Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Saubon le petit canard (Le Canard qui aimait les poules)

Note: 1.75/5
(1.75/5 pour 8 avis)

Angoulême 2001 : Alph'Art du meilleur album étranger. Les mésaventures de Saubon, canard malchanceux porté sur le sexe et l'alcool.


Angoulême : récapitulatif des séries primées Animalier Auteurs argentins Les canards Poules et poulets

Sorte de Donald Duck sexué et alcoolo, Saubon est un vilain petit canard (il serait en fait un bâtard issu d'un jars et d'une cane) poursuivi par la guigne. De par son métier de vendeur de brosses au porte-à-porte, Saubon est amené à rencontrer nombre d'épouses délaissées, se sentant si seules chez elles qu'elles ont tôt fait de tomber dans les bras de ce petit loser qu'elles trouvent si attendrissant. Saubon ne cherche pas trop à résister aux charmes de toutes ces plantureuses poules, chattes, truies, vaches et femmes qui veulent l'attirer dans leur lit. Mais la poisse ne le quitte jamais, et ses escapades amoureuses tournent invariablement à la catastrophe.

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2000
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Saubon le petit canard (Le Canard qui aimait les poules)

15/11/2002 | Cassidy
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je n’irai pas jusqu’à dire que Carlos Nine est un auteur clivant, mais en tout cas ce n’est clairement pas un auteur « grand public ». Non pas qu’il soit prise de tête, intello ou verbeux, non, c’est que l’univers qu’il développe, d’albums en albums, poétique et absurde, n’est pas de ceux qui se laissent appréhender facilement par les lecteurs biberonnés au franco-belge classique. Mais je suis plutôt friand d’univers décalés, de poésie – surréaliste en particulier – et donc je trouve généralement mon bonheur dans ses productions. Comme le sous-titre l’indique, nous suivons, dans des histoires courtes (de quatre pages au début, puis des plus longues sur la fin), les aventures d’un canard, Saubon (qui, avec son béret, ressemble à une sorte de caricature de Donald Duck), amoureux de poules. Le pitch donne déjà une idée de la mise à l’écart du rationnel, et le traitement, graphique comme narratif, se charge rapidement de confirmer cette idée. Au milieu de décors épurés rappelant parfois certains tableaux de Dali, Malkine ou Tanguy, notre canard énamouré lorgne donc sur une poule, Cu-Cu (pas très gallinacée et franchement atypique, avec ses gros seins !), qui ne cède pas facilement à ses avances. Mais Saubon est en fait attiré par toutes les « poules », pas seulement les pondeuses, puisqu’il se jette aussi sur une pin-up, Dina (là aussi une caricature de la pin-up de Tex Avery, mais avec une queue !). Plus généralement (mais c’est souvent le cas avec Carlos Nine), on a là une sorte de perversion, de détournement d’un univers à la Disney : les personnages sont des animaux humanoïdes, mais qui tous, sans exception, par leur aspect (corps déformés, attributs sexuels souvent proéminents) et leur comportement (provocateur, déviant), s’écartent violemment de la « gentillesse » habituelle de l’oncle Walt. Il y a parfois (rarement en fait) un peu d’humour, mais il est noir et « à froid ». De l’érotisme aussi (beaucoup en fait !) – mais alors pas pornographique, dans une sorte de violence en retrait, là aussi Carlos Nine, sans chercher la provocation en elle-même, se joue des convenances. L’aspect érotique est de plus au plus présent dans la deuxième moitié de l’album. Étrange, loufoque, absurde, avec quelques passages un peu trash, cet album est à réserver à un public averti – pas seulement pour les passages érotiques, mais surtout parce que la narration ne plaira pas à tous. Le feuilletage est à recommander avant de l’acheter. Mais je suis sorti content de ma lecture.

15/05/2020 (modifier)
Par Ems
Note: 1/5

J'ai lu l'édition Albin Michel. Ceci explique peut être les difficultés de lecture car le format de la BD est trop petit visiblement pour que le rendu soit lisible surtout que l'ensemble m'a semblé sombre au niveau des couleurs. Concernant les petites histoires, on tourne vite en rond, la narration est très lourde et oblige à faire des efforts pour ne pas refermer la BD. Ma note reflète surtout ce côté pénible ressenti à la lecture. Je ne vais pas épiloguer sur ce one shot, je ne l'ai pas apprécié, pourtant il m'a semblé qu'avec un plus grand format ce serait peut être mieux passé. Si j'ai l'occasion de tomber sur la réédition 2009, je me laisserai tenter.

28/04/2009 (modifier)
Par yann
Note: 3/5

Contrairement aux avis précédents j'adore les dessins. En fait j'ai lu cet album pour les dessins (après avoir lu le Donjon Monster qu'il a fait). En revanche je suis d'accord que la narration des histoires est assez...particulière, ce qui ne les rend pas (toujours) très accrocheuses. Peut être que la traduction n'a pas aidé dans l'affaire ?

24/11/2008 (modifier)
Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

Hum. J'ai approché le degré zéro de l'intérêt en lisant cet album. Le dessin ? Très très bizarre. Difficile d'identifier ce que l'on voit la plupart du temps. A part des seins. Ca, il y en a. Et des croupes, aussi. Mais c'est pas vraiment joli, tout ça. Plutôt difficile à regarder. Quant à l'histoire, pffff... Si encore Nine poussait un peu sa réflexion sur la vanité, la solitude, ou s'il avait clairement fait du porno, il aurait pu y avoir un semblant d'intérêt, une étincelle d'intelligence chez le Spooky au regard torve, au nez qui le gratte et à l'envie d'aller voir les 6 minutes à la télé. Mais non, encéphalogramme plat.

19/09/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 1/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai lu cet album avec beaucoup de difficulté. Déjà le dessin ne me plaisait pas du tout. Effectivement, il est difficile de reconnaître ce qu'on voit sur certaines cases, tant les personnages sont déformés et changeants, de même que tout le reste du décor. Mais surtout, la narration est pénible : beaucoup de textes narratifs, ces images difficiles à déchiffrer, des histoires décousues... Et justement, ni ces histoires ni l'humour qu'elles sont sensées contenir ne m'ont plu. Dès le début de ma lecture, je me suis senti éloigné de cette BD et de ses personnages, sans envie de rentrer dedans. Et rien n'y a fait : ça ne m'a pas plu du début à la fin, que j'ai eue un mal fou à atteindre. Pénible.

23/03/2004 (modifier)
L'avatar du posteur ThePatrick

... Très difficile de dire quelque chose sur cet album. D'abord sensation de vide très ennuyeux, lecture à la limite de la nullité. Puis simple inintérêt, genre le bouquin pas terrible mais sans plus. Puis enfin UNE histoire un peu moins nulle, la dernière, probablement parce qu'elle est la moins courte. Alors Saubon est un vilain petit canard à la libido aussi débordante que sa capacité à satisfaire ses appétits est limitée. Evidemment il est malheureux, tout le monde se moque de lui, le déteste, le méprise, etc. Bon, ce genre de situation est censée pouvoir faire rire, mais ici c'est complètement loupé. Enfin, si c'était le but... parce qu'honnêtement, je ne suis pas sûr d'avoir compris grand-chose à ce truc. Le dessin déjà est assez répugnant. Très pictural, il est plus ou moins déstructuré (plutôt plus que moins...), et on a parfois du mal a déterminer qu'est-ce qui est quoi. Saubon, sa voiture, la mer... Il faut de l'imagination pour réussir à les suivre d'une case à l'autre. Quand on sait ce que Nine est capable de faire, moi je suis déçu. A part peut-être pour les nanas, qu'il arrive à rendre très sensuelles malgré le dessin. L'histoire ensuite, pfff, c'est n'importe quoi. Le ton se veut décalé, il est en fait soit nul soit vulgaire. Les péripéties s'enchaînent on ne sait trop pourquoi, et d'ailleurs on n'en a fanchement pas grand chose à faire. En fait, seule la dernière histoire m'a parue un tant soit peu sympa, mais bon c'est la seule où le décalage dialogues / action fonctionne. Bref, vraiment pas la peine de lire ça. Quant à l'acheter, n'y songez même pas !

03/08/2003 (modifier)
Par Cassidy
Note: 3/5

Bien que j'accroche autant aux dessins qu'aux textes, je comprends qu'on puisse ne pas du tout aimer cet album : le trait de Nine est assez particulier, ses couleurs sont criardes, ses scénars sont abracadabrants et son humour pince-sans-rire ("Le gros porc, pour impressionner sa compagne, me saisit par le cou et commença à me cogner le crâne contre le bord de la table. Ça ne me plut guère.") n'est pas du genre qui fait s'esclaffer les foules. Moi, je vous avoue que les idées tordues (comme la rencontre de Saubon avec une famille de sexes dont les membres* veulent à tout prix qu'il épouse la petite dernière, une ravissante vulve nommée Concha**) de Nine me font plutôt marrer et que je trouve cet album très sympathique à défaut d'être génial. *c'est le cas de le dire **c'est un prénom mais c'est aussi l'équivalent espagnol de "moule"

15/11/2002 (modifier)
Par fourmi
Note: 1/5

Vraiment pas accroché, et à son humour et à son dessin ... Mais j'avoue ne pas accrocher à l'ensemble de l'oeuvre de Carlos Nine. C'est un auteur original et à découvrir certes, mais après c'est une question de gout ... (je suis en train de dire une lapalissade la ...) A découvrir malgré tout ...

15/11/2002 (modifier)