Le Chant des souliers rouges

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

D'une rencontre inattendue peut naître une vocation improbable...


Basket-ball La Danse Shogakukan Shonen Sport

Deux collégiens aux passions contrariées. Le hasard d’une rencontre. Des chaussures rouges échangées. Devenu lycéen, Kimitaka découvre que suite à ses encouragements, Takara, la fille à qui il a confié ses baskets, s’épanouit le ballon à la main. Inspiré, il décide à son tour de ressortir les souliers rouges pour se lancer dans le flamenco… et, peut-être, se trouver lui-même. (texte : Kazé)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Mai 2017
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Le Chant des souliers rouges
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

19/06/2017 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Bien aimé le début de cette série... Elle conte comment deux adolescents, aux envies contrariées, échangent leurs chaussures, et leurs destins qui en sont chamboulés. C'est fin, délicat, les choses sont dites de façon allusive, dans une atmosphère un peu diaphane, un peu rêveuse, avec un soupçon d'humour... Aujourd'hui, après avoir lu les 3 premiers tomes, soit la moitié de la série, j'éprouve le besoin de faire une pause et d'en parler. Il faut dire aussi que je n'ai pas encore la série complète mais ce sera -je l'espère- vite réglé. Ainsi ai-je été surpris par cette première moitié. Je m'attendais à voir une histoire un peu à la Billy Elliott, où un garçon décide, contre l'avis de son entourage et les moeurs en vigueur, d'assouvir sa passion pour la danse. Mais cela n'y ressemble pas du tout. Dans le sillage de Kimitaka, qui veut faire une sorte de challenge avec Takara, la gamine avec laquelle il a échangé ses chaussures quelques temps auparavant, il faut rajouter Tsubura, complexé par ses kilos en trop, et Hana, dont la voix soudainement muée a brisé net les ambitions de chorale. Tous des laissés-pour-compte, des gamins qui ont subi l'avanie de leur entourage et qui ont envie de s'en sortir. Et pourquoi pas en apprenant le flamenco. Une dimension sociale donc, plutôt intéressante. Côté visuel, Mizu Sahara donne un aspect un brin pleurnichard à ses personnages désenchantés, un côté elfique aussi avec ces visages un peu particuliers, mais cela ne gêne pas la lecture... Curieux de lire la suite, en espérant qu'elle ne tire pas sur la corde du sentimentalisme.

19/06/2017 (MAJ le 14/10/2018) (modifier)