De l'autre côté (les Enfants rouges)

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Mémoires d'un réfugié...


Immigration clandestine Maghreb

Hamza est un jeune tunisien résolu à quitter son pays par tous les moyens. De moyen, il n'en a qu'un seul : payer des passeurs pour traverser la méditerranée sur un minuscule bateau de pêche plein à craquer, et rejoindre clandestinement l'Europe et la France. Pourtant Hamza a des attaches, une compagne, une famille, des amis avec qui il a lutté durant les révolutions arabes. Mais il aspire a autre chose qu'une vie de misère, il veut aller au-delà de ce qu'il connaît, affronter le réel, croire que la vie a autre chose à lui offrir. Il n'est pas naïf, il sait que les risques sont grands, et minces les espoirs d'une vie meilleure, mais il veut voir par lui-même. Cette traversée est une expérience intime. Car Hamza est un rêveur et toujours ses images mentales, ses espoirs, ses peurs viennent se mêler à la réalité extérieure, la contaminer, lui offrir une échappatoire et un but à poursuivre. Si sa situation est particulière, ses aspiration sont universelles. Qui n'a jamais rêvé de partir, de se réinventer ? Le danger pour lui n'est pas simplement de mourir noyé, de se voir terrassé par la faim, d'être renvoyé d'où il vient, de ne pas trouver de logement, de travail, mais également de se voir privé de ce qui fonde sa condition d'homme : ses espoirs, ses craintes, son imaginaire. (texte : Les Enfants rouges)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Août 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série De l'autre côté (les Enfants rouges)
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

16/05/2017 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

On croit toujours que c'est mieux de l'autre côté mais c'est rarement le cas. Il y a toujours des riches ainsi que des pauvres qui sont malheureusement exploités quelque soit les frontières. La moralité serait sans doute qu'il faut rester dans son pays pour essayer de bâtir quelque chose de meilleur même si c'est difficile et que cela demande des efforts (un mot qui n'est pas à la mode). Dans le cas présent, le printemps arabe vient de chasser du pouvoir le dictateur tunisien. Il y a beaucoup de chose à reconstruire. Cependant, le choix d'Hamza est de fuir contre toute attente. Fuir sa famille, sa petite amie et son pays. On ne pourra pas dire que ce choix s'est révélé judicieux au final mais c'est bien cela où cette oeuvre veut nous conduire. Et pourtant, le risque fut énorme avec tout ces embarcations pleine de migrants qui coulent au milieu de la mer au large de Lampedusa. Une oeuvre réaliste sans concession.

02/12/2018 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Nous suivons donc Hamza, réfugié tunisien qui cherche à rejoindre l'Europe. L'auteur a choisi de raconter son histoire de façon plutôt romanesque, sans trop s'attacher à la réalité historique, même s'il y a un ancrage temporel avec le nom de Ben Ali. Nous sommes donc après le Printemps arabe, et rien, ou presque, n'est réglé. Ce voyage est une longue errance, faite de larmes, de souffrance, de confessions, de moments uniques, où le désespoir se mêle aux histoires personnelles. Le trait de Léopold Prudon est fragile, et cette fragilité est le meilleur argument pour parler d'Hamza, dont la vie ne tient qu'à un fil. Pas mal.

16/05/2017 (modifier)