Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Carla

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Carla est un témoin silencieux et drapé de noir. A bord de son taxi, elle navigue sur les drames quotidiens qui viennent échouer ici et là dans la nuit de la grande ville. Cinq fragments de vie, cinq clients pour sentir roder l'ombre de la mort ...


Taxi Driver

Carla est un témoin silencieux et drapé de noir. A bord de son taxi, elle navigue sur les drames quotidiens qui viennent échouer ici et là dans la nuit de la grande ville. Cinq fragments de vie, cinq clients pour sentir roder l'ombre de la mort ... Jacques Lob aimait les femmes d'Edmond Baudoin. Edmond aimait les histoires de Jacques. À eux deux, ils ont créé Carla, personnage mystérieux qui regarde le monde et essaye de le comprendre.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1993
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Carla
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

27/02/2017 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Ce petit recueil de nouvelles fleure bon les années ’80 avec un goût de new-wave dépressive prononcé. Un fil conducteur relie ces différentes nouvelles puisque nous suivons Carla dans sa tournée de taxi-girl. Chaque client croisé est un cas bizarre et la mort rode sur toutes ces histoires. La narration en voix off est importante tandis que les dialogues sonnent d’une manière un peu artificielle, la faute à une écriture trop littéraire pour être honnête. Mais ces différents récits sont bien tournés, parfois classiques (comme cette histoire d’apparition qui ouvre l’album), parfois moins (la petite fille et le vieux monsieur qui animent le deuxième chapitre), parfois très sombre, parfois onirique, et parfois un peu tout ça à la fois. Ce n’est pas déplaisant à lire mais très daté. Côté dessin, le style de Baudoin a un certain charme et si une ligne directrice émerge clairement, chaque nouvelle dispose de son propre traitement graphique. J’ai beaucoup aimé l’usage parcimonieux de la couleur (dans une seule nouvelle et avec un véritable sens narratif). Pour le reste, j’ai parfois eu le sentiment de voir un Comès qui aurait embrassé Munch –période Le Cri-, un Pratt qui se serait assombri ou encore José Muñoz. Que des grands noms, donc et pour la première fois j’ai compris l’engouement suscité par Baudoin (sans en devenir fan pour autant). Un objet de curiosité, sans doute pas essentiel mais intéressant à lire si vous aimez les nouvelles sombres, étranges et froides. A n'acheter que si vous le trouvez à un bon prix. Sinon, je pense qu'un emprunt en bibliothèque suffit.

27/02/2017 (modifier)