Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Guerre des Loups - L'Enfer du Lingekopf

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Un épisode douloureux et terrible de la Grande Guerre, de l'optimisme à l'apparition d'une guerre totale.


1914 - 1918 : La Première Guerre Mondiale Grand Est

Nous prenons contact avec un héros ordinaire de cette Grande Guerre en février 1915. Antoine Granet est un berger de l'arc alpin. Il se retrouve mobilisé dans un bataillon de chasseurs. Son unité est positionnée sur les abords de la vallée de Munster, dans l'objectif de repousser les Allemands et de reprendre l'Alsace perdue en 1870. L'objectif sera de prendre le Lingekopf (ou Linge), verrou fortifié. Antoine et ses camarades se retrouveront dans un premier temps confrontés aux premiers froids, à l'inaction et à un moral qui baisse de celle ci. Il attend, comme nombre d'autres soldats, de monter à l'assaut, d'être à Berlin rapidement pour rejoindre sa compagne, Léonie. Après les difficultés climatiques, arrivent celles des combats. De la difficulté de prendre les positions allemandes, solidement défendues. Du sentiment de culpabilité de se sentir soulagé quand c'est son camarade qui tombe. De se rendre compte que le vilain casque à pointe est un gamin comme lui. Puis enfin, viennent les innovations de l'horreur dans cette guerre qui devient totale. Arrivent les lances-flamme, les gaz, qui écrasent ces hommes simples, courageux mais maintenant désespérés.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Juin 2017
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Guerre des Loups - L'Enfer du Lingekopf
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

14/09/2018 | McClure
Modifier


Par McClure
Note: 3/5

Victor Lepointe nous offre un livre de toute beauté. Son dessin est magnifique. Les visages sont terriblement réussis, il parvient à merveille à nous faire vivre les horreurs, les sentiments. Nombre de personnages sont "semblables mais cela n'est pas gênant dans le sens où nous avons affaire à une histoire à la fois documentaire et introspective. Du coup, les autres soldats sont plus là pour faire le nombre, pour situer, pour montrer la mort. Les paysages de cette montagne alsacienne sont tout aussi superbes. Ils nous renvoient cette image d'une forêt tout à la fois merveilleuse, mais pour autant révélant en son sein la plus grande horreur que l'on puisse imaginer. L'évolution de ceux ci accompagne également l'évolution de cette bataille, passant d'une forêt que l'on devine d'abord profonde, plein de vie sauvage, avec des beaux conifères et qui progressivement, au fil des combats, va se transformer en bourbier duquel jaillissent les fûts brisés par d'incessant bombardements d'artillerie. Ils souligne l'horreur. La mise en couleur est aussi une grande réussite. Nous trouvons ici un mélange de sépia très raccord avec la période, mixé avec quelques couleurs simples (uniformes principalement). L'auteur est à mon sens un bel artiste.Dans un style très différent bien sûr, j'y vois une beauté telle que je retrouve dans les oeuvres de Prugne. L'histoire est le point faible de ce livre. Non pas qu'elle soit inintéressante et mal tournée, mais plutôt du fait qu'elle pâtit grandement des orientations de l'auteur. D'une part, nous sommes face à une oeuvre qui se veut documentaire sur le fond, et qui donc va privilégier le didactique à une narration plus scénarisée, plus dynamique. Le propos est donc très intéressant mais on peine à rentrer dedans dans la mesure où c'est plus un cours d'histoire. De plus, pour faire tenir le tout sur un volume de 60 planches, nous passons régulièrement de plusieurs mois d'un coup, nous ne nous attardons jamais sur un coup de force ou une période très définie. Cela renforce finalement le risque de passer à côté. D'autre part, comme la narration est introspective, nous trouvons plus de phylactères de pensée que de dialogue. Et ici encore, cela rend l'histoire personnelle de ce soldat peu intéressante, on a du mal à se glisser dans sa peau. Certes on est dans sa tête mais de manière trop "universitaire". Personnellement, je mettrais 4* et un conseil d'achat. Mais parce que la période 1860/1960 est une de mes préférées, que je suis fan d'histoire en générale et des conflits du XXe en particulier (pas fan des millions de morts hein....). Par contre, de manière plus objective, cette oeuvre manque de quelques ingrédients pour que je puisse y mettre cette note en terme de conseil. Malgré tout c'est à lire, d'une part parce que c'est magnifique et d'autre part parce qu'apprendre est toujours nécessaire.

14/09/2018 (modifier)