Je n’ai cependant pas (encore) ressenti en quoi cette découverte du mode de vie occidental allait révolutionner la vie du peuple japonais, et c’est en cela que je reste sur cette idée d’un récit anecdotique. Le deuxième tome permet d'inverser quelque peu les rôles puisqu'il y sera aussi question de l'exportation de produits originaires du Japon vers les pays occidentaux. Il s'agit ici toujours de produits secondaires liés à des effets de mode (de l'époque). Les estampes, la soie, ces petites choses qui ne révolutionneront pas nos vies mais qui, par leur caractère exotique, intriguaient, amusaient ou étonnaient (amusant de voir par exemple qu'à l'époque de ce récit l'exportation de sauce soja s'était soldée par un échec, le goût étant trop exotique pour les palais occidentaux). Mais, d’un point de vue historique, le travail effectué est plaisant. De plus, pour nous, occidentaux, l’intérêt est double puisque non seulement nous (re)découvrons les innovations occidentales de l’époque (l’expo universelle de Paris de 1878 est souvent évoquée) mais nous sommes également plongés dans le Japon à la même période, ce qui s’avère encore bien plus dépaysant. Mais finalement, ce qui porte réellement ce récit, ce sont ses personnages principaux. La petite Miyo est très vite attachante malgré un profil assez convenu (pauvre orpheline inculte qui va s’avérer volontaire, courageuse, obstinée et dotée d’une grande capacité d’apprentissage, elle apprend d’ailleurs à lire l’anglais en un temps record). Son « don » surnaturel lui apporte un pouvoir et une originalité propices à de multiples développements, ce qui permet de créer de petites intrigues qui dynamisent la série. Deux autres personnages se démarquent dans le premier tome, et leurs passés encore emplis de zones d’ombres sont autant de sources de questionnement. Un quatrième personnage, dont on sait rapidement beaucoup du passé, est une porte d’entrée vers la réalité sociale du Japon de l’époque. Personnage touchant et positif, il soutient l’héroïne et lui apporte de la crédibilité. Et le deuxième tome nous permet d'en apprendre plus sur tous ces personnages, tout en en découvrant de nouveaux. Cette galerie de personnage, couplée au caractère historique du récit, est vraiment le point fort de la série. Enfin, un mot sur le dessin que j’ai bien apprécié. Les pages sont fournies et les décors sont soignés. Le trait clair et précis de Kan Takahama permet de facilement différencier les personnages. La mise en page est claire. L’ensemble est facile à lire et agréable à regarder. Cette profusion de détails justifie le format du livre (plus grand que les mangas traditionnels) et par conséquent le prix un peu plus élevé que ceux traditionnellement pratiqués pour les mangas. Une série qui, après deux tomes, demeure à un très bon niveau. Reste juste à parvenir à quitter l’anecdote, à trouver un peu plus de profondeur à cet univers pour faire de La Lanterne de Nyx une petite perle à ne pas manquer (et certains développements dans le tome 2 me laissent espérer que ça va être le cas).

10/04/2019 (MAJ le 20/06/2019) (modifier)