Lara Croft et le talisman des glaces (Lara Croft and the Frozen Omen)

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Une nouvelle mini-série Lara Croft plus proche de l'esprit des premiers jeux. Encrage: Andy Owens Couleurs: Michael Atiyeh Illustrations: Jean-Sébastien Rossbach


Dark Horse Comics Fanas de Jeux video

Lara Croft et son compagnon d'armes Carter Bell sont confrontés à une véritable course contre la montre ! Ils vont devoir mettre en œuvre toutes leurs ressources naturelles et fourbir leurs armes pour affronter des démons fanatiques qui tentent une fois de plus de détruire le monde...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Août 2016
Statut histoire Série terminée (5 issues VO) 2 tomes parus
Couverture de la série Lara Croft et le talisman des glaces
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

02/10/2016 | Le Grand A
Modifier


L'avatar du posteur Le Grand A

Que je suis déçu, mais alors déçu… J’adore Tomb Raider, je trouve que c’est une licence complètement sous-exploitée au vu du nombre de fans dans le monde. Je n’avais déjà pas été convaincu par les comics publiés dans les années 2000 quand la licence était propriété de Top Cow, des regrets également sur le Dark Eon d’Alex Alice et Fréon, et j’ai un peu feuilleté les comics VO du reboot. Je n’aime guère non plus ce dernier mais ce n’est pas le sujet, le virage survival-horror qu’a pris la licence est un non-sens pour moi, on dénature l’essence même de la série qui lui a apportée ses lettres de noblesses : fusillades, aventures aux quatre coins du mondes, course contre la montre, énigmes, vielles reliques maudites, créatures infernales, et les gros nibards de Lara. Lara Croft et le talisman des glaces avait tout pour me plaire. Sortie en 2015 aux USA, la série s’adresse principalement aux fans de la première heure d'"Indiana Jane", ceux qui ont grandit avec les jeux vidéo sur Playstation. Lara a de nouveau son look des débuts : maillot bleu turquoise moulant, mini short, rangers, sac-à-dos et desert eagle. Et effectivement, on retrouve globalement les ingrédients susmentionnés malheureusement c’est insuffisant, il y a des manquement à tout les niveaux. Le scénario est vide à en pleurer, c’est encore plus épuré que les scenarii écrits à l’époque pour la Playstation. Il n’y a pas d’émerveillement et j’ai du mal à en parler tellement je me suis ennuyé. Insuffisant donc également au niveau des graphismes, mais qu’est venu faire le formidable illustrateur français Jean-Sébastien Rossbach dans cette galère ? Il est le seul à émerger dans ce marasme visuel. Le dessin s’améliore à partir de troisième chapitre mais c’est laborieux durant les deux premiers, très pauvre en décors, les couleurs sous ‘toshop n’arrangent rien. Dans les trois derniers cela s’améliore un peu donc, mais cela demeure du comics de base, sans génie, sans folie, découpage très « plan-plan ». Vraiment c’est hyper frustrant. J’ai l’impression que c’était la dernière fois qu’on voyait cette Lara là sur papier glacé avant un long moment et qu’encore une fois les auteurs passent à la trappe. Game Over Lara.

02/10/2016 (modifier)