Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Méto

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

« 64 garçons vivent dans une grande maison coupée du monde. Je suis l’un d’eux »


Coupés du monde... Ecole Emile Cohl Ecoles très spéciales

Ils sont 64 enfants, coupés du monde et surveillés de main de fer par les Césars. Le quotidien de Méto, Quintus et leurs camarades est régulé par des règles étranges et rigides. Aucun écart de conduite n’est toléré. Seule manière de survivre à ce quotidien : respecter le code de conduite, encore et encore. Lorsque Méto se voit confier la responsabilité de former le nouvel arrivant Crassus, il sait qu’il va devoir mettre les bouchées doubles pour ne pas être sanctionné. Tandis qu’il lui enseigne les règles de la maison, Méto débute une quête de la vérité : pourquoi personne n’a de souvenirs d’avant leur arrivée ? Pourquoi sont-ils ici ? Et surtout, qu’il y a-t-il à l’extérieur ?

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Juin 2018
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Méto
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

28/08/2018 | PAco
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je ne suis pas fan des couvertures des albums, froides et sans âme. Le dessin à l’intérieur est plus intéressant (même si pas forcément mon truc). Et même si je lui reprocherais par ci par là quelques erreurs de perspective et de proportion, et un trait un chouia trop statique. On entre de plain-pied dans une histoire intrigante, quelque peu oppressante, avec ces enfants surveillés, « dressés » plus qu’éduqués, sans que l’on sache trop au départ où nous nous trouvons et quelle est la teneur du système totalitaire qui les contrôle. Peu à peu nous en apprenons plus sur « la maison », mais aussi sur le monde extérieur – même si certains points restent obscurs. En particulier, le décor post-apocalyptique aurait pu être davantage exploité, comme aurait pu l’être la raison du traitement brutal des enfants surnuméraires. Pour le reste, c’est une histoire calibrée pour les jeunes adolescents, qui pourront facilement s’identifier avec le héros. Du fantastique mâtiné de thriller, plutôt soft. Il ne faut donc pas être trop exigeant. Car en plus l’intrigue se révèle très linéaire, et la dernière partie en particulier manque de surprises, voire de consistance. Le troisième tome semble conclure l’histoire – de façon décevante je trouve (c’est trop facile et quelque peu bâclé de mon point de vue). Par ailleurs, un court texte d’Yves Grevet en fin du troisième tome laisse entendre que d’autres albums pourraient relancer cette histoire. Je ne ferai pas une priorité de les lire. Note réelle 2,5/5.

21/11/2020 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Soyons clairs, je trouve personnellement la couverture assez hideuse pour ne pas dire froide, bref le truc qui ne vous donne pas envie. Alors bêtement j'ai feuilleté un peu et l'intérieur n'a que peu de rapport. En fait tout ça est assez addictif, le sujet d'abord avec cette maison sur une île ou une bande de garçons vont et viennent, sont éduqués!! par des plus vieux, pourquoi ? A l'issue de ce premier tome le mystère demeure. Une atmosphère oppressante pas très éloignée de Big Brother qui fait aussi penser à ce vieux film "If". Le dessin de Nesmo vaut bien mieux que le couverture donc et l'histoire est assez prenante pour que je veuille connaitre la suite.

01/09/2018 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Glénat nous propose une nouvelle série SF "young adult" (me font marrer avec leur catégorisation...) prévue en trois tomes qui semble prometteuse ! Adaptée de la série de romans pour ado éponyme d'Yves Grevet, ce sont les auteurs Lylian (scénarisation) et Nesmo (dessin) avec Christian Lerolle à la couleur qui s'y collent. L'histoire est plutôt prenante, grâce notamment aux nombreux mystères qui régissent cette maison où sont "enfermés" et "éduqués" 64 garçons. Dans ce pensionnat ils doivent apprendre à obéir et surtout ne pas grandir trop vite... C'est petit à petit qu'on se familiarise avec cet environnement, comme les nouveaux arrivants. Les règles sont strictes, les sanctions sans pitié, mais pourtant un jeune garçon va tenter de forcer ce destin pour percer les mystères qui entourent ce pensionnat. Car Meto a grandi depuis qu'il est rentré dans la Maison, et son temps est maintenant compté avant de disparaître comme tous ceux qui atteignent l'âge limite... Voilà un premier tome qui donne envie de lire la suite. D'une part on est vite captivé par l'histoire, et puis c'est plutôt bien réalisé. Le dessin de Nesmo est efficace et la colorisation de Lerolle renforce l'ambiance oppressante qu'impose ce huis clos. J'attends la suite impatiemment !

28/08/2018 (modifier)