Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Orfèvre

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

L’Orfèvre, c’est le surnom de l’enquêteur que le Ministère français de l'Intérieur a dépêché, pour enquêter sur cet événement qui se passe dans un petit pays d’Amérique centrale.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Eric Warnauts et Guy Raives

L’Orfèvre, c’est le surnom de l’enquêteur que le Ministère français de l'Intérieur a dépêché, pour enquêter sur cet événement qui se passe dans un petit pays d’Amérique centrale. La femme de l’ambassadeur de France est victime d’une tentative d’empoisonnement. Elle est dans le coma. Dans cette république bananière des années 30, il ne fait pas bon fouiner dans les pratiques du pouvoir... A Puerto Cabello, la tension monte.

Scénariste
Dessinateurs
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2000
Statut histoire Une histoire par tome (Histoires de 1 ou 2 tomes) 5 tomes parus
Couverture de la série L'Orfèvre
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

11/11/2002 | nao
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

J'ai emprunté cette Bd sans trop savoir à quoi m'attendre et sans trop de conviction. C'est une série très méconnue qui permet de mettre particulièrement en valeur le dessin de Warnauts & Raives, ça m'a vraiment frappé par rapport à leurs autres Bd, j'ai trouvé un dessin beaucoup plus soigné, surtout dans le premier diptyque où il est très lumineux, en rapport avec le décor tropical. Bref visuellement, c'est joli, mais question scénario, je suis plus réservé. Certes, cet inspecteur Lafleur aussi débonnaire que perspicace et qui voyage autour du monde, est une figure atypique de ce type de personnage, et les auteurs donnent une vision de ces années 30 très authentique et assez sulfureuse, mais les intrigues sont inégales. Autant le premier diptyque est intéressant par son développement, ses personnages secondaires et son décor exotique, autant le second récit (qui fait l'objet d'1 seul album) avec cette histoire de boxeur n'est pas très clair et semble peu attirant, on dirait qu'il est bâclé... Le dernier diptyque sur ce trafic d'opium et d'oeuvres d'art n'est pas trop mal et reflète une réalité de cette époque qu'on voyait dans certains films français des années 30 qui évoquaient des contrées asiatiques ou interlopes à l'atmosphère trouble... En résumé, la série n'est pas très captivante sans pour autant rebuter, ma note peut donc sembler sévère, mais honnêtement, le côté alambiqué des scénarios n'aide pas à vraiment apprécier cette Bd. Vraie note : 2,5/5 (surtout pour le dessin).

28/12/2015 (modifier)
Par fab11
Note: 3/5

Je ne connaissais absolument pas cette série avant de l'emprunter à la médiathèque. C'est donc par hasard que je me suis plongé dans les aventures de ce policier spécialisé dans les enquêtes situées hors du territoire français et dont le physique ne fait pas forcément rêver. Je dirai donc finalement que je ne regrette pas d'avoir emprunté cette intégrale par hasard même si ma lecture ne restera pas inoubliable. Cette série se découpe en trois histoires, les tomes 1 et 2 forment une première histoire, le tome 3 une seconde et les tomes 4 et 5 la dernière aventure de ce policier sortant de l'ordinaire. Pour ma part j'ai beaucoup apprécié le premier diptyque. A mon humble avis cette enquête policière sur fond de coup d'état dans une île des Antilles est très réussie. De plus les personnages y sont très attachants en particulier la responsable de la maison close et amie d'enfance de notre héros. J'ai trouvé très intéressante leur relation ambigüe, cela apporte un peu de piment à cette enquête sous les tropiques. Le troisième tome est à mon avis également réussi. Il se situe dans le milieu de la boxe à New-York dans les années 30 et l'ambiance de l'époque est parfaitement retranscrite. Par contre le deuxième diptyque m'a beaucoup moins emballé, car cette histoire de trafic d'œuvres d'art n'a pas réussi à m'intéresser, je l'ai trouvée ennuyeuse . Le dessin quant à lui m'a laissé une bonne impression. Il est agréable et réaliste. Les décors naturels sont très réussis. Les rues de New-York sont elles aussi superbement dessinées, je pense que le dessinateur s'est énormément documenté pour arriver à ce résultat. Au final je conseille donc la lecture de cette série qui m'a fait passer un agréable moment, même si je ne pense pas un jour me replonger dans les aventures de cet orfèvre. Essayez donc de l'emprunter car à mon avis l'achat est dispensable.

01/10/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai particulièrement été époustouflé par la qualité du dessin. Pourtant, ce n'est pas la première fois que je lis du Warnauts-Raives! Que s'est-il passé pour que je sois autant en admiration ? Si j'étais mauvaise langue, je dirais que c'est parce que cela faisait longtemps que je n'ai pu apprécier un graphisme aussi magnifique qui s'accorde à merveille avec l'atmosphère chaude de cette île des Antilles. En effet, le dépaysement est assuré ! Et que de belles femmes ! Bon, elles pourront être parfois fatales mais il faut s'y attendre. ;) Le troisième tome nous emmènera dans New-York et plus précisément dans le milieu de la boxe. L'Afrique restera en toile de fond, ce thème cher aux auteurs. Il est vrai que le scénario est parfois alambiqué quoique très simpliste au départ. On prend du plaisir à suivre l'enquête de ce Charles Albert-Lafleur surnommé l'orfèvre, personnage ô combien atypique à moitié policier, à moitié diplomate. On pourra regretter cependant quelques longueurs. L'ensemble demeure de bonne qualité sans que cela ne soit une série inoubliable.

22/01/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Voilà une Bd un peu atypique à mes yeux, essentiellement par son héros. Ce dernier, un petit bedonnant dans la fleur de l'âge avec un éternel noeud papillon, se révèle très vite être une sorte de barbouze qui a voyagé partout dans le monde et qui a des relations dans tous les milieux. Malgré son air de bon petit pépère, il est empli de mystères, de relations secrètes, à tel point que même le lecteur le suit sans trop savoir qui il est, ce qu'il fait et qui il rencontre. Assez déroutant. Le dessin lui aussi est notable. Je ne le trouve pas vraiment exceptionnel, notamment au niveau des personnages qui ont l'avantage d'être facilement reconnaissable mais pas très beau dans leurs anatomies et leurs visages. Mais d'un autre côté, les décors sont bien souvent très réussis. Certaines cases sont de toute beauté. De même, les couleurs sautent rapidement aux yeux quand on lit cette BD. Très fortes, presque criardes par moment (notamment pour des scènes de grand ciel bleu pêtant dans les premiers tomes), elles se révèlent en même temps très jolies dans des scènes de nuit ou d'ombre. Il me semble que c'est de la couleur directe et, déjà qu'elle est jolie dans la plupart des scènes dans le tome 1, je trouve qu'elles s'améliorent encore au fil des tomes. Certaines cases, colorisées avec brio, sont excellentes. Quant à l'histoire, il faut savoir que les tomes 1 et 2 forment une histoire complète, le tome 3 une autre histoire et les tomes 4 et 5 une autre encore. La première histoire a pour décor une République bananière d'Amérique Centrale non déterminée. C'est une histoire extrêmement complexe de moeurs, de trafic, de rebellion, de politique, de business... Vraiment pas facile à suivre, à tel point que j'ai dû relire le tout une seconde fois pour bien comprendre. Ce côté difficile à comprendre du scénario peut rebuter certain, mais personnellement je trouve ça assez intelligent de ne pas tout offrir sur un plateau aux lecteurs. Et au delà de cela, il y a pas mal de bons personnages et d'émotions dans cette histoire, notamment les toutes dernières pages du tome 2 que j'ai trouvées assez fortes. Le tome 3 pour sa part a pour décor New York et pour trame une histoire de matchs de boxe truqués, de maffia et de pognon. J'ai franchement moins aimé cette histoire, d'autant qu'elle est également un peu difficile à suivre, non pas par sa complexité mais parce qu'on se demande souvent qui est tel ou tel personnage et comment ça se fait que le héros se retrouve avec lui à tel moment. Quant aux tomes 4 et 5, ils ont pour décor d'abord Paris, un Paris des années 30 vraiment joli et agréable (Montmartre, bords de Marne, etc...) et pour contexte un trafic d'objets d'art volés au Cambodge. Après une enquête encore une fois que le lecteur devra suivre avec attention pour bien comprendre, le héros partira au Cambodge pour résoudre le tout. Un héros baroudeur au physique surprenant, des enquêtes complexes souvent ardues à suivre, un dessin très sympa notamment au niveau des couleurs... Je ne trouve pas cette série exceptionnelle mais je lui trouve une âme et beaucoup de qualité.

06/08/2004 (modifier)
Par nao
Note: 4/5

La nouvelle série de Warnants et Raives est de qualité. ils maintiennent avec élégance leur habituel standard : -langueurs tropicales (Cette fois on se trouve aux Caraïbes), ses beautés mais aussi, les pourrissements secrets et les compromissions en tous genres. On est à la fois dans une intrigue politique et une intrigue amoureuse. Le personnage principal dénommé Lafleur reste assez mystérieux au début de l’histoire mais petit à petit,il va se dévoiler, s’esquisser par touches successives et il va finir par constituer un personnage captivant. Il y a aussi des bulles mémorables dans cette série, comme celle ci : « Il faut voir la mort comme un piment, sans elle, la vie n’aurait aucun goût… ». Tout simplement superbe… Le scénario est servi par de magnifiques dessins avec des couleurs aux tons chatoyants qui nous baignent dans la chaleur sud-américaine. Ces couleurs créent différentes ambiances dans ce récit, pour preuve, des tons plus durs nous entraînent un court instant dans une scène de nuit digne des meilleurs polars. Si vous recherchez des dessins très réalistes et en même temps harmonieux, si vous avez envie de couleurs flamboyantes et que vous recherchez de l’intimité avec les personnages et du dépaysement, n’hésitez pas : plongez dans cette série, et dans tous les ouvrages qu’ont pu faire le « couple » Warnants et Raives .

11/11/2002 (modifier)